Navigation – Plan du site
2006

Moulin-sous-Touvent – Le Buisson-Masson, Puisaline, Le Château-Gauthier

Notice rédigée par : Richard Rougier

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8900

Date de l'opération : 2006 (EV)

1Afin de prolonger l’activité de son dépôt de déchets ménagers, la S.A. Gurdebeke souhaite engager les travaux d’aménagement d’un nouveau site, à environ 1 km au sud de l’actuel situé sur la commune de Moulin-sous-Touvent, au nord de la route départementale. Le site choisi est un vallon sec (vallon dit de « Château-Gautier ») et ses rebords immédiats, partie amont d’un petit affluent de l’Oise et encaissé de plusieurs dizaines de mètres dans le plateau environnant.

2Les découvertes répertoriées sur la commune montrent toutes une occupation antique très forte, autour de la voie romaine Meaux - Noyon, partiellement reprise par les voiries actuelles et située à 2 km à l’est du terrain sondé. Toutefois, au regard des bouleversements engendrés par les combats de la première guerre mondiale, il est légitime de s’interroger sur leur état actuel au regard de ces destructions et des travaux entrepris pour la remise en culture de la région. En effet, une ligne de front a été établie dans le secteur dès l’automne 1914, avec de nombreuses lignes de tranchées, des boyaux transversaux, des réseaux de fils de fer barbelés, des observatoires, etc., toutes les formes d’une guerre qui s’installe dans la durée.

3La portion de terrain diagnostiqué se situe à proximité de cette ligne de front, à quelques hectomètres en arrière de la première ligne française encore visible de nos jours dans le Bois Saint-Mard. Préalablement au diagnostic, des plans militaires d’époque avaient été superposés avec la topographie actuelle. Ils montrent la présence d’un réseau de tranchées et de boyaux qui permettaient d’accéder à la première ligne française qui faisait face à la première ligne allemande adossée à la Chaussée Brunehaut. Une tranchée importante, parallèle à la ligne de front dont elle est distante de plus de 700 m, est visible sur le terrain sondé. Dénommée tranchée de Cambronne, elle forme une sorte de seconde ligne voire plutôt de troisième ligne comme le suggère une carte allemande non datée. Ces lignes sont reliées aux autres par des boyaux aux noms évocateurs :

4     - des régiments de passage : boyau du 69e , boyau des Spahis, etc. ;

5    - des origines des troupes : boyau de Scaër, boyau de Quimperlé, boyau de la Loire, boyau de la Vienne, boyau du Finistère, boyau du Blanc Mesnil, boyau de l’Erdre, etc.

6À l’approche du front, les ramifications se densifient alors qu’elles sont moins nombreuses en arrière. La topographie du lieu a pu également jouer puisque le vallon de Château-Gautier a pu servir d’abri.

7Globalement, les sondages ont confirmé, parfois à quelques mètres près, les emplacements d’ouvrages militaires tels que le plan de superposition le proposait. Ponctuellement, de petits décalages sont apparus mais ils restent assez minimes si bien que les plans d’état-major peuvent être qualifiés de fiables.

8Le diagnostic a permis de mettre en parallèle des données historiques et des observations archéologiques concrètes. Celles-ci montrent bien les réseaux de tranchées et quelques aménagements qui reflètent la vie quotidienne des soldats: guérites, abris, etc. On notera toutefois le faible nombre d’impacts d’obus relevé, surtout si l’on compare à d’autres secteurs qui ont fait l’objet du même type de travaux depuis quelques années. La faiblesse des impacts semble confirmer le caractère de secteur « calme » que les observateurs ont avancé.

9Par ailleurs, des sondages ont été systématiquement réalisés dans les tranchées et boyaux rencontrés ainsi que dans toutes les « taches » détectées. En dehors d’une petite dépression renfermant du mobilier très fragmentaire vraisemblablement protohistorique, les autres sondages ont presque tous livré du mobilier métallique qui certifie une attribution à la Grande Guerre : tôles, fragments de corps d’obus, fils de fer barbelés notamment. Pratiquement aucun reste de matériel militaire et surtout aucune trace d’ossements en dehors d’un fémur de bœuf. À noter en revanche les nombreux restes de piquets en bois, parfois associés à des rouleaux de barbelés. L’une des questions posées, pas entièrement résolue par le diagnostic, est l’impact des remises en état faites au début des années 1970 pour la mise en culture des parcelles.

10ROUGIER Richard (Inrap)

11 (Fig. n°1 : Moulin-sous-Touvent « Le Buisson Masson - Puisaline - Le Château Gauthier ». Plan du diagnostic archéologique (R. Rougier, É. Mariette, Inrap))

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Moulin-sous-Touvent « Le Buisson Masson - Puisaline - Le Château Gauthier ». Plan du diagnostic archéologique (R. Rougier, É. Mariette, Inrap)

Fig. n°1 : Moulin-sous-Touvent « Le Buisson Masson - Puisaline - Le Château Gauthier ». Plan du diagnostic archéologique (R. Rougier, É. Mariette, Inrap)

Auteur(s) : ROUGIER, Richard (INRAP). (2006)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Moulin-sous-Touvent « Le Buisson Masson - Puisaline - Le Château Gauthier ». Plan du diagnostic archéologique (R. Rougier, É. Mariette, Inrap)
Crédits Auteur(s) : ROUGIER, Richard (INRAP). (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/4380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Richard Rougier, « Moulin-sous-Touvent – Le Buisson-Masson, Puisaline, Le Château-Gauthier », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Picardie, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4380

Haut de page

Responsable d'opération

Richard Rougier

INRAP

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals