Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCentre-Val de Loire201237 – Indre-et-LoireSorigny – Nétilly

2012
37 – Indre-et-Loire

Sorigny – Nétilly

Fouille préventive (2012)
Responsable d’opération : Sylvia Bigot

Texte intégral

1La fouille est située au sud du lieu-dit Nétilly à de Sorigny (Indre-et-Loire). Elle fait suite à la phase 43, zone 3 de diagnostic archéologique, sur la LGV SEA, dirigé par Marc Gransar (Inrap) durant l’été 2011. Ce diagnostic ainsi que les autres opérations réalisées dans le secteur de Sorigny et les communes limitrophes ont mis en avant un fort potentiel archéologique. Ainsi, une prescription de fouille, localisée sur la partie sud de la zone 3, a été mise en place par le service régional de l’archéologie. Cette opération a été menée du 25 juin au 17 août 2012, sur une superficie de 5 500 m2. Elle est située sur le replat et le versant d’un petit vallon axé nord-est – sud-ouest et qui barre la moitié nord de l’emprise décapée sur toute sa largeur. Les vestiges archéologiques, très nombreux (580), sont encaissés entre 0,30 et 0,80 m sous les labours, dans un substrat hétérogène fait de calcaire, de marne et de limon des plateaux.

2Deux périodes distinctes sont mises au jour sur le site de Nétilly.

Le Paléolithique supérieur

3Les premiers indices anthropiques mis au jour se situent au Belloisien (Tardiglaciaire Dryas récent). Des pièces et outils lithiques (132) sont récoltés dans la partie sud de l’emprise, dans la zone de limon argileux. Cette culture se distingue par la production de lames rectilignes. L’outillage est largement dominé par un type particulier : les pièces mâchurées. Le corpus lithique découvert sur ce site constitue, à ce jour, le point d’extension le plus méridional du territoire des groupes des chasseurs-cueilleurs belloisiens dont la sphère chronoculturelle se rattache au nord-ouest de l’Europe (culture de l’Ahrensbourgien).

Le Haut-Empire

4Une occupation agropastorale enclose s’installe et se déroule sans hiatus apparent depuis La Tène finale jusqu’au iiie s. apr. J.‑C. Trois phases s’y distinguent.

5La première phase (La Tène finale-époque augustéenne) est marquée par une occupation organisée selon deux pôles : au nord, au niveau du vallon et au sud, dans la zone de limon des plateaux. L’organisation spatiale que revêt ces installations est régie à la fois par le vallon, mais aussi par d’autres contraintes (climatiques, techniques, etc.).

6De vastes bâtiments à caractère résidentiel sur d’imposants poteaux porteurs et profondément ancrés au sol sont associés à des annexes et des clôtures construites en matériaux légers et peu fondées. Des enclos palissadés ou fossoyés ceinturent deux des habitats. Des fossés sont creusés dans l’axe du vallon et ont ainsi une fonction double de drainage et de limites parcellaires. Il est à noter que les plans des bâtiments et la position topographique de ces occupations précoces semblent hérités des établissements laténiens. Au ier s. apr. J.‑C., le caractère fonctionnel de l’occupation semble changer. Celle-ci est marquée par l’aménagement et l’extension du parcellaire. L’orientation est conservée, le système fossoyé s’étend du nord au sud de l’emprise. Aucun bâtiment à vocation résidentielle n’est repéré mais il est fort probable que les constructions récentes et plus anciennes se soient côtoyées. Cette phase est marquée par une activité agropastorale : unités construites de petites dimensions peu ancrées au sol et enclos palissadés pour parquer le bétail. La faible superficie du décapage archéologique ainsi qu’une fouille partielle des vestiges en creux ne permettent pas de définir le type d’occupation en présence. Avons-nous affaire à un secteur d’une pars rustica d’une villa, une partie d’une petite exploitation agricole autonome ou encore une « ferme » gallo-romaine précoce ? Quoi qu’il en soit, l’indigence des vestiges mobiliers et leur type nous renseignent sur le statut peu aisé des habitants.

7Aux iiie et ive s., l’occupation du site de Nétilly est nettement plus ténu. Soit le mode de construction change et ne laisse plus de trace au sol, soit on assiste ici, à l’abandon des lieux et au déplacement de la population.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvia Bigot, « Sorigny – Nétilly » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre-Val de Loire, mis en ligne le 09 septembre 2020, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/37904

Haut de page

Auteur

Sylvia Bigot

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvia Bigot

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search