Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOcéan Indien et TAAF2018La RéunionSaint-Denis – Parc de La Providence

2018
La Réunion

Saint-Denis – Parc de La Providence

Opération préventive de diagnostic (2018)
Responsable d’opération : Joël Cornec

Texte intégral

Contexte de l’opération

  • 9 Équipe de terrain et de post-fouille : Joël Cornec et Thierry Cornec, Morgane Legros, Fanny Lachery (...)

1Le parc de La Providence se trouve en bas de pente, à 2 km au nord du centre-ville de Saint-Denis, dans une zone plane contenue entre la ravine du Butor et un affluent du Montplaisir. Suite à une demande volontaire de diagnostic déposée pour l’aménagement des futurs locaux de la DEAL et de la DIECCTE, la Dac de La Réunion a prescrit un diagnostic portant sur une surface de 32 000 m2. Cette opération a été réalisée par l’Inrap9, entre le 29 mai et le 6 juin 2018, sous la responsabilité de Joël Cornec (Cornec 2018).

Données historiques10

  • 10 CAUE 1999, p. 3-13.

2Dès 1826, la Colonie a procédé à des acquisitions qui ont servi de base foncière à la création de l’établissement public de La Providence par le gouverneur Hubert-Delisle. Les lieux ont ensuite été densément occupés à partir de 1856. S’y trouvaient : une maison principale, une douzaine de bâtiments et de nombreuses dépendances, des hangars, des poulaillers, un pigeonnier, des viviers et des jardins.

3En 1858, de nouvelles constructions ont été implantées dans le secteur, notamment un hospice actuel bâtiment Coste et une école agricole et professionnelle correspondant aux locaux de la DAAF. Une église était également mentionnée dans les environs de l’école, ainsi que des ateliers de métallurgie (forges, fonderie, chaudronnerie), de charpente, de menuiserie, de charbonnage, de taille de pierre et de cordonnerie, ainsi que des carrières et un jardin.

4Après la fermeture de l’établissement en 1870, un état des lieux a été dressé par un ingénieur des ponts et chaussées. Celui-ci rapporte que la propriété comprenait alors environ 80 constructions et une église en cours de construction. À partir du dernier quart du xixe s., le site a changé plusieurs fois d’affectation parallèlement à la construction de nouveaux édifices dont une laiterie et une pépinière.

5L’école a fermé ses portes avant la Seconde Guerre mondiale et le domaine a été attribué au Département, à la Direction des services agricoles, en 1957. Les bâtisses du xixe s., toujours en usage de nos jours, ont été intégrées au projet de réaménagement du parc.

  • 11 FR ANOM 23 DFC0 104A : Plan du quartier St. Denis de l’Isle Bourbon, depuis les Patattes à Durand j (...)
  • 12 FR ANOM 23 DFC0 112 ter A : Plan de la ville de St. Denis et de ses environs, Isle Bonaparte. 1808, (...)

6L’étude des documents anciens mis à disposition pour le diagnostic a permis de définir que l’anthropisation du secteur a été amorcée au tournant du xixe s. L’emplacement de l’actuel parc de La Providence est vierge de toute construction sur un plan de la ville dressé en 177911. En 1808, le plan de Chandellier12 fait figurer trois unités d’habitations, comprenant chacune deux ou trois bâtiments associés à des petites parcelles et/ou à des enclos. Ces constructions sont alimentées par une conduite d’eau déviée d’une ravine (fig. 1). Il est possible qu’il s’agisse des immeubles et des jardins dits Lafitte.

Fig. 1 – Le secteur de La Providence en 1808, extrait du plan de Chandellier

Fig. 1 – Le secteur de La Providence en 1808, extrait du plan de Chandellier

FR ANOM 23 DFC0 112 ter A.

DAO : J. Cornec (Inrap).

  • 13 Plan de La Providence, transmis par Pascale Moignoux qui, selon ses informations, représenterait la (...)

7D’une manière générale, les sources iconographiques, notamment un plan de la propriété Lafitte dressé en 185913, apportent de précieuses informations sur les constructions qui existaient dans le secteur : leurs localisations, leurs dimensions, certains détails architecturaux et, pour beaucoup, leurs fonctions reportées en légendes (fig. 2). L’emprise du diagnostic était susceptible de livrer les restes des premières installations humaines dans la zone, ainsi que des vestiges des constructions aujourd’hui démantelées, tels que l’église, des pièces d’eaux (bassin, lavoir, salle de bains), des baraquements en bois et des ateliers.

Fig. 2 – Extrait du plan de La Providence probablement dressé en 1859

Fig. 2 – Extrait du plan de La Providence probablement dressé en 1859

Source : archives générales de la congrégations du Saint-Esprit (3M1.5.2/109499).

Résultats de l’opération

8De nombreuses contraintes ont réduit le nombre de sondages nécessaires au diagnostic de la zone. Mais les 21 tranchées exploratoires ont pu être implantées selon une répartition relativement homogène et sur les différentes topographies existantes : bas de pente, terrasses et zones basses (fig. 3).

Fig. 3 – Plan général d’implantation des tranchées dans l’emprise du diagnostic et des zones contraintes

Fig. 3 – Plan général d’implantation des tranchées dans l’emprise du diagnostic et des zones contraintes

DAO : J. Cornec (Inrap) ; relevés : Outre-mer topographie.

9La tranchée 1 a mis au jour un canal en pierre bien construit (fig. 4). Les tranchées 9 et 7 ont permis la découverte d’un fossé à fond plat et de quatre fosses. Ces structures, de part leur localisation, peuvent correspondre à la première occupation des lieux, entre la fin du xviiie et le début du xixe s. Mais ce type de vestiges peut également concorder avec les occupations postérieures du secteur qui, tout au long de son histoire, a été dédié aux jardins et aux plantations. Pourtant, l’une des fosses de la tranchée 7 a livré un rebord de plat en céramique daté du xviiie s., production de la vallée de l’Huveaune dans l’arrière-pays marseillais, confirmant l’occupation ancienne du secteur.

Fig. 4 – Vue du canal en pierre observé dans la tranchée 1 depuis le sud-ouest

Fig. 4 – Vue du canal en pierre observé dans la tranchée 1 depuis le sud-ouest

Cliché : J. Cornec (Inrap).

  • 14 CAUE 1999, p. 23 (ADR, 2Q55 3E).

10L’extrémité sud de la tranchée 1 a dévoilé les restes de l’angle nord-ouest de l’église (fig. 5). Il ne subsistait que les fondations du mur gouttereau nord et du chevet. L’angle était renforcé par un élément de récupération inséré dans la maçonnerie, supposant l’existence d’un soutien massif. Un groupe de maçonneries surmonté par un lambeau de sol a été découvert contre le chevet. Cet accès à l’église figurait sur un plan de 188914, mais n’était pas légendé (fig. 6). Les observations de terrain ont permis de déterminer qu’il s’agissait d’un petit escalier agrémenté de probables piédroits en briques habillant le passage.

Fig. 5 – Vue de l’angle nord-ouest de l’église observé dans la tranchée 1

Fig. 5 – Vue de l’angle nord-ouest de l’église observé dans la tranchée 1

Cliché et DAO : T. Cornec (Inrap).

Fig. 6 – Plan de 1889

Fig. 6 – Plan de 1889

CAUE 1999, ADR 2Q55.

  • 15 BDR R00315.00 : Ville de Saint-Denis [plan]. 1926, dans : Azéma 1926.

11Mentionné en 1858, cet édifice religieux figure également sur un plan de 1859. Une représentation sommaire de la ville réalisée en 192615 laisse supposer la persistance de l’église dans le paysage, mais les imprécisions constatées sur ce document appellent à la prudence.

12Les tranchées 13 et 14 ont été implantées à l’emplacement des pièces d’eaux figurant sur le plan de 1889. Cependant, elles n’ont livré que les restes du mur de l’enceinte ouest qui servait également de mur de terrasse et deux drains.

  • 16 ADR 33FI1.14 : Hôpital militaire de la Providence (Saint-Denis). Corps expéditionnaire de Madagasca (...)

13Aucune substruction résiduelle n’a été observée dans les tranchées 1 et 2, où étaient attendus les vestiges d’un baraquement en bois apparaissant au nord de l’église sur le plan de 1889 et sur une photographie de la seconde moitié du xixe s.16. Bien qu’elle ne semble avoir existé que sur une brève durée, il est étonnant que cette bâtisse d’environ 32 m sur 8 m n’ait laissé aucune trace. Elle n’apparaissait pas sur le plan de 1859.

  • 17 CAUE 1999, p. 25 (ADR, 2Q55 3E).

14L’ouverture des tranchées 18, 20 et 21 a permis de mettre au jour les restes de l’aile est d’un bâtiment correspondant à un atelier représenté sur le plan de 1859 (fig. 7). Ce léger soubassement maçonné en pierre, de 0,30 m de large, a probablement supporté des murs en torchis ou en bois. Les angles sud-ouest et nord-est étaient renforcés, certainement pour servir de base à des éléments supportant la charpente et la toiture (piliers maçonnés, poteaux en bois ?). Aucune trace des ailes sud et ouest du bâtiment n’a été découverte en tranchées 16 et 17. Il est probable qu’elles aient été totalement détruites par les terrassements successifs, ou bien qu’elles n’aient tout simplement pas été bâties. Sur un plan de 1906, l’aile ouest est d’ailleurs absente17.

Fig. 7 – Vue, depuis le sud, des vestiges de l’aile de l’atelier apparus dans la tranchée 18

Fig. 7 – Vue, depuis le sud, des vestiges de l’aile de l’atelier apparus dans la tranchée 18

Cliché : T. Cornec (Inrap).

  • 18 Pierre Brial (OMT).

15Outre la recherche et l’étude des bâtiments aujourd’hui démantelés, les tranchées 3 et 4 ont été réalisées aux abords immédiats du bâtiment Coste. Elles ont permis de faire des observations à l’ouest de l’édifice, dans un secteur le surplombant, anciennement occupé par une bâtisse rasée en 2017 et mentionnée sur le plan de 1889 comme une cuisine et un magasin. Avant sa démolition, des relevés topographiques et photographiques précis ont été réalisés18. Les plans anciens indiquent que cet édifice a été fondé postérieurement au bâtiment Coste et qu’il n’est pas mentionné dans l’état des lieux de 1870. Les sondages ont permis d’établir que d’importants travaux de terrassement avaient été nécessaires à son implantation. Sa tranchée de fondation était large de 6 m pour une profondeur de 2,50 m. Un remblai massif, composé de blocs décimétriques, s’appuyait contre les maçonneries assurant le drainage des substructions. Un caniveau aménagé au pied du mur de soutien de la terrasse a pu être étudié. Il était appareillé avec des blocs équarris liés au mortier de chaux, eux-mêmes assis sur une fondation débordante. Un enduit fin disposé sur sa surface et à la base du mur terrasse assurait l’étanchéité de l’ouvrage.

Synthèse et conclusion

16Ce diagnostic archéologique a d’abord permis de mieux appréhender l’histoire humaine récente de ce secteur de la ville. Après un début d’anthropisation au tournant du xixe s. et à partir de la création de l’établissement de La Providence en 1856, on assiste à la rapide mise en place de nombreux bâtiments et annexes. Les multiples revirements administratifs et changements d’affectations qui ont suivi, et ce jusqu’à nos jours, ont mené concrètement à la création de nouveaux édifices et à la démolition d’anciennes constructions.

17Cette opération a par ailleurs mis en lumière des similitudes dans le mode de construction de la chapelle et d’un bâtiment dédié aux ateliers. Leurs angles, massivement renforcés, ont certainement servi de bases à l’installation de poteaux en bois ou de piliers maçonnés soutenant les toitures. Quelques détails architecturaux inédits ont également pu être observés, comme l’accès à la chapelle par l’angle nord du chevet ou encore le soin particulier apporté à la construction d’un canal et d’un caniveau.

18À l’issue de cette opération, quelques interrogations subsistent. Les dates de fondation et de démolition des principaux bâtiments restent encore trop imprécises et les techniques de construction des bâtisses de moindre valeur, comme le baraquement en bois, n’ont pas pu être établies.

Haut de page

Notes

9 Équipe de terrain et de post-fouille : Joël Cornec et Thierry Cornec, Morgane Legros, Fanny Lachery avec le concours de Pascale Moignoux ; moyens techniques : STROI (mécanisation), OMT (topographie).

10 CAUE 1999, p. 3-13.

11 FR ANOM 23 DFC0 104A : Plan du quartier St. Denis de l’Isle Bourbon, depuis les Patattes à Durand jusqu’au Cap. 1779, Selhausen.

12 FR ANOM 23 DFC0 112 ter A : Plan de la ville de St. Denis et de ses environs, Isle Bonaparte. 1808, F. Chandellier.

13 Plan de La Providence, transmis par Pascale Moignoux qui, selon ses informations, représenterait la propriété Lafitte en 1859, bien qu’il soit annoté 1896. Il est conservé aux archives générales de la congrégation du Saint-Esprit, à Chevilly-Larue, dans le Val-de-Marne, sous la cote 3M1.5.2/109499.

14 CAUE 1999, p. 23 (ADR, 2Q55 3E).

15 BDR R00315.00 : Ville de Saint-Denis [plan]. 1926, dans : Azéma 1926.

16 ADR 33FI1.14 : Hôpital militaire de la Providence (Saint-Denis). Corps expéditionnaire de Madagascar. Photographie de la collection C. Saunier, 1862-1881.

17 CAUE 1999, p. 25 (ADR, 2Q55 3E).

18 Pierre Brial (OMT).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le secteur de La Providence en 1808, extrait du plan de Chandellier
Légende FR ANOM 23 DFC0 112 ter A.
Crédits DAO : J. Cornec (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37951/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2 – Extrait du plan de La Providence probablement dressé en 1859
Crédits Source : archives générales de la congrégations du Saint-Esprit (3M1.5.2/109499).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37951/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 759k
Titre Fig. 3 – Plan général d’implantation des tranchées dans l’emprise du diagnostic et des zones contraintes
Crédits DAO : J. Cornec (Inrap) ; relevés : Outre-mer topographie.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37951/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 862k
Titre Fig. 4 – Vue du canal en pierre observé dans la tranchée 1 depuis le sud-ouest
Crédits Cliché : J. Cornec (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37951/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 5 – Vue de l’angle nord-ouest de l’église observé dans la tranchée 1
Crédits Cliché et DAO : T. Cornec (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37951/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 6 – Plan de 1889
Crédits CAUE 1999, ADR 2Q55.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37951/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 695k
Titre Fig. 7 – Vue, depuis le sud, des vestiges de l’aile de l’atelier apparus dans la tranchée 18
Crédits Cliché : T. Cornec (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37951/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Cornec, « Saint-Denis – Parc de La Providence » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Océan Indien et TAAF, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/37951

Haut de page

Auteur

Joël Cornec

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Joël Cornec

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search