Navigation – Plan du site
2009

Urville-Nacqueville – La Batterie Basse

Responsable(s) des opérations : Anthony Lefort
Notice rédigée par : Anthony Lefort

Texte intégral

Date de l'opération : 2009 (SD)

1La récente reprise documentaire du site d’Urville-Nacqueville a conduit à la mise en place d’un programme de recherche et de sauvegarde d’un patrimoine archéologique et environnemental unique à l’échelle du nord-ouest de la France. Le site présente en effet dans certains secteurs un potentiel archéologique des plus favorables (conservation optimum des vestiges) fortement menacé par l’inexorable érosion littorale dont les couches archéologiques sont la proie quotidienne depuis plus d’un siècle et demi. En septembre 2009, le gisement a fait l’objet d’une série de sondages qui a permis de préciser sa nature et son emprise.

2Si plusieurs hypothèses ont pu être proposées à partir des données anciennes (Lefort, 2008 ; Lefort et Marcigny, 2009), la nature du gisement d’Urville-Nacqueville s’est considérablement précisée. L’occupation laténienne a pu être observée sur plus de 500 m de long et se distingue clairement en deux secteurs contemporains. Les vestiges mis au jour dans le secteur Est se présentent sous la forme d’un complexe domestique et artisanal structuré autour d’une ou de plusieurs parcelle(s) enclose(s) par des fossés, et des éléments de voirie(s). La présence d’ateliers diversifiés à proximité immédiate de l’enclos ne fait aucun doute. Il est même d’ores et déjà possible d’en dresser la liste des activités : meunerie (meule à grain, céréales battues), travail du métal (cuivre, fer), production de sel (briquetages et zone de rejet), salaisons, travail du lignite, etc.

3Les activités financières et commerciales sont également illustrées par la découverte d’un nouveau statère sur le site. La présence de tessons d’amphores italiques illustre quant à elle une certaine prospérité. La découverte à l’ouest d’un cimetière contemporain des occupations laténiennes du secteur Est constitue également un caractère exceptionnel. Il est en effet trop rare de pouvoir mettre en parallèle le monde des morts et celui des vivants sur un même site de ce type.

4Les observations, volontairement limitées afin de ne pas endommager inutilement ce secteur majeur du site relativement bien protégé par la base de la dune dans sa partie sud, nous ont cependant permis d’avoir un aperçu d’organisation interne. Trois sépultures à incinération ont pu être observées en place et forment un triangle au centre duquel se trouvait une petite stèle en dolérite. Le cimetière est également peut-être clos par un fossé dont le comblement très charbonneux paraît avoir été marqué par l’activité d’un bûcher funéraire réalisé à proximité.

5Le statut éminemment élevé de certains des individus incinérés transparaît dans la présence de tessons d’amphores brisées volontairement après que le vin ait probablement été consommé sur place dans le cadre de libations funèbres comme on en connaît dans certaines sépultures d’autres régions de Gaule ainsi que dans le domaine méditerranéen.

6Le site ne se limite pas à une simple unité domestique et à son cimetière familial ; il concentre, en effet, une quantité et une diversité d’activités économiques et artisanales tout à fait significatives qui font écho au système des oppidaconcentrant en leur sein activités artisanales, commerciales, domestiques, politiques et religieuses.

7Si ces deux dernières ne sont pour l’heure pas encore attestées, et que l’absence de rempart semble en revanche avoir été une réalité, il est possible de rapprocher le site d’Urville-Nacqueville aux villages ouverts de la fin du IIe s. et du Ier s. avant notre ère que sont Levroux ou Acy-Romance. Les restes d’amphores découverts en quantité appréciable (5 individus minimum) viennent quant à eux s’ajouter aux nombreux tessons déjà collectés par le passé et accentuent le caractère particulier de ce site. Ils font également écho à ceux découverts en quantité significative outre Manche sur le site d’Hengistbury Head où le vin italique aurait pu traverser la Manche depuis une place commerciale comme Urville-Nacqueville.

8 (Fig. n°1 : Statère attribué aux Baiocasses (Ier s. av. J.-C.))

9Anthony LEFORT

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Statère attribué aux Baiocasses (Ier s. av. J.-C.)

Fig. n°1 : Statère attribué aux Baiocasses (Ier s. av. J.-C.)

Auteur(s) : Lefort, Anthony (BEN). Crédits : Lefort, Anthony, BEN (2009)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Statère attribué aux Baiocasses (Ier s. av. J.-C.)
Crédits Auteur(s) : Lefort, Anthony (BEN). Crédits : Lefort, Anthony, BEN (2009)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/3815/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Anthony Lefort, « Urville-Nacqueville – La Batterie Basse », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/3815

Haut de page

Responsable d'opération

Anthony Lefort

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals