Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire199485 – VendéeApremont – Le Moulin des Vignes

1994
85 – Vendée

Apremont – Le Moulin des Vignes

Sondage (1994)
Responsable d’opération : Patrick Péridy

Texte intégral

1En prévision d’aménagements envisagés par le propriétaire, une opération d’évaluation a été conduite sur les parcelles C 201 et 202, situées en limite de l’ouvrage en terre que semble former un barrage d’éperon gaulois et gallo-romain. En avant de cet ouvrage en terre une petite formation de type talweg coupe transversalement, selon une direction est-ouest, le bombement schisteux, donnant deux bassins de drainage qui débouchent, l’un sur la vallée de la Vie, l’autre sur le ruisseau de la Tuderrière.

2Sur le plan archéologique, les parcelles en question s’inscrivent dans un vaste ensemble qui pourrait aller du point de confluence pour se prolonger bien au-delà de la levée de terre (cf. rapport 1994 de prospection aérienne)

3L’occupation gallo-romaine est connue depuis longtemps, notamment par les puits « funéraires » et quelques traces de « murs » découverts au début du siècle. Un premier sondage effectué en 1984 sur une parcelle voisine du site a mis en évidence un niveau d’occupation gallo-romaine « précoce » mais surtout des niveaux gaulois très antérieurs (céramique à décor estampé etc.) attribuables à une phase d’habitat que l’on peut dater de La Tène moyenne.

4Les sondages réalisés cette année ont montré une structuration de l’espace relativement précise, que l’on peut ordonner suivant cinq axes :

  • un fossé pré-romaine (gaulois, très probablement) aligné ouest-est ;

  • un « fossé » romain, ouest-est, renfermant un mobilier abondant ;

  • la plate-forme en terre (argile et schistes délités) a été édifiée au-dessus de ce fossé sur une hauteur de plus de 4 m. Cet ouvrage est, selon toute vraisemblance, attribuable à la période gallo-romaine ;

  • la partie habitat proprement dite est établie en avant (vers le nord) : trois murs appartenant à des bâtiments ont été mis en évidence (assises de pierres sèches). Le mode de construction n’a pas été clairement reconnu (sur solins ?) ;

  • deux structures indépendantes (emplacements de bâtiments très probablement) ont été repérées dans la partie basse du site en bordure de falaise.

5Les structures domestiques associées à l’habitat vont du puits à eau (deux) aux petits foyers aménagés.

6Les données stratigraphiques se résument aux points suivants. Le mobilier gallo-romain se trouve essentiellement à la partie supérieure de la stratigraphie, dans les niveaux de terre noire (parties moyenne et basse des tranchées) ou dans la couche argilo-schisteuse (partie haute du gisement). La base de la stratigraphie consiste en une succession de niveaux argileux beaucoup plus pauvres en vestiges. Le mobilier (rare) découvert tout à fait au fond, compte une majorité de tessons gallo-romains et quelques tessons de céramique plus « grossière », difficilement datables. Quelques trous de poteau creusés dans le substrat indiquent la présence de structures sans doute plus anciennes. Faut-il rapporter ce niveau d’occupation à la période gauloise ? Une donnée importante de la chronologie du site est fournie par la comparaison avec le mobilier découvert en 1984 dans la parcelle C 595. La céramique gallo-romaine « précoce » et gauloise présente dans le niveau de terre noire est-ce bien le même horizon ? s’avère être d’une tout autre facture. Les niveaux profonds des parcelles 201 et 202 pourraient bien être plus récents et refléter un déplacement de l’habitat.

7Le mobilier gallo-romain couvre une période assez vaste entre le ier et le iiie s., date estimée du comblement du grand puits. Les bâtiments semblent devoir être rattachés à deux périodes d’habitat, encore non déterminées sur le plan chronologique. L’occupation ancienne, gauloise et gallo-romaine « précoce » est plus diffuse. L’étude méthodique du mobilier reste toutefois à entreprendre.

8Une structure pose problème, en avant de la plate-forme. Une bande de terre rouge, à laquelle se trouve mélangés des blocs de pierre et des schistes détritiques ayant subi l’action d’un feu intense, s’aligne exactement sur ce qui aurait pu correspondre à l’emplacement du talus (ou rempart) primitif surplombant le fossé gaulois. Cette bande de sédiments rouges présente une largeur de 5 m en moyenne. L’hypothèse d’une « aire de cuisson », domestique ou artisanale, avec petits foyers de plein air disposés en batterie sur la zone même de destruction du talus ne peut être écartée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Péridy, « Apremont – Le Moulin des Vignes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/40113

Haut de page

Auteur

Patrick Péridy

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrick Péridy

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search