Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire199485 – VendéeVouvant – Église

1994
85 – Vendée

Vouvant – Église

Sauvetage urgent (1994)
Responsable d’opération : Thierry Cornec

Entrées d’index

Année de l'opération :

1994

Chronologie :

époque moderne

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1L’église de Vouvant, célèbre pour son portail sculpté, est un édifice daté du début du xie s. Plusieurs fois détruite, puis reconstruite au cours de son histoire, elle fut restaurée en grande partie au xixe s., en laissant à l’état de ruines les trois travées occidentales. Il n’en reste que les murs gouttereaux, les deux piliers nord cruciformes et leurs arcades, ainsi que deux piliers sud carrés reconstruits plus récemment ; la façade ouest est formée par un rebouchage pratiqué entre les piliers. La reprise du dossier au début des années 1980, prévoyant la réfection des maçonneries, la construction d’un toit et la reprise du sol dans la « nef ruinée » a provoqué la mise en place d’une fouille de sauvetage.

2Après la découverte et l’enlèvement d’un premier sol en dalles calcaires du xixe s., la fouille a révélé une série importante de sépultures et un ensemble d’ateliers de fondeurs de cloches.

3Les sépultures, au nombre de 117, se divisent en deux catégories : les adultes (23 individus) cantonnés dans le vaisseau central et les immatures (94 individus, dont une majorité de néonatals) essentiellement répartis dans les bas-côtés. Les pratiques funéraires divergent aussi d’un groupe à l’autre ; les premiers sont tous inhumés en cercueil clouté, auquel s’ajoute parfois un linceul retenu par des épingles, tandis que pour les seconds on voit apparaître des contenants différents, comme les caissons de bois et les tuiles en tige de botte. L’emploi du linceul est plus fréquent.

4Ces pratiques et le mobilier associé aux tombes (bague, monnaies, chapelets pour les adultes, colliers et croix pour les immatures) permettent de dater les inhumations de cette phase des xviie et xviiie s. L’étude anthropologique prévue ultérieurement, jointe à celle des registres paroissiaux, complétera l’étude archéologique des sépultures découvertes à Vouvant.

5Les ateliers de fondeurs de cloches sont formés par trois fours, sept moules à cloches répartis dans quatre fosses et trois moules construits hors-sol. Les fours sont enterrés profondément (au moins 1 m) et soigneusement parementés mais réduits au cendrier. Les parties en élévation du foyer ont disparu. Ils sont tous trois implantés à l’ouest du vaisseau central où ils perturbent et sont perturbés par des tombes.

6Les moules à cloches sont construits sur le modèle décrit par Diderot et d’Alembert dans l’Encyclopédie. Le fond des fosses montre les restes des noyaux, ou moules internes, montés en briques de récupération entourés d’un bourrelet argileux constituant la base de la chape, ou moule externe. Les traces de foyer au centre des noyaux, utilisés pour le séchage du moule, et le trou de piquet central, destiné à la rotation du gabarit de façonnage du noyau et de la fausse cloche, complètent ces vestiges et prouvent que l’ensemble des opérations de montage et de séchage avait lieu dans la fosse de coulage. Les moules, d’un diamètre compris entre 0,60 m et 0,80 m, sont encore entourés du remblai de calage destiné à contenir les moules pendant la fonte. Le reste de la fosse est remblayé de nombreux fragments de moules, provenant de leur destruction à l’issue de la fonte.

7Trois moules sont montés uniquement en argile au fond d’une autre fosse suivant une technique médiévale. De même, les moules construits hors-sol et sans doute destinés à être transportés, opération réalisée aussi au Moyen Âge, montrent que ces techniques anciennes ont perduré chez les fondeurs de Vouvant.

8Les fosses, creusées à l’ouest du vaisseau central, ont fonctionné, comme les fours, alors que cette partie de l’église recevait encore des inhumations. Il est donc possible de dater ces installations des xviie et xviiie s.

9Toutes ces structures, tombes et ateliers de fondeurs, qui n’ont pu être liées à un sol, sont creusées dans un niveau de démolition résultant de l’effondrement des voûtes, vraisemblablement intervenu au milieu du xviie s. C’est aussi dans ce niveau que l’on observe la tranchée de fondation des piliers sud.

10Ce niveau d’effondrement recouvre entièrement un sol aménagé, formé de tomettes disposées géométriquement en losanges. Il est le support de nombreuses sépultures, visibles par les reprises des carreaux (dalles de calcaire ou carreaux de modules différents) et des pierres tombales. L’une d’elle décorée d’une croix pattée inscrite dans un cercle, recouvrait une sépulture en pleine terre où le corps était enveloppé d’un linceul. Cette sépulture, la seule de cette phase à avoir été fouillée, semble tardi-médiévale et ne permet pas de dater la construction du sol. La fouille s’arrêtant, sur les directives de l’architecte en chef des Monuments Historiques, au-dessus de ce sol, il est impossible de dire s’il forme le sol roman ou s’il procède d’un remaniement ultérieur.

11L’ensemble des excavations a été rebouché avec soin, avant le début des travaux de restauration.

Fig. 1 – Nef ruinée de l’église : sol médiéval

Fig. 1 – Nef ruinée de l’église : sol médiéval

Relevé : T. Cornec (Afan).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Nef ruinée de l’église : sol médiéval
Crédits Relevé : T. Cornec (Afan).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/42988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Cornec, « Vouvant – Église » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 18 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/42988

Haut de page

Auteur

Thierry Cornec

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thierry Cornec

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search