Navigation – Plan du site
2009

Bordeaux – Bourse du travail

Responsable(s) des opérations : Patrice Cambra
Notice rédigée par : Patrice Cambra et Pierre Régaldo

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 0225606

Date de l'opération : 2009 (SD)

Une découverte fortuite

1En pratiquant une excavation à l’aplomb d’une cage d’ascenseur en construction, des terrassiers ont découvert deux sépultures sous le niveau de fondation en béton de la bourse du travail de Bordeaux. Après un prélèvement en masse effectué par la police, on a pu observer une sépulture encore partiellement en place dans la coupe et faire quelques observations.

2 Le décaissement n’a pas révélé une occupation funéraire importante, d’autant plus que l’emprise était limitée. Du contenant, il restait des traces ligneuses et des clous ; les inhumations en cercueil pour la chronologie régionale sont postérieures au XVI e s. Cependant un abondant matériel céramique (sigillée, commune, amphore), associé à de nombreux vestiges de diaphyses osseuses d’animaux domestiques, renvoie à la fin du I er s. et début du II e s. Il est manifeste que les sépultures n’ont rien à voir avec le sédiment encaissant.

Un cimetière protestant

3L’enceinte de la ville de Bordeaux, élevée dans ce secteur entre 1303 et 1324, coupe ce site de l’église Sainte-Eulalie, ce qui interdit tout lien avec son cimetière. Le plan de Bordeaux dressé par Albert Jouvin de Rochefort vers 1670 (A.M.Bx XL-A435) attribue à un enclos  à peu près rectangulaire situé dans ces environs la mention Cimetiere des Heuguenots. Les plans postérieurs ne la reprennent pas mais quelques documents d’archive témoignent effectivement de l’aménagement d’un cimetière sur un terrain privé qui correspondrait aux actuelles rue Tannesse et Villedieu.

4Malgré la légalisation du protestantisme par l’édit de Nantes, son ouverture avait été obtenue à grand peine, vraisemblablement vers 1605 en même temps que celle du temple de Bègles. Des fortifications de la Fronde remontant aux années 1640 le voisinaient. On connaît son existence surtout par les incidents qui ont émaillé sa fréquentation lors de l’application de l’édit à la rigueur après 1660. Lors de la révocation (1685), ce cimetière a été fermé et démantelé. Certaines des pierres tombales, apparemment celles de familles influentes, servirent à la confection des dalles de la chapelle de l’hôpital de la Manufacture ; elles ont été retrouvées lors de sa démolition en 1935 et dix-sept ont été recueillies dans des grottes à Saint-Macaire.

5On pourrait envisager que les deux sépultures observées étaient proches de la limite nord de ce cimetière. La courte durée de son existence justifie la faible densité des tombes.

6Cambra Patrice et Régaldo Pierre

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Patrice Cambra et Pierre Régaldo, « Bordeaux – Bourse du travail », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4090

Haut de page

Responsables d'opération

Patrice Cambra

MCC

Articles du même responsable de fouilles

Pierre Régaldo

MCC

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals