Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire199744 – Loire-AtlantiqueBesné – Saint-Second

1997
44 – Loire-Atlantique

Besné – Saint-Second

Sondage (1997)
Responsable d’opération : Laurence Noblet
Notice rédigée avec Emmanuel Mens

Entrées d’index

Année de l'opération :

1997

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Texte intégral

1Ce sondage avait pour objectif d’étudier la carrière apparue lors de la fouille programmée de 1995, au voisinage de l’ermitage du milieu du vie s. et de déterminer les conditions du comblement. Le mobilier du niveau d’occupation postérieur permet de dater l’exploitation de la fin du vis. ou du début du viis. Les matériaux utilisés pour le comblement proviennent de la carrière : il s’agit de blocs de tailles variées qui ont parfois été laissés à leur emplacement d’origine, dédaignés par les carriers, parfois accumulés pour combler les dénivellations. Si la partie haute de la carrière montre un certain souci de nivellement, le pied du front de taille ne semble au contraire avoir fait l’objet d’aucune intervention volontaire : quelques blocs y ont glissé mais l’essentiel du remplissage est ici constitué par un limon jaune d’inondation présent dans tous les secteurs bas du site. Il repose sur une couche de granit arénisé que les carriers ont sondée et abandonnée. L’absence de mobilier et de microfaune dans le comblement dénote un rebouchage rapidement effectué après l’abandon de la carrière qui n’a pas servi de dépotoir, et intentionnel, en raison du soin apporté au remplissage des diaclases. La surface ainsi obtenue n’est pas sans ressemblance avec la cour aménagée à l’époque moderne à l’extérieur de la chapelle. Alors que l’oratoire semble déjà détruit par les inondations, la partie haute du site est toujours fréquentée (pots à braises et pierres à briquets).

2L’étude menée sur la carrière a d’autre part permis à la fois de déterminer le type de production visée et la chaîne opératoire suivie. Étant donné le volume abandonné sur place, il est clair que les carriers n’étaient pas à la recherche de petits éléments pouvant servir de moellons et qu’à cause du réseau particulièrement serré de diaclases verticales, l’extraction de cuves de sarcophages était ici impossible. Les carriers semblent avoir détaché des plaques de quelques centimètres d’épaisseur et de quelques dizaines de centimètres de longueur, la largeur étant limitée par celle des bancs, le plus souvent de l’ordre de 40 à 50 cm. En contrebas du front de taille principal, une plaque soulevée a été laissée sur place, en raison peut-être d’une qualité insuffisante du granit, en voie d’arénisation. Cette exigence des carriers, ou de leurs commanditaires, semble plaider pour la production de dalles destinées à un édifice soigné.

3L’éventualité d’une corrélation avec la construction de la première église, au-dessus du tombeau de l’ermite Friard, mort en 573, est à examiner. Une cinquantaine de traces d’outils a été plus spécifiquement étudiée : elles sont pour l’essentiel de forme triangulaire. La section anguleuse des impacts dénote l’emploi d’outils métalliques. Deux catégories d’emplacements peuvent être distinguées : dans une diaclase voire au croisement de deux diaclases, au milieu d’un banc et loin d’une diaclase. Dans le premier cas, le stigmate est isolé ; dans le second, plusieurs stigmates distants de quelques centimètres sont alignés. Il semble que dans le sens de la largeur, le plan de diaclase soit systématiquement utilisé et ce sont donc les conditions géologiques qui déterminent la largeur des plaques extraites. Au contraire, la longueur relève d’une décision des carriers. L’épaisseur des dalles varie de 3 à 10 cm. Soit les carriers ont pu utiliser une diaclase et dans ce cas l’extraction semble s’être faite avec une certaine économie de moyens, un nombre limité de points d’appui étant nécessaire pour faire levier, soit ils ont dû enfoncer des pointes métalliques polygonales dans la roche (probablement à la masse) et faire ainsi levier sous la dalle en suivant le plan de foliation. Mais pour ce faire, plusieurs points d’appui proches les uns des autres étaient alors nécessaires. Ce mode d’exploitation se distingue nettement de ce qui a été observé lors de la fouille programmée, tant pour les extractions protohistoriques que pour les extractions modernes et contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Noblet, Emmanuel Mens, « Besné – Saint-Second » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 28 octobre 2020, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/38004

Haut de page

Auteurs

Laurence Noblet

Articles du même auteur

Emmanuel Mens

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laurence Noblet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search