Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2010Domaine public maritimeAu large de Saint-Pierre (Martini...

2010
Domaine public maritime

Au large de Saint-Pierre (Martinique) – Ponton de la quincaillerie Gouyet

Sondage (2010)
Responsable d’opération : Laurence Serra
Notice rédigée avec Henri Amouric et Lucy Vallauri

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université de Provence

Texte intégral

1La problématique de cette opération s’inscrit dans le cadre de recherche du projet collectif de recherche interrégional (PCRI) « Poteries des îles françaises de l’Amérique, productions locales et importées, xviie-xxe s. », sous la direction d’Henri Amouric, Laboratoire d’archéologie médiévale méditerranéenne, UMR 6572, université de Provence/CNRS. Le PCRI est conduit depuis 2007 en collaboration avec le service régional de la Martinique, le Service régional des patrimoines de la Guadeloupe et l’Inrap départements d’Outre-Mer.

2L’emprise de la zone des sondages se situe dans la rade de Saint-Pierre. Il s’agit de deux gisements de tessons, faisant face à la quincaillerie Gouyer et au ponton de débarquement.

3L’ensemble des découvertes est très homogène et trouve des parallèles avec les grandes séries répertoriées dans les contextes de Saint-Pierre, fossilisés par l’éruption de 1902, qu’il s’agisse des lots du musée Franck Perret, de l’Habitation Perrinelle, de la Maison coloniale de santé, etc.

4Le premier secteur, carroyé sur 2 000 m2 est composé de plusieurs concentrations de vaisselle et de matériaux de construction en céramiques : fragments de poêlons et de marmites de Vallauris, tuiles en écailles estampillées Marseille, briques, pots de chambre et tians de Saint-Zacharie, jarres de Biot, bouteilles en verre noir… Trois sondages ont été réalisés, aux points les plus riches en mobilier ainsi qu’un ramassage de surface dans les autres carrés. Il en résulte une homogénéité des tessons ainsi qu’une origine quasi exclusivement provençale des poteries. Malgré l’absence de bois d’architecture navale, les trois zones sondées pourraient correspondre aux vestiges de trois épaves, du fait de l’homogénéité des strates dégagées : une couche de matériaux de construction, une couche de vaisselle vernie au plomb, une couche de matériaux, puis le sédiment (fig. 1). Les vestiges, abondants dans les premières couches stratigraphiques, présentent des cassures fraîches et sont d’apparence neuve. Ils sont en place et ne présentent pas l’aspect d’objets roulés par les tempêtes. Dans les couches inférieures, la céramique est associée à des paniers d’amandes, des chaussures en cuir, des os de boucherie portant la trace de découpe… Il pourrait s’agir des marchandises stockées dans des goélettes qui mouillaient en eau profonde dont certaines vues contemporaines montrent le déchargement sur des chalands de débarquement. L’hypothèse du déversement de piles de vaisselle lors d’une rupture de charge, superposée à la vaisselle d’un naufrage, n’est pas à exclure toutefois. Concernant la datation de ces premières strates, les hypothèses les plus vraisemblables renvoient à l’un ou l’autre des évènements dramatiques qui marquent la vie de Saint-Pierre au tournant du xixe et du xxe s., soit les ouragans de 1872, 1883, celui plus destructeur de 1891, ou enfin la nuée ardente de la Montagne Pelée de mai 1902. Néanmoins, dans l’un des trois sondages, le dégagement a été poursuivi jusqu’à 1,30 m de profondeur. La vaisselle apparaît à nouveau au-delà de la couche de sédiment, située à moins de 1 m, ainsi qu’un plomb de douane portant les fleurs de lys de l’époque de la Restauration. Au plus profond du sondage, la faïence, la céramique et le fond d’une bouteille en verre sont datés du début du xixs. La seconde zone est un gisement de poêlons à queue et de marmites empilés, présentant à l’intérieur un magnifique verni orangé. Au vu des coordonnées du gisement signalé depuis les années 1990 par M. Météry, inventeur de plusieurs épaves de la rade de Saint-Pierre, il pourrait s’agir des restes d’un des chalands de débarquement appelé, dans l’imaginaire local épave au dobann, terme qui désigne la vaisselle domestique ancienne originaire d’Aubagne et par extension toute la vaisselle de Provence, qui a été dégagée suite à l’ouragan Lenny de 1999. Au vu de ces premiers résultats, les vestiges dégagés et prélevés constituent un important témoignage des échanges maritimes en mer caraïbe au xixe s.

Fig. 1 – Vaisselle vernissée en place

Fig. 1 – Vaisselle vernissée en place

Cliché : P. Groscaux (CNRS-LAMM).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vaisselle vernissée en place
Crédits Cliché : P. Groscaux (CNRS-LAMM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/43832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Serra, Henri Amouric et Lucy Vallauri, « Au large de Saint-Pierre (Martinique) – Ponton de la quincaillerie Gouyet » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 28 décembre 2020, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/43832

Haut de page

Auteurs

Henri Amouric

Articles du même auteur

Laurence Serra

Université de Provence

Articles du même auteur

Lucy Vallauri

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laurence Serra

Université de Provence

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search