Navigation – Plan du site
2009

Terrasson-Lavilledieu – Abbaye de Saint-Sour

Responsable(s) des opérations : Natacha Sauvaître
Notice rédigée par : Natacha Sauvaître

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 0225605

Date de l'opération : 2009 (PR)

1Le projet de restauration de l’église abbatiale de Saint-Sour de Terrasson-Lavilledieu (édifice inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en totalité par arrêté du 03 mai 2001, propriété de la commune) par l’architecte en chef des Monuments Historiques, P. Ponsot, prévoyait la création d’un drainage extérieur au chevet et la réfection des sols intérieurs de l’église. Les tranchées extérieures, dont la profondeur devaient atteindre le niveau de fondation, soit environ 2,50 m, sont localisées le long du flanc sud du monument, contre le chevet et le long du mur est de la sacristie.

2Les origines du monastère sont obscures. Il ne reste de l’ancienne abbaye que l’église, fortement endommagée lors de la guerre de Cent Ans. Elle est reconstruite quasi-intégralement au cours du XVIe s. dans un style gothique flamboyant. Elle subit de nouvelles dégradations pendant les guerres de Religion en 1569, entraînant la décadence de l’abbaye au cours des deux siècles suivants. L’église est finalement restaurée à la fin du XIXe s.

3Aucune opération archéologique n’avait été menée autour de l’abbaye bénédictine. De ce fait, une fouille préventive a été prescrite par le service régional de l’Archéologie d’Aquitaine sur l’ensemble des longueurs des tranchées extérieures ainsi que la réalisation de sondages à l’intérieur de l’église. Cela représente un linéaire de 65 m à l’extérieur, tandis que les sondages à l’intérieur de l’édifice représentent une surface explorée de 9 m². Notre intervention devait permettre d’observer les fondations et notamment reconnaître d’éventuelles occupations antérieures.

4L’opération a été menée par une équipe de sept personnes du bureau d’investigation Hadès pendant quatre semaines (une semaine consacrée aux sondages, trois semaines pour la fouille).

5 Les sondages dans l’église

6Le projet de restauration du sol de l’église prévoyait un impact minime de l’ordre de 0,30 m. Les sondages, réalisés sans limite de cote de profondeur, devaient permettre d’appréhender la présence de sépultures et éventuellement de distinguer des structures antérieures à l’édifice de culte actuel. Trois sondages ont été effectués.

7Le sondage 3 se situe dans la première travée du chœur. Sous les remblais de nivellement récents une inhumation en cercueil, orientée est-ouest, tête à l’ouest, a été partiellement mise au jour. Seul le tronc supérieur a pu être dégagé. Le reste de la sépulture se poursuit sous les marches menant au chevet. L’étude anthropologique n’a pas permis de déterminer ni le sexe ni l’âge de l’individu. Une seconde sépulture en cercueil, axée est-ouest, a été repérée dans la berme sud du sondage.

8Une maçonnerie, axée nord-sud, d’une largeur d’un mètre, assez mal conservée, a été reconnue en dessous avec un retour vers l’est. Elle est fondée dans le substrat et ne semble pas parementée. Sa fonction n’est pas assurée : ancien caveau, crypte ou base d’un édicule ?

9Le sondage 4 a été effectué dans la première travée de la nef contre le mur sud de l’église et la colonne de l’arc doubleau. Dans les remblais d’exhaussement du niveau de sol de la nef, mis en place lors de la restauration de l’église au XIXe s., un petit ossuaire a été dégagé indiquant le regroupement partiel d’ossements provenant d’anciennes sépultures. Plusieurs niveaux de terre liés, sans doute, à l’utilisation de cette partie de l’église comme jardin après les guerres de Religion, ont été observés. Le sol primitif de l’église composé de dalles rectangulaires ainsi qu’une banquette et la base décorée de la colonne de l’arc doubleau ont été partiellement dégagés en-dessous. Le sol primitif de l’église au XVIe s. est situé 2 m en-dessous du niveau de circulation actuel de l’église.

10L’objectif du sondage 6, situé à proximité de la chaire de l’église, était de comprendre l’organisation interne de l’édifice et l’important dénivelé remarqué entre le sondage 3 et 4. Un mur, orienté nord-sud, large de 0,91 m a été partiellement dégagé. Il est parementé sur le flanc ouest. Deux assises ont été dégagées. Ce mur correspond au mur de clôture de l’église érigé après les guerres de Religion réduisant ainsi l’espace du culte à la croisée du transept et au chevet.

11La surveillance archéologique menée à l’occasion du retrait du sol dans les chapelles latérales et autour de l’autel a permis d’observer partiellement un lambeau de sol composé de trois dalles assez usées, dégagé directement sous le sol actuel du chœur, similaires à celles découvertes dans le sondage 4. Le mur nord de l’église primitive (XVIe s.) a été observé à cette occasion sous le pilier nord du chevet. Aucune structure n’a été repérée dans les chapelles latérales.

12 La surveillance archéologique le long du chevet et du flanc sud de l’église

13Les vestiges sont apparus sous d’importants niveaux de remblai, pauvres en mobilier archéologique.

14Vingt-huit sépultures ont été dégagées. On dénombre vingt-six coffrages bâtis de pierres calcaires, une cuve de sarcophage, une sépulture en pleine terre. Plusieurs ont été recoupées par les fondations du chevet de l’église reconstruite du XVIe s.

15L’orientation des sépultures varie en fonction de la disposition des vestiges architecturaux. Les individus sont tous déposés sur le dos avec la tête à l’ouest.

16Trois sépultures en coffrage étaient pourvues chacune d’un vase funéraire. Il s’agit de cruche à panse légèrement globulaire du type « rouge polie ». Deux d’entre elles étaient disposées à droite du crâne de l’individu. La troisième a été découverte sur le couvercle d’une sépulture. Plusieurs pots similaires sont référencés dans le Sarladais dont la fourchette chronologique est comprise entre les Xe s. et XIIIe s.

17Plusieurs tronçons de murs antérieurs au chevet de l’église ont été dégagés entre les renfoncements des contreforts. Il pourrait s’agir des vestiges de l’église primitive (XIIe s.). Les vestiges d’une salle souterraine (cave ?) composés de deux murs et d’un escalier de cinq marches ont été partiellement dégagés au sud de la chapelle méridionale. Elle est comblée d’un remblai hétérogène meuble, riche en ossements humains. Elle est antérieure à la restauration de la chapelle sud de l’église actuelle.

18Sur les trente sépultures mises au jour, à l’intérieur et à l’extérieur de l’édifice, vingt et une ont pu faire l’objet d’une étude anthropologique. Cette dernière a permis de distinguer trois individus immatures et dix-huit adultes (onze hommes, une femme et six indéterminés).

19Des analyses radiocarbone doivent être réalisées sur plusieurs sépultures. Elles permettront de préciser l’occupation funéraire et d’affiner la datation du mobilier associé aux défunts. Une étude documentaire est en cours. Elle consiste en un dépouillement des sources médiévales et modernes pour renseigner l’histoire de l’abbaye et la topographie du quartier.

20 (Fig. n°1 : Sépulture 8)

21Sauvaitre Natacha

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Sépulture 8

Fig. n°1 : Sépulture 8

Auteur(s) : Lemée, E. (Hadès). Crédits : Lemée E. Hadès (2009)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Sépulture 8
Crédits Auteur(s) : Lemée, E. (Hadès). Crédits : Lemée E. Hadès (2009)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/4159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Natacha Sauvaître, « Terrasson-Lavilledieu – Abbaye de Saint-Sour », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4159

Haut de page

Responsable d'opération

Natacha Sauvaître

Hadès

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals