Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire199472 – SartheChalles – Église Saint-Laurent

1994
72 – Sarthe

Challes – Église Saint-Laurent

Sondage (1994)
Responsable d’opération : Xavier Charpentier

Entrées d’index

Année de l'opération :

1994

Chronologie :

époque moderne

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Texte intégral

1Avant que ne débute la prochaine tranche de travaux de restauration de l’église Saint-Laurent de Challes, le Service régional de l’archéologie des Pays de la Loire a décidé d’entreprendre une série de sondages destinés à répondre à certaines questions soulevées lors de la précédente campagne de fouilles réalisée en octobre 1993.

2Quatre sondages ont été ouverts manuellement. Le premier, situé en extérieur, à l’angle du bras sud du transept et du chœur, avait pour but de faire apparaître une éventuelle trace d’une absidiole. L’existence de celle-ci est mentionnée dans un rapport des Monuments Historiques datant de 1842. Le deuxième et le troisième sondages, pratiqués dans le chœur, devaient permettre de mieux cerner la troisième phase d’inhumation effectuée ad sanctos. Cette phase, antérieure à la pose d’un sol de carreaux de terre cuite de 11 cm x 11 cm, se situe dans la Période moderne, sans plus de précision. Le cas échéant, ces sondages devaient permettre la mise au jour d’une abside romane, détruite lors de la réfection du chœur au xvie s. Enfin, le quatrième et dernier sondage a été ouvert à la croisée du transept, afin de localiser un caveau dont l’existence nous a été signalée par témoignage oral.

3Le premier sondage a fait apparaître un unique niveau de sédiment sableux de teinte brune contenant quelques ossements humains. À 0,90 m sous le niveau de circulation actuel, le sol naturel est atteint. À 1,05 m de profondeur, une sépulture apparaît dans l’angle sud-ouest du sondage. Le défunt, un adulte, repose en décubitus dorsal et est orienté est-ouest, tête à l’ouest. Des épingles sont visibles au niveau du rachis ; elles sont les témoins d’un très probable linceul. À l’angle du transept et du chœur, un reste de mur, arasé en fondation, apparaît à 0,05 m sous le niveau de circulation actuel. Il est composé de blocs de grès, grès roussard, liés par un mortier jaune. Bien qu’arrachée, cette construction présente encore une forme courbe ; il s’agit d’un vestige de l’absidiole recherchée. Il est possible de la reconstituer en plan, du fait de l’existence d’un autre arrachement, en partie masqué par un contrefort, à 2,60 m au sud.

4Le deuxième sondage, ouvert contre le mur sud du chœur, fait apparaître, sous un sol composé de carreaux de terre cuite de 11 cm x 11 cm, 22 cm x 22 cm et de béton, un remblai sableux comportant des fragments d’ardoise, de mortier et de rares ossements. À 0,50 m, règne le sable naturel. Le ressaut de fondation se situe à 0,60 m de profondeur, il est large de 5 cm. Le creusement a été interrompu à cette cote, aucune trace d’abside, ni de sépulture, n’ayant été repérée.

5Le troisième sondage, ouvert contre le mur nord du chœur, a permis de dégager, à 0,20 m sous le niveau de circulation actuel, les traces d’un sol de carreaux de terre cuite de 22 cm x 22 cm. Ce sol correspond en fait au sol actuel de la nef et du transept, situé 0,20 m plus bas. Sous un remblai sableux, un second sol a été repéré. Il porte encore les traces de carreau de 11 cm x 11 cm. À n’en pas douter, il s’agit du plus ancien niveau de circulation déjà observé lors de la précédente campagne. À 0,50 m de profondeur, on retrouve le sol naturel. Ici encore, nulle trace d’abside ou de sépulture n’a été rencontrée.

6Le quatrième sondage a été réalisé à la croisée du transept. Il présente, sous un premier remblai sableux, les traces d’un sol de carreaux de terre cuite de 11 cm x 11 cm. Le sol naturel se situe à 0,40 m. Le caveau signalé n’a pas été trouvé. À défaut, deux sépultures ont été repérées. À 1,25 m de profondeur, ont été dégagés deux tibias laissant deviner qu’on est en présence d’un adulte en décubitus dorsal, orienté est-ouest, tête à l’ouest. Des traces ligneuses indiquent qu’il s’agit d’une inhumation en cercueil. À 1 m de profondeur, deux extrémités distales de tibias sont visibles en coupe.

7Trois des quatre sondages n’ont pas fourni les résultats espérés. La dernière phase d’inhumation n’a pu être plus précisément située dans le temps. Seul point positif, l’existence des absidioles est confirmée. En ce qui concerne l’abside, il faut supposer la présence de vestiges enfouis plus à l’est.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Charpentier, « Challes – Église Saint-Laurent » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/39993

Haut de page

Auteur

Xavier Charpentier

Drac Pays de la Loire (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Xavier Charpentier

Drac Pays de la Loire (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search