Navigation – Plan du site
2009

Sergeac – Abri Castanet

Responsable(s) des opérations : Randall White
Notice rédigée par : Randall White, Romain Mensan, Matthew Sisk, Amy Clark et Castenet toute l'équipe

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 0225467

Date de l'opération : 2005 (FP)

1Bilan des fouilles programmées (Aurignacien ancien)

2     • L’abri Castanet

3 L’abri effondré dénommé  Castanet  orienté plein ouest, est situé sur la commune de Sergeac, sur la rive droite du vallon de Castel Merle ou vallon des Roches. Après un premier sondage de Marcel Castanet, ce site fut fouillé par ce dernier pour le compte de Denis Peyrony entre 1911 et 1913. Marcel Castanet, dans le même temps, était employé par Louis Didon à la fouille du site adjacent de l’abri Blanchard. Le chantier fut repris par Peyrony et Castanet à la fin de 1924 et en 1925. En 1994, une opération diagnostique dans le secteur nord (Peyrony) a été entreprise par Randall White et Jacques Pelegrin, ainsi que, par la suite, une fouille programmée dans le secteur sud (1995‑1998). Depuis 2005, Randall White dirige les fouilles programmées dans ce même secteur.

4      • Un seul niveau

5L’une des questions importantes concernant l’occupation de l’abri Castanet est la présence ou non d’un niveau supérieur individualisé par Peyrony. Dans le secteur sud, nous pouvons d’ores et déjà affirmer que ce deuxième niveau d’occupation n’existe pas et que le matériel observé tout au long de la séquence du témoin provient sans aucun doute d’un apport du plateau.

6On sait que la coupe Peyrony de 1913 se situait à plusieurs mètres au nord de la coupe laissée par lui-même et Bouyssou à la fin de 1925. Il reste, donc, la possibilité que cette fameuse couche supérieure n’existait que dans l’extrémité nord du secteur nord, mais nous demeurons sceptiques.

7 Interventions dans le secteur sud en 2009

8Rappelons que nous avions installé au nord de la surface fouillée une structure de protection afin de pouvoir démonter le témoin stratigraphique ménagé lors des fouilles 1994-1998. Nous l’avons conservé dans un premier temps jusqu’à ce que la structure 114 soit totalement dégagée, puis ôté par la suite afin de fouiller cet emplacement.

9Les objectifs de la campagne2009 dans le secteur sud étaient doubles :

10      — délimiter de manière précise la structure de combustion 114 sur la surface explorée,

11      — commencer la fouille de la structure en appliquant un protocole de fouille particulier afin d’aborder dans les meilleures conditions possibles sa fonction dans l’espace. Une concertation entre le SRA, le rapporteur de la Cira, responsable du dossier Castanet, ainsi que les membres de l’équipe, a abouti à ce que la fouille de la structure de combustion se déroule sur deux campagnes 2009 et 2010.

12 Le contexte paysager, géomorphologique et topographique de l’Aurignacien de Castanet-Blanchard

13 Si la fouille du secteur sud de l’abri Castanet se fait d’une façon méticuleuse et microstratigraphique, nous avons été poussé par notre propre curiosité scientifique ainsi que par de nombreuses discussions avec les représentants du SRA-Aquitaine (Danny Barraud et Nathalie Fourment) dès 2006 à mettre en place une perspective plus large, en intégrant les deux secteurs de l’abri Castanet.

14 Lors de la campagne 2008, le responsable avait déboisé une bande de cinq mètres de large près de la paroi allant du secteur nord de Castanet à l’extrémité nord de l’abri Blanchard. Par l’intermédiaire d’Isabelle Castanet, nous avons pris contact avec IMPro à Sarlat, une organisation qui cherche à mettre en valeur des jeunes en difficulté. Ils ont accepté notre proposition de déboiser pendant l’automne 2008, une bonne partie du talus, ce qui était accompli au mois de septembre 2008. Le résultat fut assez étonnant, permettant même d’identifier certaines tranchées de Marcel Castanet sur l’ancienne parcelle Blanchard.

15 Pour nous, les fouilles du secteur sud ne peuvent prendre tout leur sens qu’avec une connaissance approfondie de la morphologie du socle, de la structure du karst, de la paléotopographie et même d’éventuels bouleversements dus aux aménagements médiévaux. Poursuivant cet objectif, une campagne de prospections fut programmée pour la session de terrain 2009. Menée en collaboration avec un bureau d’étude spécialisé (Sol Hydro Environnement, 24430 Marsac-sur-l’Isle), cette opération a permis d’élaborer une hypothèse de morphologie du massif tout en préservant l’intégrité des éventuels dépôts archéologiques. La méthode repose sur un ensemble de techniques très peu invasives.

16Cette approche paysagère, topographique et géomorphologique est très enrichissante sur le plan palethnologique. Les questions qui se posent actuellement concernent, par exemple, le rapport entre les représentations pariétales aurignaciennes et la morphologie du bedrocksous les pieds et au-dessus de la tête. En plus de ces objectifs scientifiques, une connaissance profonde du vallon au-delà du secteur sud contribue à la mise en valeur et d’une conservation avisée de l’un des haut-lieux de la préhistoire en Europe.

17 (Fig. n°1 : Fin de la campagne 2009 ; vue panoramique de l’ensemble du versant est du vallon de Castel-Merle avec Blanchard à gauche et Castanet secteur sud à droite)

18 (Fig. n°2 : Photo de Windels, donc vers les années 1940, du versant est du vallon de Castel-Merle montrant un impressionnant abri qui s’étend sur plus de 100 m. La coupe Peyrony du secteur nord se situe à l’extrémité droite de la photo)

19White Randall, Mensan Romain, Matthew Sisk, Amy Clark et toute l’équipe Castanet

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Fin de la campagne 2009 ; vue panoramique de l’ensemble du versant est du vallon de Castel-Merle avec Blanchard à gauche et Castanet secteur sud à droite

Fig. n°1 : Fin de la campagne 2009 ; vue panoramique de l’ensemble du versant est du vallon de Castel-Merle avec Blanchard à gauche et Castanet secteur sud à droite

Auteur(s) : Bourillon, R.. Crédits : Bourillon R. (2009)

Fig. n°2 : Photo de Windels, donc vers les années 1940, du versant est du vallon de Castel-Merle montrant un impressionnant abri qui s’étend sur plus de 100 m. La coupe Peyrony du secteur nord se situe à l’extrémité droite de la photo

Fig. n°2 : Photo de Windels, donc vers les années 1940, du versant est du vallon de Castel-Merle montrant un impressionnant abri qui s’étend sur plus de 100 m. La coupe Peyrony du secteur nord se situe à l’extrémité droite de la photo

(1940)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Fin de la campagne 2009 ; vue panoramique de l’ensemble du versant est du vallon de Castel-Merle avec Blanchard à gauche et Castanet secteur sud à droite
Crédits Auteur(s) : Bourillon, R.. Crédits : Bourillon R. (2009)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/3984/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Fig. n°2 : Photo de Windels, donc vers les années 1940, du versant est du vallon de Castel-Merle montrant un impressionnant abri qui s’étend sur plus de 100 m. La coupe Peyrony du secteur nord se situe à l’extrémité droite de la photo
Crédits (1940)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/3984/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Randall White, Romain Mensan, Matthew Sisk, Amy Clark et Castenet toute l'équipe, « Sergeac – Abri Castanet », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/3984

Haut de page

Responsables d'opération

Randall White

SUP

Articles du même responsable de fouilles

Romain Mensan

Articles du même responsable de fouilles

Matthew Sisk

Articles du même responsable de fouilles

Amy Clark

Articles du même responsable de fouilles

Castenet toute l'équipe

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals