Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire199543 – Maine-et-LoireSaint-Georges-du-Bois – La Sicard...

1995
43 – Maine-et-Loire

Saint-Georges-du-Bois – La Sicardière

Sauvetage urgent (1995)
Responsable d’opération : Nicolas Pétorin

Texte intégral

1L’étude d’impact archéologique a révélé, de part et d’autre du ruisseau du Chêne Vert, au sud de la commune de Saint-Georges, des vestiges de l’époque gallo-romaine et du haut Moyen Âge. Le site, connu dès le xixe s., était recensé jusque-là comme emplacement du Vieux Saint-Georges et d’une église primitive, affublé d’une chronologie indéterminée et de nombreux points d’interrogation. Nous avons pu constater cependant, au cours de notre intervention, que ni l’importance, ni la datation précise du site, n’avaient échappé aux nombreux prospecteurs clandestins de la région.

Fig. 1 – Plan général des structures

Fig. 1 – Plan général des structures

DAO : N. Pétorin, D. Fillon, D. Guimard (Afan).

2Pour la période gallo-romaine, il est possible de distinguer plusieurs phases d’organisation du site. La première est représentée par des « structures en creux » (réseaux de fossés, puits, tranchées de sablières basses, trous de poteaux) qui n’apparaissent inscrites que dans le substratum. La chronologie proposée pour cette occupation ancienne couvre globalement la première moitié du ier s. AD, avec quelques nuances cependant, basées sur la présence ou non d’éléments à « affinités Tène finale ».

3Ainsi, une phase précoce (sans doute très légèrement antérieure à notre ère) est marquée par des fossés, déterminant une portion d’enclos rectangulaire (?) – 68 m de côté – dont la fonction n’a pu être établie. Les autres éléments offrent parfois des relations stratigraphiques entre eux, permettant d’établir une chronologie relative, mais le matériel récolté, très homogène, ne permet pas de préciser ce phasage. Par ailleurs, il n’apparaît pas possible de déceler une organisation particulière du site à ce niveau. On peut noter malgré tout que l’orientation générale des bâtiments ultérieurs (comme d’une grande partie du parcellaire encore visible) est conditionnée par celle des fossés principaux de cette première phase.

4Une deuxième étape est caractérisée par l’apport d’un remblai sablo-limoneux, renfermant un matériel céramique

5hétérogène se rapportant au ier s., voire au tout début du iie s. On peut s’interroger sur la provenance de ce matériel et de ces remblais : la seule structure qui vienne s’intercaler entre la première phase et le dépôt des matériaux de remblais est un fossé formant un angle droit et que l’on perd hors des limites de la fouille. Sur ce remblai (et le fossé comblé) vont être construits, dans un troisième temps, différents édifices offrant des types de fondations variées.

6Plusieurs d’entre eux sont marqués au sol par des fondations étroites (20 cm à 30 cm), constituées d’une ou deux rangées de pierres, liées ou non au mortier. On peut sans doute voir dans ces structures des solins destinés à isoler de l’humidité des poutres sablières basses. De nombreux clous semblent confirmer la présence d’un bâti en bois. Nous avons eu l’opportunité de relever, sur l’aire décapée, l’intégralité du plan au sol d’un bâtiment de 64 m de long pour 12 m de large, comportant dix pièces inégales et probablement une galerie sur sa façade sud. Ce type de disposition évoque naturellement les classiques plans de villa allongée à galerie-façade, néanmoins l’emplacement dans un bas fond humide et la concentration de bâtiments tout autour, ne sont pas sans poser quelques problèmes d’interprétation.

7Une autre source d’interrogation est soulevée par une construction, de 8 m de large, suivie sur 20 m, possédant des fondations de 1 m de large, liées au mortier jusqu’à la base. La division interne de cet ensemble n’est pas perpendiculaire mais longitudinale, ce qui isole deux couloirs parallèles de 2,50 m de large. Un mur de 60 m de long, perpendiculaire à l’axe de la bâtisse, vient aboutir à un des angles et présente à son autre extrémité un retour en angle droit que nous n’avons pu suivre que sur quelques mètres. Le tout délimite donc, a priori, un quadrilatère, dont les limites coïncident exactement avec celles de l’enclos d’époque augustéenne évoqué plus haut. À l’intérieur de l’aire délimitée, a été relevé un anneau maçonné de 6 m de diamètre. Une structure identique est perceptible sur photo aérienne dans le champ où se prolongent les différents murs. Divers arguments, dont des similitudes avec des plans de sanctuaires avérés, tendraient à orienter notre interprétation vers un contexte « cultuel ».

8La construction de tous ces édifices s’échelonne apparemment sur l’ensemble du iie s. et l’occupation gallo-romaine a dû perdurer jusqu’au ive s.

9Au vie-viie s., le site est réoccupé, les nouveaux arrivants s’installant sur les ruines de certaines bâtisses, dont ils utilisent les bases pour construire leurs maisons. Les traces de cette implantation du haut Moyen Âge sont assez ténues et souvent délicates à interpréter.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des structures
Crédits DAO : N. Pétorin, D. Fillon, D. Guimard (Afan).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/38652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Pétorin, « Saint-Georges-du-Bois – La Sicardière » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/38652

Haut de page

Auteur

Nicolas Pétorin

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Pétorin

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search