Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire199544 – Loire-AtlantiqueLa Chevrolière – Château de La Fr...

1995
44 – Loire-Atlantique

La Chevrolière – Château de La Freudière

Fouille programmée (1995)
Responsable d’opération : Caroline Gaillard
Notice rédigée avec Anne Allimant

Entrées d’index

Année de l'opération :

1995

Chronologie :

époque moderne

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1Le château de la Freudière est situé à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Nantes, sur la commune de la Chevrolière. Propriété de la famille de Kermoisan au début du xviiie s., le domaine de la Freudière est racheté en 1751 par Julien Pépin de Bellisle, qui décide d’en faire sa résidence de campagne. Dès 1765, pour la conception de ces jardins, il fait appel à Galley, architecte et inspecteur des bâtiments du Roi, qui établit un plan encore conservé au château de la Freudière.

2Ce jardin était alors constitué de quatre grands ensembles. Au nord, une cour d’honneur qui s’achève devant le château par deux parterres transversaux à la française ; au sud, un long double parterre de broderie, encadré par des parterres secondaires, des quinconces, un bosquet et deux réservoirs-viviers. Ce deuxième ensemble se mire dans une pièce d’eau terminée par un hémicycle, que limite un couvert de bosquets. Enfin un potager s’étend au-delà des communs au sud-est du château.

3Une première visite au château de la Freudière au mois de juin a permis de constater la présence d’un certain nombre d’anomalies topographiques, notamment dans les zones plantées récemment en maïs. Cette première visite a été l’occasion, en outre, d’appréhender rapidement le couvert végétal : ainsi, il subsiste dans le potager quelques plantations d’arbres fruitiers. Enfin, les arbres bordant les parterres sont relativement homogènes et laissent apparaître un certain nombre de rejets, qui pourraient laisser supposer l’existence d’anciennes plantations d’arbres.

4Cette première phase s’est achevée durant l’été, par l’établissement, par le service de l’Inventaire, d’un plan topographique de l’ensemble du parc, du château, ainsi que des communs.

5La deuxième phase de cette opération, s’est déroulée durant l’automne et l’hiver 1995. Elle a consistée dans la superposition du plan topographique précédemment réalisé avec les cadastres des xixe s. et xxe s., ainsi que du plan réalisé par Galley. Le calage s’est effectué par rapport aux grands ensembles bâtis et au parcellaire actuel. Il est apparu alors un certain nombre de problèmes de calages, notamment en ce qui concerne le bâti des communs, du potager et de ses environs, ainsi que de la double douve précédant la cour d’honneur. En ce qui concerne le jardin d’agrément, les déformations étaient plus difficiles à percevoir, du fait de l’absence d’un parcellaire détaillé. Suite à ce travail de superposition, une intervention archéologique a été effectuée, qui s’est limitée à une grande tranchée recoupant les deux principaux parterres. Les niveaux les plus élevés de ces vestiges se rencontrent en moyenne à 0,50 m sous le niveau actuel, il est donc probable que les labours aient entamé les niveaux de jardins. L’analyse stratigraphique a permis de mettre en évidence que le terrain avait fait l’objet d’un décaissement à 1,30 m en moyenne sous le niveau actuel, afin que soient installés les différents parterres et plantations du jardin d’agrément. Ce sondage, dans la partie nord-ouest de la tranchée laisse également apparaître un important système de remblai de drainage, qui devait servir à évacuer l’eau en direction des douves extérieures du jardin. En outre, certains trous de plantations sont bien marqués, l’allée centrale située dans l’axe du château a été également retrouvée, ainsi qu’un certain nombre d’anomalies qui pourraient correspondre à des parterres. Une première confrontation entre le plan du xviiie s., le plan topographique et les données de terrain laisse supposer une relative adéquation des données.

6L’année 1996 devrait permettre d’étudier, avec le concours d’un paléobotaniste, la végétation encore en place dans les différentes parties des jardins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Gaillard, Anne Allimant, « La Chevrolière – Château de La Freudière » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/38392

Haut de page

Auteurs

Caroline Gaillard

Afan

Articles du même auteur

Anne Allimant

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Caroline Gaillard

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search