Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté201171 – Saône-et-LoireDe Saunières à Sermesse – Lit min...

2011
71 – Saône-et-Loire

De Saunières à Sermesse – Lit mineur du Doubs

Sondage (2011)
Responsable d’opération : Annie Dumont
Notice rédigée avec Philippe Moyat

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Drassm

Texte intégral

1Les prospections subaquatiques menées en 2011, entre les communes de Sermesse et de Saunières, dans le prolongement de la zone investiguée en 2009 puis en 2010, ont permis de découvrir quatre nouveaux ensembles de pieux et de piquets en bois. Leur position dans le chenal et leur configuration permet de les attribuer soit aux restes de pièges à poissons, soit aux vestiges de digues destinées à diriger l’eau sur un moulin flottant. Ces deux activités ayant existé sur une longue durée dans ce secteur (périodes médiévale à contemporaine), les deux hypothèses sont à considérer. Seule une étude plus précise (décapage et sondages), et la découverte de mobilier associé, permettraient de conforter l’une ou l’autre de ces hypothèses.

2Le premier ensemble comprend soixante-et-onze pieux verticaux formant plusieurs lignes : quatre sont parallèles à la berge et une autre, qui a manifestement été renforcée et réparée par l’ajout de piquets de part et d’autre de l’alignement principal, est orientée en oblique, depuis le chenal en direction de la rive gauche, formant ainsi un V avec les autres lignes. Des interruptions visibles dans les rangées sont liées au fait que des piquets étaient masqués par des dépôts récents de vase ou par la végétation au moment de la prospection, ou bien encore elles ont été partiellement détruites par les dragages. Cet ensemble prolonge des groupes de pieux topographiés en 2011 et datés par 14C dans la fourchette 1448-1634. Cinq analyses effectuées sur les bois découverts en 2011 confirment le rattachement de cette structure à l’époque moderne, entre le xve et le xviie s.

3Le second ensemble, localisé très près de la rive gauche, est formé de 93 pieux au total ; il est possible que plusieurs pieux n’aient pas été vus car la structure était envahie d’une végétation aquatique très dense au moment de la prospection. Contre la berge, des bois horizontaux, correspondant peut-être à du clayonnage, ont été observés. Une ligne longue de 57 m, parfois doublée par des pieux plantés de part et d’autre (renfort et réparation probables), est disposée en oblique depuis le chenal en direction de la berge. Elle forme un angle peu ouvert avec un autre groupe de pieux dont une partie est disposée parallèlement à la rive (fig. 1).

Fig. 1 – Ensemble de pieux découvert en 2011 et datés entre le xve et le xviie s. par 14C

Fig. 1 – Ensemble de pieux découvert en 2011 et datés entre le xve et le xviie s. par 14C

Relevé de terrain : A. Dumont (Drassm), P. Moyat (Artehis), G. Lemaire ; infographie : P. Moyat (Artehis).

4Cinq analyses 14C permettent de dater le fonctionnement de cet aménagement entre le xve et le xviie s.

5Le troisième ensemble est également très près de la rive gauche. Il est constitué de 84 pieux répartis en trois groupes qui forment, malgré des interruptions, un alignement légèrement oblique partant de la berge et allant en direction du chenal. À l'inverse, l'expression mal à propos signifie « de façon inopportune, au mauvais moment ». La locution adjectivale à propos, quant à elle, a pour synonymes les adjectifs opportun, pertinent, approprié, convenable, utile, bon, etc. À l’extrémité aval de cette structure, une meule entière (fig. 2), plusieurs fragments de meules et un gros bloc quadrangulaire percé en son milieu ont été découverts, ce qui laisse penser à une digue destinée à canaliser l’eau sur un moulin flottant.

Fig. 2 – Meule découverte au fond du Doubs

Fig. 2 – Meule découverte au fond du Doubs

Cliché : P. Moyat (Artehis).

6Il n’a pas été possible de voir si des restes d’embarcations étaient conservés ; en effet, tout le secteur est recouvert d’une couche de vase déposée récemment, à laquelle sont mêlées de nombreuses coquilles de moules ainsi que des détritus contemporains jetés depuis la berge. Un retour sur ce secteur permettrait de dégager ces meules afin d’en faire un relevé précis, et de vérifier la présence ou l’absence d’épaves. Ces meules peuvent correspondre à des rejets effectués depuis le moulin flottant alors qu’il fonctionnait encore. Le moulin aurait ensuite pu être déplacé et les meules rejetées seraient restées à cet emplacement. Leur étude permettra sans doute de dire si on est bien en présence de meules usagées devenues inutilisables. Six pieux ont été datés par 14C : ils attestent la mise en place de ces lignes de pieux entre la fin du xe s. et la fin du xiie s.

7Les moulins flottants du Doubs sont cités dans les textes depuis au moins le xive s. (Farion 2004 ; La Fay 2005). Les données des prospections subaquatiques permettent maintenant de confirmer que ces installations ont existé au moins dès le xiie s. sur la portion aval de la rivière ouvrant ainsi un potentiel d’études totalement inédit. Il est probable qu’on découvre un jour les restes d’un moulin sur bateaux plus ancien que celui qui est en cours d’étude et qui se rattache à une période située entre le xve et le xviie s.

8Le quatrième ensemble se trouve à une quarantaine de mètres de la rive gauche. Il est constitué de quatorze pieux disposés en deux lignes qui forment un V. À l’extrémité aval de cette digue se trouve un amas de briques et de tuiles provenant de la tuilerie de Navilly et datant du xixe s.

9La Minute d’État-Major, levée au 1:40 000e au cours de la première moitié du xixe s., montre qu’à cet endroit un moulin flottant était installé dans le chenal (fig. 3). Une datation sur un des pieux de la digue confirme son appartenance à la période contemporaine. Cette digue (ou benne) a probablement en partie été détruite par les dragages.

Fig. 3 – Extrait de la Minute d’État-Major montrant l’emplacement du dernier moulin flottant de Saunières

Fig. 3 – Extrait de la Minute d’État-Major montrant l’emplacement du dernier moulin flottant de Saunières

10Il est possible que l’amas de tuiles et de briques corresponde à la cargaison d’un bateau qui aurait fait naufrage en ce point après avoir accroché et déchiré sa coque sur les pieux qui formaient un écueil important au moment des basses eaux.

11Parallèlement aux recherches subaquatiques, une prospection au sonar à balayage latéral effectuée par J.-F. Mariotti (SRA Poitou-Charentes) a permis de localiser 23 anomalies entre Pontoux et Les Bordes, près de la confluence avec la Saône, qui devront faire l’objet de vérifications en plongée.

12Plusieurs images montrent nettement des concentrations de blocs, une probable pirogue ainsi qu’une anomalie ressemblant à une épave.

13Au cours de cette campagne 2011, un sondage a été effectué sur les restes du moulin flottant découvert en 2009 et partiellement relevé en 2010, au niveau de ce que l’on suppose être l’avant de la grande embarcation, appelée corte, qui supportait le mécanisme et les meules. Ce sondage a été très localisé mais il a cependant permis de constater que la coque est conservée sur plus d’1 m de hauteur (le fond n’a pas été atteint mais on l’estime à 1,50 m). Elle mesure 10,50 m de long pour 5,60 m de large, et est formée d’un assemblage de planches relativement massives, dont la structure est renforcée par des membrures de section carrée. Sous le sable, le bois est en excellent état de conservation. Dans la partie dégagée, à la base du sondage contre la rive, une chaîne se trouve encore en place, enroulée autour d’un bordage. Elle part en direction de la berge et constituait probablement un des éléments d’amarrage du moulin (fig. 4), ce qui confirme que l’installation a coulé dans sa position de fonctionnement. L’étanchéité de la coque était garantie par un calfatage à la mousse, maintenu par des appes (agrafes métalliques), comparable à celui qui avait été observé et étudié sur la coque du forain en 2010 (Chavoutier 2011).

Fig. 4 – Vue de détail de la chaîne d’amarrage du moulin de Saunières

Fig. 4 – Vue de détail de la chaîne d’amarrage du moulin de Saunières

Cliché : P. Moyat (Artehis).

14Sur la levée qui forme l’avant de la coque, une réparation est visible. Il s’agit d’une pièce de bois maintenue par trois chevilles, autour de laquelle on a ajouté du calfatage et des appes. Ce renfort rappelle les réparations vues en 2010 sur l’autre embarcation et confirme que ce moulin a dû servir longtemps avant de couler.

15La campagne 2011 a confirmé la richesse du chenal du Doubs entre les communes de Sermesse et de Saunières. Les vestiges découverts se rattachent, pour le moment, aux époques médiévale, moderne et contemporaine (début xixe s.). Cependant, la présence contre la rive droite d’indices d’époque gallo-romaine, ainsi que les découvertes anciennes liées aux dragages, laissent augurer de possibles futures découvertes se rattachant à cette période.

16Grâce au recours à différentes méthodes d’investigation, prospection subaquatique systématique d’une portion de chenal dans des couloirs balisés, investigation au sonar, et recherche dans les archives, on a pu mettre en lumière le fort potentiel archéologique du lit du Doubs malgré les dragages qui l’ont touché.

17En 2012, les prospections et les sondages seront poursuivis en aval, en direction de l’ancien port de Saunières et un autre sondage sera effectué sur les épaves du moulin flottant.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Ensemble de pieux découvert en 2011 et datés entre le xve et le xviie s. par 14C
Crédits Relevé de terrain : A. Dumont (Drassm), P. Moyat (Artehis), G. Lemaire ; infographie : P. Moyat (Artehis).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/43571/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 2 – Meule découverte au fond du Doubs
Crédits Cliché : P. Moyat (Artehis).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/43571/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Titre Fig. 3 – Extrait de la Minute d’État-Major montrant l’emplacement du dernier moulin flottant de Saunières
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/43571/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Titre Fig. 4 – Vue de détail de la chaîne d’amarrage du moulin de Saunières
Crédits Cliché : P. Moyat (Artehis).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/43571/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Dumont, Philippe Moyat, « De Saunières à Sermesse – Lit mineur du Doubs » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 25 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/43571

Haut de page

Auteurs

Annie Dumont

Drassm

Articles du même auteur

Philippe Moyat

UMR 6298 ARTeHIS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Annie Dumont

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search