Navigation – Plan du site
2009

Barreau A13-RN13 – Contournement sud-est de Caen

Émiéville
Responsable(s) des opérations : Ludovic Le Gaillard
Notice rédigée par : Ludovic Le Gaillard

Texte intégral

Date de l'opération : 2009 (EX)

1L’opération conduite dans l’emprise d’une liaison autoroutière entre Frénouville et Banneville-la-Campagne fait suite à un diagnostic, mené sous la responsabilité de David Flotté en 2007. Sa prescription concernait une surface de 10 280 m², soit environ 150 m linéaires du tracé. Cette surface a fait l’objet d’un décapage intégral puis d’une fouille, dont les résultats confirment l’existence de deux occupations, sans coupure chronologique probablement, mais sans continuité morphologique.

2La première occupation est laténienne, bien que le mobilier de cette période reste fort rare. Elle se caractérise par un enclos trapézoïdal, incomplètement dégagé, dont la longueur est de 60 m au moins, et la largeur de 48 m au plus ; son fossé présente une interruption au sud-est, précédé en intérieur d’un couple de poteaux. Contre cet espace s’appuie un second enclos, également trapézoïdal, et d’autant plus lacunaire qu’une large destruction récente le recoupe. Il mesure 44 m « en façade », 35 m en profondeur, et s’ouvre au nord-est, près de l’entrée existante. Il s’accompagne d’une subdivision de l’enclos antérieur, puis de divisions parcellaires dans lesquelles se dessine un espace formant avant-cour. Si l’on se fie, par défaut, à leurs orientations, deux bâtiments sur poteaux plantés se rapporteraient à cette phase d’extension. Celle-ci est datée pour l’heure du début de la période gallo-romaine (augustéen ou augusto-tibérien).

3La deuxième occupation est antique. Fixée sur l’orientation du parcellaire, une limite fossoyée nouvelle recoupe les espaces antérieurs sur toute la longueur du décapage, et au-delà. Elle possède là encore une ouverture au nord-est, précédée (en intérieur ?) d’un couple de poteaux. Elle est doublée à une dizaine de mètres par une autre limite fossoyée, qui lui est vraisemblablement postérieure. L’une et l’autre sont enfin couvertes par les vestiges d’un bâti en pierres.

4Ce bâti est sans nul doute l’un des éléments les plus intéressants du décapage. Totalement arasé, il ne se trouve conservé que dans les comblements des fossés antérieurs, mais l’on voit que deux segments de murs sont parfaitement identifiables, et se rapportent probablement à une grande construction trapézoïdale ; des subdivisions sur poteaux et sablière s’y associent. Au nord-ouest, on pourrait voir dans le comblement empierré de la seconde limite fossoyée l’éboulis d’une clôture maçonnée; un bâtiment sur poteaux plantés s’y appuierait.

5L’ensemble se présente ainsi comme un groupe d’édifices alignés sur une longue limite. Bien que leur utilisation ne soit pas claire au terme de la fouille, l’absence de structures domestiques et la carence du mobilier céramique semblent en écarter toute fonction résidentielle. Le défaut de vestiges artisanaux paraît aussi repousser toute autre identification que la dépendance agricole.

6Cette dépendance ne s’inscrit pas dans un contexte bien caractérisé : les données archéologiques sont à Émiéville des plus réduites, et le diagnostic mené dans l’étroite bande autoroutière n’a pas permis d’éclairer la nature de la deuxième occupation antique. De fait, nous pouvons donner deux lectures de la dépendance, l’une dans un contexte de villa ignorée, où l’ensemble exploré constituerait une fraction de la partie agricole, l’autre dans un contexte de fonds étendu, où il constituerait une annexe isolée. Ce dernier type n’est pas ignoré localement, mais c’est à l’exemple de Mondeville, l’Etoile (site II), que pourrait se comparer notre ensemble.

7La deuxième occupation, son parcellaire et sa dépendance agricole, doivent être pour l’heure placés dans une large fourchette Ier s. au IIIe s. apr. J.-C. : la céramique à étudier apportera toutefois, à coup sûr, des précisions chronologiques, et devrait permettre d’en dater chacune des phases.

8 (Fig. n°1 : Vue d’ensemble du décapage, depuis le sud-est)

9 (Fig. n°2 : Vue du bâtiment de la deuxième occupation ; restitution des maçonneries antiques)

10Le GAILLARD Ludovic

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Vue d’ensemble du décapage, depuis le sud-est

Fig. n°1 : Vue d’ensemble du décapage, depuis le sud-est

Auteur(s) : Levalet, F.. Crédits : Levalet F. (2009)

Fig. n°2 : Vue du bâtiment de la deuxième occupation ; restitution des maçonneries antiques

Fig. n°2 : Vue du bâtiment de la deuxième occupation ; restitution des maçonneries antiques

Auteur(s) : Levalet, F.. Crédits : Levalet F. (2009)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Vue d’ensemble du décapage, depuis le sud-est
Crédits Auteur(s) : Levalet, F.. Crédits : Levalet F. (2009)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/3842/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Fig. n°2 : Vue du bâtiment de la deuxième occupation ; restitution des maçonneries antiques
Crédits Auteur(s) : Levalet, F.. Crédits : Levalet F. (2009)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/3842/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Ludovic Le Gaillard, « Barreau A13-RN13 – Contournement sud-est de Caen », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/3842

Haut de page

Responsable d'opération

Ludovic Le Gaillard

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals