Navigation – Plan du site
2009

Montignac – Le Petit Chambon, Les Olivoux

Responsable(s) des opérations : Alexandra Hanry
Notice rédigée par : Alexandra Hanry

Texte intégral

Date de l'opération : 2009 (EX)

1Suite à la demande volontaire de réalisation de diagnostic formulée par des particuliers pour un terrain situé au lieu-dit Le Petit Chambon – Les Olivoux, une opération de diagnostic archéologique a été menée en décembre 2009, afin de préciser le potentiel archéologique du secteur et de reconnaître la présence de vestiges archéologiques dans l’emprise affectée par l’aménagement.

2En effet, le projet est implanté à un kilomètre à l’est de la commune de Montignac au niveau de la confluence de La Laurence et de la Vézère, sur l’emprise potentielle d’une importante villagallo-romaine connue depuis le XVIIIe s. : la villades Olivoux. Sur plusieurs hectares, les débris d’artefacts archéologiques jonchent le sol. Du riche palais antique décrit par les fouilles des années 1880, il ne reste que quelques murs aperçus lors du diagnostic de Marie-Christine Gineste en 2009.

3De plus, les fouilles préventives conduites par L. Grimbert en 2005-2006, à une cinquantaine de mètres à l’est du terrain, ont permis de nuancer cette vision romantique de l’occupation. L’interprétation du fouilleur laisse supposer que les vestiges découverts appartiendraient à la pars urbanad’une immense villaou à une domusd’un vicus de la deuxième moitié du Ier siècle  ou IIe siècle de notre ère (voire IIIe siècle), laissant ouverte la discussion sur la caractérisation précise du site.

4L’occupation du sol de ce secteur semble, de plus, ancrée plus anciennement. En effet, c’est au même responsable d’opération que nous devons la découverte d’un four de potier du deuxième âge du Fer sur une parcelle située au nord, à quelques centaines de mètres de notre terrain d’investigation (lieu-dit Le Buy). Les prospections réalisées au début des années 2000 au nord de la parcelle 350 avaient, en outre, révélé la présence d’amphore italique dans le comblement d’un fossé de drainage contemporain. Ces découvertes vont dans le sens d’une occupation de la zone au cours du deuxième âge du Fer.

5Enfin, considérant la présence de niveaux colluvionnés pléistocène, la présence de vestiges paléolithiques demeurait possible. Six sondages ont été réalisés, couvrant 375 m² afin de permettre une exploration à hauteur de 15,3 % de la superficie totale de l’emprise (soit 2 450 m²).

6En ce qui concerne les profondeurs d’exploration, les sondages ont été arrêtés au sommet de la terrasse graveleuse ou des niveaux archéologiques. L’opération s’est effectuée sur une période de cinq jours afin de caractériser la nature et le potentiel des deux occupations rencontrées (moustérienne et gallo-romaine). À l’issue, toutes les tranchées se sont révélées positives. Deux occupations ont été mises en évidence : l’une liée à un habitat du Haut-Empire et l’autre à la présence d’une industrie lithique du Paléolithique moyen.

7Dans la partie orientale du terrain, les tranchées Sd01 et Sd02 ont permis de confirmer l’extension vers l’ouest des constructions mises au jour lors de la fouille dirigée par L. Grimbert sur la parcelle 139. La conservation des orientations et les dimensions standardisées des murs (sept murs d’environ 0,7 m de largeur au niveau des fondations) semblent confirmer l’origine antique de ces structures même si le matériel qui leur est lié est peu abondant.

8En outre, exceptées les parcelles situées le long de la route des Farges (création récente située à l’est) et celles organisées autour du carrefour du Chambon (au sud), la cadastration actuelle reflète largement une organisation ancienne de la zone. Les opérations d’archéologie préventive réalisées ces cinq dernières années tendent à démontrer l’existence, dès l’Antiquité, d’axes majeurs adoptés par les structures viaires et bâties. La conservation dans le paysage de ces orientations privilégiées sur une aire importante (plusieurs hectares) laisse supposer une vaste aire d’occupation antique.

9Mis à part ces murs (M1 à M7), les tranchées de diagnostic ont mis en évidence la présence de structures en creux (ST02 à St07, dont un puits), d’un radier (ST01) et de niveau de remblai (ST08 et ST09) qui semblent en relation avec un habitat du Haut-Empire.

10Cependant l’érosion anthropique et naturelle des sols a marqué la séquence pédologique d’une troncature, qui explique l’absence des niveaux de circulation gallo-romains. Toutefois, le potentiel archéologique des quelques structures dégagées est déjà important. La céramique gallo-romaine, au regard du mobilier d’importation (principalement les sigillées) témoigne d’une occupation de ce secteur entre le milieu du Ier siècle et le milieu du IIe siècle de notre ère.

11Toutefois il ne faut pas écarter la possibilité d’une présence humaine plus ancienne, illustrée par la découverte dans la fosse ST02 d’une trentaine de fragments de céramique non tournée dont la pâte évoque une origine protohistorique (deuxième âge du Fer ?).

12La Préhistoire est bien représentée avec cinq cent trente-quatre pièces lithiques, trouvées sur l’ensemble des sondages du diagnostic. Cinquante-neuf artefacts ont été prélevés dans l’horizon holocène, tandis que les couches du Pléistocène ont livrés quatre cent soixante-quinze pièces.

13Pour ces derniers, deux ensembles (niveaux 1 et 2) assez représentatifs ont pu être différenciés dans des contextes stratigraphiques assez différents.

14Notre interprétation chrono-culturelle des deux ensembles du Paléolithique moyen, en l’absence de datations, s’appuie en l’état sur les arguments techno-typologiques de l’analyse de l’industrie et sa comparaison avec d’autres assemblages. La coexistence sur le gisement de la pièce bifaciale et du débitage Levallois permet d’évoquer avec prudence un contexte chrono-culturel du Moustérien de tradition Acheuléenne (MTA), dans une large plage chronologique allant de 65 000 ans BP à 45 000 ans BP environ.

15Le caractère isolé de ce gisement, dans cette partie de la Vézère où aucune autre industrie MTA n’avait été encore découverte, lui confère, de plus, une valeur scientifique importante. De nombreuses questions restent cependant en suspens, comme son attribution à un type de MTA (type A ou type B ?) ou l’étendue du gisement.

16Notice issue du rapport final d’opération fourni par la responsable, HANRY Alexandra (INRAP)

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Alexandra Hanry, « Montignac – Le Petit Chambon, Les Olivoux », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4128

Haut de page

Responsable d'opération

Alexandra Hanry

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals