Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire199485 – VendéeNoirmoutier-en-l’Île – Chapelle S...

1994
85 – Vendée

Noirmoutier-en-l’Île – Chapelle Saint-André

Sondage (1994)
Responsable d’opération : Xavier Charpentier

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1S’inscrivant dans un périmètre de protection archéologique au titre du décret 86-192, les terrains visés par le projet de création d’un lotissement se situent au voisinage de l’ancienne chapelle Saint-André, dont la fouille réalisée en 1866 avait permis la mise au jour de sépultures. Il a donc été décidé de procéder à un diagnostic archéologique.

2Les parcelles sondées s’étendent autour de l’emplacement de l’ancienne chapelle, vers le nord, l’est et le sud-est. Nos connaissances archéologiques du lieu sont basées sur les résultats d’une fouille conduite en 1866 par J. Piet. Les notes rédigées à cette occasion font état de la découverte de quatre sépultures, deux sarcophages en calcaire datés de la période mérovingienne et deux sépultures constituées par un assemblage de tuiles. Des maçonneries ont également été dégagées et demeurent non datées. Le mobilier issu de la fouille comprend des fragments de céramiques « à pâte rouge » (sigillées ?) et trois monnaies gallo-romaines de Faustine et Marc Aurèle ainsi que Maximien.

3Vingt-six tranchées, d’une longueur de 10 m à 18 m, ont été ouvertes à l’aide d’un tractopelle équipé d’un godet de curage de 1,50 m de large. Dans chacune des tranchées, le sol naturel a été atteint. Sur ces vingt-six sondages, huit se sont révélés négatifs, six présentent du mobilier en coupe, douze présentent des structures.

4Les sondages négatifs se répartissent au nord-ouest de l’emprise, à l’extrême sud, au nord – nord-est, à l’est et au sud-est Sous un niveau de terre végétale, règne une couche sablo-argileuse de teinte grise comprenant quelques galets. Entre 0,50 m et 0,70 m sous le niveau de circulation actuel, on trouve le sol naturel composé d’une argile de teinte brune, sporadiquement recouverte d’une fine couche de sable blanc. La majorité de ces sondages permettent d’estimer les limites occidentale, orientale et sud-ouest du site.

5Les sondages n’ayant livré que du mobilier sont répartis sur l’ensemble du site. Plus encore que l’abondance de mobilier, la nature du niveau dont est issu le matériel est révélatrice. Ainsi, dans la quasi-totalité des tranchées apparaît un niveau sablo-argileux de teinte noire contenant un mobilier abondant et varié (tuiles, céramiques communes, sigillées, malacofaune et faune).

6Les sondages ayant révélé des structures se situent dans une large zone au nord-ouest et au nord-est de l’emplacement de la chapelle. Les structures mises au jour sont fossoyées, à une exception près. Il s’agit d’une fosse ou d’une cave et de quatorze portions de fossés. Une seule structure, de type solin, présente une élévation. Les fossés sont apparus au fond des tranchées lorsque le sol naturel a été atteint. Dès lors, le comblement se distingue nettement du terrain environnant. Pour cette raison, le degré d’enfouissement des vestiges ainsi que les largeurs et les puissances conservées sont difficiles à déterminer. Les orientations des structures mises au jour sont très variées, seul un décapage de grande ampleur permettrait de saisir une organisation. Le mobilier recueilli révèle une occupation du site de la fin du ier au début du iiie s. apr. J.‑C.

7Au terme de l’opération, il apparaît que l’aire d’implantation des sépultures dégagées au siècle dernier soit limitée aux abords immédiats de l’ancienne chapelle. Le site apparu lors de cette opération est pour l’essentiel composé de structures fossoyées gallo-romaines. Il s’étend sur plus d’1 ha, sa limite septentrionale n’a pas été déterminée. Dans cet espace, tout affouillement excédant 0,30 m par rapport au niveau de circulation actuel présenterait un risque patent de destruction de vestiges archéologiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Charpentier, « Noirmoutier-en-l’Île – Chapelle Saint-André » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/42923

Haut de page

Auteur

Xavier Charpentier

Drac Pays de la Loire (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Xavier Charpentier

Drac Pays de la Loire (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search