Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOcéan Indien et TAAF2018La RéunionSaint-Denis – 119 rue Jean-Chatel

2018
La Réunion

Saint-Denis – 119 rue Jean-Chatel

Opération préventive de diagnostic (2018)
Responsable d’opération : Patrice Georges

Texte intégral

  • 1 Équipe de terrain et de post-fouille : Thierry Cornec, Joël Cornec, Morgane Legros, Fanny Lachery e (...)

1Préalablement à un projet d’aménagement immobilier, la parcelle du « 119 rue Jean Chatel », localisée dans le centre-ville de Saint-Denis, a fait l’objet d’un diagnostic archéologique réalisé par l’Inrap, du 19 au 25 juin 2018 (Georges 2018). Elle a mobilisé une équipe de 4 personnes, sous la responsabilité de Patrice Georges1.

  • 2 Identification de la mission IGN : CP11000232_FD974x45_03192 ; cliché no 3192.

2Ce terrain, au sein d’un îlot urbain plus important, est actuellement accessible par la rue Jean-Chatel. En 2011, la zone était encore occupée par divers bâtiments dont une villa dite « créole », située au centre, et une série de bâtiments délimitant la parcelle au sud. Certaines de ces constructions, aujourd’hui démolies, ont pu être identifiées par des témoignages oraux comme une étable et une cuisine extérieure (fig. 1). En septembre 2011, elles n’apparaissaient plus sur une photographie aérienne de l’IGN2 et plus rien en surface n’indiquait leur emplacement au moment du diagnostic. Certaines portions des murs parcellaires semblaient cependant garder des traces de leurs élévations.

Fig. 1 – Vue aérienne de la parcelle en 1989

Fig. 1 – Vue aérienne de la parcelle en 1989

Mission C92PHQ6031 1989 REU115 0043, cliché no 43.

Source : IGN.

  • 3 FR ANOM 23 DFC 0030B : Île de Bourbon. Quartier de St. Denis. 1733, Paradis.

3Compte tenu des résultats des investigations archéologiques déjà menées dans ce secteur de Saint-Denis et des connaissances historiques de la ville, les vestiges attendus étaient ceux des premiers signes d’urbanisation. Le but de cette opération de diagnostic était de renseigner les structures, la stratigraphie ainsi que les élévations encore visibles sur les murs de la parcelle à aménager. Outre les traces des bâtiments encore présents en 2011, il s’agissait de mettre en évidence des éventuelles installations antérieures. La parcelle étant localisée dans le centre historique de Saint-Denis, au sein d’un îlot mentionné dès la première moitié du xviiie s., en tant que concession « calvaire »3, cette opération offrait l’opportunité de percevoir l’évolution de l’urbanisation du secteur, de ses origines à nos jours.

  • 4 FR ANOM 23 DFC 0063B : Plan et division du terrain du quartier de St. Denis conformément aux titres (...)
  • 5 FR ANOM 23 DFC0 112 ter A : Plan de la ville de St. Denis et de ses environs, Isle Bonaparte. 1808, (...)
  • 6 ADR CP120.2 : Plan Balzac-Penanros 1854, sur lequel on été ajoutés les changements survenus jusqu’e (...)
  • 7 Identifiant de la mission IGN : C92PHQ5931_1949_MAD21 0043 ; cliché no 43.

4Bien que la superposition des plans anciens et actuels ne soit pas très précise en raison de l’absence de repère, la parcelle a pu être reconnue sur différents documents. Le plan de Paradis, première esquisse de la future agglomération datée de 1733, montre la structuration hippodamique de cette ville nouvelle. Aucune construction n’y figure sur la parcelle concernée par le diagnostic. Sur le plan de Guyomar4, réalisé dix ans plus tard, deux bâtiments apparaissent sans plus de précision quant à leur fonction (fig. 2). Le plan Le Chandellier5, daté de 1808, est plus riche de détails (fig. 3). À l’emplacement de l’opération, figure une vaste bâtisse, vraisemblablement caractéristique des maisons de maîtres du Premier Empire. Située au centre du terrain, elle est précédée, au nord, d’une zone de jardins. Au sud, deux bâtiments allongés pourraient être qualifiés de dépendances. Le plan Penanros6 n’offre pas de nouvelle information, pas plus qu’une photographie aérienne réalisée par l’IGN en 19497. La situation ne semble souffrir d’aucun changement jusqu’aux clichés et cadastres, plus récents, qui ont précédé la disparition des bâtiments en 2011.

Fig. 2 – Localisation de la parcelle sur le plan Guyomar (1742)

Fig. 2 – Localisation de la parcelle sur le plan Guyomar (1742)

FR ANOM 23 DFC 0063B.

DAO : P. Georges (Inrap).

Fig. 3 – Localisation de la parcelle sur le plan Le Chandellier (1808)

Fig. 3 – Localisation de la parcelle sur le plan Le Chandellier (1808)

FR ANOM 23 DFC0 112 ter A.

DAO : P. Georges (Inrap).

5L’ensemble de la surface de l’emprise a pu être couvert par le creusement de six tranchées de sondage à l’aide d’une pelle mécanique, complétées par des fenêtres de fouille permettant une meilleure lecture des vestiges et une approche manuelle, notamment pour tester certaines structures (fig. 4).

Fig. 4 – Plan général des sondages et des vestiges avec emplacements des bâtiments disparus en 2011 et cotes d’apparition du terrain naturel

Fig. 4 – Plan général des sondages et des vestiges avec emplacements des bâtiments disparus en 2011 et cotes d’apparition du terrain naturel

DAO : P. Georges (Inrap) ; relevé : Outre-mer topographie.

6Au moment de l’intervention, le terrain semblait presque horizontal, malgré une amplitude altimétrique d’une quarantaine de centimètres constatée lors des relevés topographiques. Dans le sondage no 5, le substrat est apparu aux alentours de 0,20 m sous le niveau de circulation actuel, alors qu’il se trouvait beaucoup plus bas ailleurs et qu’il n’a pas été atteint dans l’extrémité sud-est du sondage no 1 (fig. 4). Ce fort dénivelé vers le nord est très certainement, au moins en partie, à mettre en relation avec une occupation anthropique et constitue indéniablement une anomalie de nature archéologique.

7À l’issue de cette opération, quelques constatations ont pu être avancées. Elles doivent toutefois être pondérées par la faible surface explorée et le manque d’information sur la chronologie et la datation des structures dégagées. Les sondages ont permis d’ouvrir une surface d’environ 182 m2, soit un peu plus de 9 % de la surface prescrite. C’est par conséquent 90 % de la surface totale du site qui n’ont pas été explorés, sans compter ce qui pourrait se trouver sous les bâtiments donnant sur la rue Jean-Châtel et qui devrait être détruit au cours du futur projet d’aménagement.

  • 8 Doctorante à l’université de Rennes-II/Inrap.

8Toutes les tranchées se sont avérées positives. Les vestiges apparaissaient dès la surface actuelle et jusqu’à plus de 2,30 m de profondeur (sondage no 1). L’échantillon de mobilier prélevé lors de l’opération comprenait 553 restes, à partir desquels 201 objets (verre, métal, faïence, etc.) ont pu être identifiés et 84 sont restés indéterminés. Selon l’étude, réalisée par Morgane Legros8, la période de fabrication de ces artefacts est comprise entre le xviiie et le du début du xixe s. Le corpus se rattache principalement à l’univers domestique.

9Beaucoup de murs mis au jour se situaient peu ou prou à l’emplacement des bâtiments qui étaient encore en élévation en 2011 (fig. 4). Ils correspondent aux façades nord et est de la villa, avec un retour possible pour les façades sud et nord d’une dépendance. De nombreux vestiges ont été observés aux abords immédiats de ces édifices, notamment un seuil, un aménagement de sol et un niveau de circulation, localisés dans les tranchées nos 2, 3, 4 et 5. En l’absence d’information chronologique, ces bâtiments ne peuvent pas être considérés d’emblée comme récents, même si les témoignages oraux ont permis d’avoir une idée de leur fonctionnement dans leur dernier état ; à savoir une écurie au sud de la tranchée no 2 et une cuisine au sud de la tranchée no 4. En revanche, des perturbations actuelles ou subactuelles, correspondant à des installations de réseaux, ont clairement été observées dans les sondages no 2 et no 5. L’étude des photographies aériennes et des plans pourrait indiquer une datation ancienne. Avec toutes les réserves auxquelles ce type d’exercice oblige, c’est l’impression que donne la permanence, sinon des bâtiments, tout du moins de leur agencement au sein de la parcelle depuis au moins le début du xixe s. (fig. 3).

10Pour les autres murs identifiés dans l’emprise de ces bâtiments, il est difficile de dire dans quelle mesure ils participaient ou non à ces édifices ou s’ils pouvaient faire partie de constructions plus anciennes.

11Plusieurs murs, des aménagements de sols et un bassin ont été mis au jour dans la tranchée no 2, à l’est de la villa. Ils n’apparaissent sur aucun plan, mais des témoignages oraux ont également permis d’envisager la présence d’un ou de plusieurs bâtiments à leur emplacement (fig. 5 et 6). Quelques indices semblent indiquer qu’au moins l’un des murs a été en fonction sur une longue durée et que plusieurs phases d’occupation pourraient être envisagées.

Fig. 5 – Vue générale du sondage no 2 depuis le sud-ouest

Fig. 5 – Vue générale du sondage no 2 depuis le sud-ouest

Cliché : T. Cornec (Inrap).

Fig. 6 – Détail de l’aménagement F24 du sondage no 2 depuis l’est

Fig. 6 – Détail de l’aménagement F24 du sondage no 2 depuis l’est

Cliché : P. Georges (Inrap).

12Les observations préliminaires des murs de la parcelle, sans qu’il s’agisse d’une véritable étude de bâti, ont montré des arrachements, des aménagements et des détails architecturaux qui prenaient sens en regard des vestiges archéologiques retrouvés dans les tranchées de sondage. C’est notamment le cas de l’arrachement qui persistait dans le prolongement d’un mur F34 du sondage no 1 (fig. 7). Une ouverture, aujourd’hui bouchée, a été repérée sur le mur oriental de la parcelle. Elle correspond au colmatage d’un creux, encadré au nord par les murs F20 et F25, et l’aménagement de sol F24 et, au sud, par des structures maçonnées correspondant à l’emplacement de la dépendance, ce qui pourrait indiquer leur contemporanéité. D’une manière générale, les murs encore en élévation autour de la parcelle sont potentiellement anciens et recèlent quantité d’informations.

Fig. 7 – Détail d’un arrachement observé dans le mur oriental de la parcelle, mis en relation avec le mur F34 identifié dans le sondage no 1

Fig. 7 – Détail d’un arrachement observé dans le mur oriental de la parcelle, mis en relation avec le mur F34 identifié dans le sondage no 1

Cliché : P. Georges (Inrap).

13Le sondage no 1, creusé sur une longueur de 12 m, a permis l’observation d’une importante anomalie topographique. Le socle géologique n’a été atteint qu’en limite ouest de la tranchée, à 2,30 m du niveau de circulation actuel (fig. 8). La nature des couches observées et la grande quantité de mobilier qui y a été prélevé permettent d’envisager le comblement d’une dépression initiale de nature anthropique. Compte tenu de ses dimensions, l’hypothèse d’une fosse d’extraction de matériaux, possiblement en rapport avec les tuileries de la ville, peut être envisagée. Son remplissage serait intervenu entre la fin xviiie et le début du xixe s. Seule une fouille archéologique pourrait confirmer cette hypothèse et établir le rapport de cette structure avec l’urbanisation de cette partie de la ville.

Fig. 8 – Coupe nord du sondage no 1

Fig. 8 – Coupe nord du sondage no 1

Relevé : J. Cornec, F. Lachery (Inrap) ; DAO : J. Cornec (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Georges P. 2018 : La Réunion, Saint-Denis, 119 rue Chatel, rapport de diagnostic archéologique, 2018. Inrap GSO, 97 p.

Haut de page

Notes

1 Équipe de terrain et de post-fouille : Thierry Cornec, Joël Cornec, Morgane Legros, Fanny Lachery et Frédéric Vinolas (mise en page du rapport) ; moyens techniques : STROI Saint-Pierre (mécanisation) ; OMT (topographie).

2 Identification de la mission IGN : CP11000232_FD974x45_03192 ; cliché no 3192.

3 FR ANOM 23 DFC 0030B : Île de Bourbon. Quartier de St. Denis. 1733, Paradis.

4 FR ANOM 23 DFC 0063B : Plan et division du terrain du quartier de St. Denis conformément aux titres de concession, conciliés avec les différens mesurages qui ont été faits au dit quartier. 1742, M. Guyomar.

5 FR ANOM 23 DFC0 112 ter A : Plan de la ville de St. Denis et de ses environs, Isle Bonaparte. 1808, F. Chandellier.

6 ADR CP120.2 : Plan Balzac-Penanros 1854, sur lequel on été ajoutés les changements survenus jusqu’en 1865. Dans Album de l’île de La Réunion, 1880, L.-A. Roussin.

7 Identifiant de la mission IGN : C92PHQ5931_1949_MAD21 0043 ; cliché no 43.

8 Doctorante à l’université de Rennes-II/Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue aérienne de la parcelle en 1989
Légende Mission C92PHQ6031 1989 REU115 0043, cliché no 43.
Crédits Source : IGN.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre Fig. 2 – Localisation de la parcelle sur le plan Guyomar (1742)
Légende FR ANOM 23 DFC 0063B.
Crédits DAO : P. Georges (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Fig. 3 – Localisation de la parcelle sur le plan Le Chandellier (1808)
Légende FR ANOM 23 DFC0 112 ter A.
Crédits DAO : P. Georges (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37948/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 4 – Plan général des sondages et des vestiges avec emplacements des bâtiments disparus en 2011 et cotes d’apparition du terrain naturel
Crédits DAO : P. Georges (Inrap) ; relevé : Outre-mer topographie.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37948/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre Fig. 5 – Vue générale du sondage no 2 depuis le sud-ouest
Crédits Cliché : T. Cornec (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37948/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 6 – Détail de l’aménagement F24 du sondage no 2 depuis l’est
Crédits Cliché : P. Georges (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37948/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Fig. 7 – Détail d’un arrachement observé dans le mur oriental de la parcelle, mis en relation avec le mur F34 identifié dans le sondage no 1
Crédits Cliché : P. Georges (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37948/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 8 – Coupe nord du sondage no 1
Crédits Relevé : J. Cornec, F. Lachery (Inrap) ; DAO : J. Cornec (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37948/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Georges, « Saint-Denis – 119 rue Jean-Chatel » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Océan Indien et TAAF, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/37948

Haut de page

Auteur

Patrice Georges

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrice Georges

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search