Navigation – Plan du site
2009

Le Bugue – Grotte Mykolas

Notice rédigée par : Patrice Courtaud et Antoine Chancerel

Entrées d’index

Chronologique :

Néolithique moyen

Géographique :

Aquitaine, Dordogne (24), Bugue

Sujets :

vase de pierre

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 2009 (FP)

1Pour la troisième année consécutive, la fouille programmée de cette grotte sépulcrale néolithique a apporté de nouveau éléments qui permettent d’avoir une meilleure idée de la configuration de la cavité à l’époque de son utilisation. Elle comportait une entrée aisée d’à peu près 1 m de hauteur, même si, depuis, elle s’est trouvée totalement comblée par un amoncellement d’argile et de plaquettes calcaires. Cette entrée est séparée du conduit karstique proprement dit par une étroiture dessinée par une concrétion calcitique qui ménage une sorte de vestibule de 1 m à 2 m de longueur. La partie interne de la grotte se développe, elle, sur une cinquantaine de mètres pour une largeur moyenne de 1,50 m et une hauteur de 0,50 m à 0,80 m. Les dépôts funéraires s’étendent sur les neuf premiers mètres après l’étroiture avec une zone dense entre trois et sept mètres.

2Leur fouille fait apparaître une répartition spatiale en partie commandée par des phénomènes de retrait-gonflement des argiles qui composent le substratum.Ceux-ci sont responsables en effet de fissures le long de parois latérales où se sont concentrés et orientés les ossements. Cette répartition préférentielle des os peut être due aux passages des hommes du Néolithique, autant qu’à celui des animaux cavernicoles, en particulier les blaireaux dont la litière épaisse témoigne de l’intensité du séjour. Elle est particulièrement nette dans les carrés presque entièrement fouillés. Ces derniers laissent entrevoir la présence d’un dallage. La répartition des fragments d’un unique gros vase en sac muni d’anses en ruban et des objets en pierres diffère nettement. Elle couvre toute la surface du conduit et montre une partition entre la zone dense en os où figurent une hache polie, un sphéroïde et des flèches tranchantes à retouches abruptes des bords, et la zone proche de l’entrée ou ne figurent que des couteaux à dos, des lames brutes et quelques perles discoïdes. Les dentales proviennent tous en revanche de la bordure profonde de la zone à os. Si cette répartition semble avoir une certaine pertinence, pour le moment aucune connexion anatomique ni aucune vraie proximité anatomique n’a été relevée. Comme c’est fréquemment le cas dans les sépultures collectives, les restes humains gisent ici en grand désordre et se caractérisent par la « désindividualisation » des sujets. L’ensemble sépulcral témoigne cependant d’un dépôt primaire et compte dix sujets. Il est daté par plusieurs 14C du Néolithique moyen dans une fourchette serrée autour de 4 000 BP. 

3Le recouvrement des restes humains, limité en volume, comporte nombre de plaquettes et de cailloux calcaires. Ceux-ci disparaissent brutalement en même temps que les vestiges et cette association stricte signale leur incorporation volontaire dans le conduit. L’origine de la fraction argileuse, en revanche, n’est pas encore départagée entre apports naturels et apports volontaires. La question de la protection éventuelle des restes humains dans ce lieu ouvert naturellement reste de ce fait posée. L’absence de toute autre utilisation après l’arrêt des dépôts funéraires au Néolithique moyen suppose en effet un mode de confinement du sépulcre soit par recouvrement de la couche soit par obturation complète du conduit. C’est la raison pour laquelle une attention extrême sera portée à la fouille à venir de tout le secteur avant de la grotte. 

4 (Fig. n°1 : Sphéroïde en pierre dure)

5Chancerel Antoine et Courtaud Patrice

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Sphéroïde en pierre dure

Fig. n°1 : Sphéroïde en pierre dure

Auteur(s) : Jugie, P.. Crédits : MNPE, dist. RMN, cliché P. Jugie (2009)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Sphéroïde en pierre dure
Crédits Auteur(s) : Jugie, P.. Crédits : MNPE, dist. RMN, cliché P. Jugie (2009)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/3987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Patrice Courtaud et Antoine Chancerel, « Le Bugue – Grotte Mykolas », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/3987

Haut de page

Responsables d'opération

Patrice Courtaud

SUP

Articles du même responsable de fouilles

Antoine Chancerel

MCC

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals