Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine200933 – GirondeBordeaux – Place Pey-Berland

2009
33 – Gironde

Bordeaux – Place Pey-Berland

Responsable d’opération : Natacha Sauvaitre

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 0225499

Date de l'opération : 2009 (SU)

1Dans le cadre des aménagements paysagers de la place Pey-Berland, les piliers d’un porche roman, devant l’entrée nord de la cathédrale Saint-André, ont été mis au jour en 2003 (opération W. Migeon, Inrap ; BSR 2003, p. 49-51). L’importance des vestiges a suscité une réflexion sur le devenir du site. Dans l’attente d’une décision, ils ont été recouverts de sable et scellés par une dalle de béton. Ce n’est qu’en 2009, une fois la décision prise de prolonger le dallage du parvis, qu’une opération préventive a pu être effectuée par la société Hadès. L’emprise de fouille était de 420 m2, équivalente à celle de l’aménagement.

2Le but de ces investigations était de vérifier la liaison entre le porche roman et la maçonnerie du transept de la cathédrale et de fouiller les sépultures menacées par le projet.

3Cette opération archéologique a permis de renouveler nos connaissances sur la cathédrale Saint-André à l’époque romane. Le porche, construit au début de la seconde moitié du XIIe s., semble avoir été indépendant de la cathédrale avant d’y être raccordé. Cette tour, en plus d’être un lieu d’accueil, avait une destination essentiellement ostentatoire aux regards des rivalités entre les différentes institutions religieuses de la ville. L’étude métrique démontre un projet ambitieux réalisé pour le rez-de-chaussée avec une grande rigueur. L’édifice a cependant connu des problèmes de stabilité. Fondé dans un sous-sol à la fois meuble (marécages) et comportant des points durs (vestiges architecturaux antérieurs), l’édification de la tour, issue d’un programme ambitieux et ostentatoire, où l’on soupçonne l’intervention de l’archevêque Geoffroy du Loroux (1136-1158), n’a peut-être jamais été achevée bien qu’un texte de la fin du XIIe s., évoque l’existence d’un « nouveau clocher ». Les recherches sur les pressions au sol démontreraient l’apparition précoce de signes de faiblesse entraînant, dans un premier temps, la mise en place d’un renfort dont la fonction reste floue. Son édification a peut-être même accentué la fragilité de l’édifice. Il s’en suit la condamnation de trois portails (nord, ouest et est). La structure est ainsi transformée, au début du XIIIe s., en chapelle, puis, quelques décennies plus tard, en crypte avec la fermeture de l’accès sud et l’adjonction d’un escalier. Le pilier nord-ouest est alors orné de peintures murales, dont la scène principale représenterait un individu allongé sur une barque (Saint Jacques ?). La structure est emmottée progressivement avec l’exhaussement des niveaux de sols extérieurs. Un espace funéraire se constitue autour de l’édifice.

4Deux niveaux d’inhumations ont été repérés. Sur 92 sépultures inventoriées, 55 ont été fouillées. Des individus des deux sexes et de toutes les catégories d’âges sont présents sur le site. Plusieurs modes d’inhumations ont été distingués : sarcophages, coffres bâtis, pleine terre. Des orcels (ampoules en verre) ont été déposés avec les individus inhumés dans les sarcophages et les coffres bâtis. Deux sépultures de pèlerins ont été mises au jour. Les individus ont été enterrés avec leurs attributs (coquilles Saint-Jacques, croix). La population inhumée autour de l’ancien porche semble appartenir à une classe sociale privilégiée (chanoines, laïcs... ?). Leur bon état sanitaire ainsi que le dépôt de mobilier associé au défunt, boucles de ceinture, tissu (soie), cuir (chaussure) permet de suggérer cette hypothèse. Les marqueurs d’activité, identifiés sur certains individus, attestent le port de charges lourdes qui correspondent à des métiers de type maçon, charpentier, tailleur, etc. Plusieurs de ces marqueurs ont été identifiés sur les individus inhumés dans deux tombes dont les couvercles sont décorés respectivement d’un taillant et d’une doloire ; ceci pourrait donner un indice sur le métier exercé par ces individus, tel que tailleur de pierre et charpentier.

5Après un important dépôt d’ossements (ossuaire), dans la première moitié du XIVe s., l’édifice est arasé et la crypte comblée par plusieurs remblais. L’espace ainsi dégagé est aménagé en place devant le nouveau transept gothique et la monumentale porte « des flèches ». Les inhumations semblent se poursuivre. Des sépultures en pleine terre, dépourvues de mobilier, coupent des niveaux de circulation recouvrant un mur arasé. La fonction initiale de ce dernier matérialise, peut-être, un essai de raccordement entre le porche et la cathédrale.

6Le site est perturbé à plusieurs reprises par le percement de réseaux au début du XXe s.

7Onze sépultures et quatre échantillons provenant de l’ossuaire ont été sélectionnés pour réaliser des datations radiocarbone. Les résultats obtenus sont surprenants et proposeraient même de dater certaines inhumations avant la construction du porche. Des explications ont été demandées au laboratoire. Les résultats ont été revus et corrigés en prenant en compte une alimentation en produits de la mer plus importante que d’ordinaire ; de ce fait, la fréquentation funéraire, selon ces datations, se situerait entre les Xe s. et XIVe s., alors que l’étude du mobilier indique une fréquentation funéraire au cours des XIIIe s. et XIVe s.

8L’ensemble des vestiges est actuellement préservé sous un important remblai de sable, le tout recouvert par les nouvelles dalles du parvis de la cathédrale. Une restitution des vestiges en trois dimensions, à partir des nouvelles données acquises, doit être proposée prochainement au public, en application d’une convention établie entre la mairie de Bordeaux, la communauté urbaine, l’institut Ausonius et la Drac-Sra. 

9 (Fig. n°1 : Vue aérienne) et (Fig. n°2 :  Sépulture 45)

10Sauvaitre Natacha

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Vue aérienne

Fig. n°1 : Vue aérienne

Auteur(s) : Sauvaitre, Natacha (Hadès). Crédits : Sauvaitre Natacha, Hadès (2009)

Fig. n°2 :  Sépulture 45

Fig. n°2 :  Sépulture 45

Auteur(s) : Demangeot, C. (Hadès). Crédits : C. Demangeot, Hadès (2009)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Vue aérienne
Crédits Auteur(s) : Sauvaitre, Natacha (Hadès). Crédits : Sauvaitre Natacha, Hadès (2009)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/4149/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Fig. n°2 :  Sépulture 45
Crédits Auteur(s) : Demangeot, C. (Hadès). Crédits : C. Demangeot, Hadès (2009)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/4149/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Sauvaitre, « Bordeaux – Place Pey-Berland » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4149

Haut de page

Auteur

Natacha Sauvaitre

Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Natacha Sauvaitre

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search