Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes1993Domaine public maritimeAu large de Sainte-Marie et de La...

1993
Domaine public maritime

Au large de Sainte-Marie et de La Trinité (Martinique)

Prospection thématique (1992)
Responsable d’opération : Marc Guillaume

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Gran

Texte intégral

Canons du Loup-Ministre FR/M/3/D/017

1Point culminant d’une chaîne madrépodique reliant la côte de la Caravelle au Rocher du Pain-de-Sucre au nord de la commune de Sainte-Marie, le Loup-Ministre est l’un des principaux dangers au large du havre de la Trinité. Généralement bien visible en raison des vagues qui déferlent sur les plus hauts fonds, il ne présente un réel danger que pour le navire désemparé qui se laisse dériver avec la houle et le vent jusque sur le sommet qui est couvert de moins de 2 m d’eau. Profitant de quelques journées de grand calme pendant l’hivernage où les alizés ne soufflent plus sur l’île, nous avons pu effectuer une exploration du sommet du Loup.

2Le sommet de la caye se présente comme un plateau relativement peu accidenté très exposé à la mer. Sept canons ont été repérés ainsi qu’un fragment d’ancre, des traces de doublage de plomb et une meule à grain en pierre. Le manque d’indices ne permet pas de déterminer si les canons ont été rejetés par-dessus bord par un navire essayant de s’alléger pour échapper au naufrage ou s’ils marquent l’emplacement d’une épave qui aurait depuis disparu.

Naufrage pointe de la Batterie FR/M/3D/018

3La côte nord de la Caravelle est bordée d’une série de cayes s’avançant à quelques centaines de mètres en mer au droit des différentes pointes séparant les anses sablonneuses. Les cayes de la pointe de la Batterie s’avancent à plus de 400 m au large et représentent un des dangers majeurs de l’entrée dans le port de La Trinité.

4Lors d’une prospection en apnée, des traces de naufrage sont rapidement apparues : pièces de gréement (chouquet de mât, cerclage de fer, etc.), gueuses de lest et fragments de doublage de cuivre. Ici encore l’exposition de ce récif à la houle a empêché la conservation des structures de charpente. Cependant les éléments découverts permettent de se faire une idée du navire s’étant perdu sur la caye. Les pièces de gréement et le doublage indiquent qu’il s’agit d’un voilier de bois à coque doublée de cuivre. L’ensemble des gueuses de fer semble encore en place. Entre trente et quarante gueuses de fer s’étendent sur une dizaine de mètres de long. Elles sont de deux modèles, l’un de 67 cm de long et l’autre de 95 cm, pour une section de 15 x 15 cm. La densité du fer étant de 7, leur poids est de : 9,5 dm x 1,5 cm x 1,5 dm = 21,375 cm3 x 7 = 149,625 kg (environ 150 kg) et de 6,7 dm x 1,5 cm x 1,45 dm = 15,075 dm3 x 7 = 105,525 kg (environ 100 kg).

5On peut estimer le poids de l’ensemble à environ 5 tonnes. Si l’on considère avoir l’ensemble du lest de fer du navire (nous n’avons pas observé de gueuses isolées), nous pouvons estimer son tonnage minimal (le lest de galets généralement utilisé en complément du lest de fer ne peut pas être estimé). Le poids de lest d’un navire est généralement compris entre le quart et le septième de sa charge. Cela nous donne un navire ayant au moins entre 20 et 35 tonneaux. La longueur de la zone de concentration du lest, une dizaine de mètres, est cohérente avec cette hypothèse.

6Il pourrait s’agir alors d’un caboteur ou d’un borneur, un des nombreux navires assurant la liaison entre La Trinité et les autres ports de l’île ou des îles voisines.

Cayes de l’îlet Saint-Aubin FR/M/3/D/019

7Les cayes prolongeant l’îlet au sud-ouest constituent le principal danger au nord de la baie de la Trinité. Des ancres isolées et les traces d’un naufrage témoignent du danger constitué par ces récifs. Du navire dont nous avons retrouvé traces, quelques éléments métalliques sont encore visibles sur la partie haute du récif où brisent les vagues ainsi que du matériel dispersé sur la caye sous le vent de ces vestiges : une ancre à jas de fer, un élément de guindeau métallique, une courbe de bau, des gueuses de lest, de la clouterie de cuivre, des tessons de céramique, des fragments de bouteilles, un tronçon de penture de gouvernail et de nombreux galets de lest.

Épave de l’Anse Létang FR/M/3/D/007

8L’épave de l’Anse Létang a été déclarée à la fin des années soixante-dix par des plongeurs amateurs. En 1992, le Gran avait effectué une première plongée de repérage qui avait permis de localiser le site et d’observer des fragments de canons et un empilement de cuves à sucre qui étaient indiqués sur le plan des inventeurs. À cette occasion un plomb de sonde, découvert à proximité des canons, avait été remonté.

9Une passe, située à l’ouest de l’Anse, traverse la caye du nord au sud. Cette passe, profonde de 8 à 11 m, large de 6 m et au fond tapissé d’un sable coquiller grossier est perpendiculaire à l’axe du récif. Les vestiges du naufrage sont disposés dans et autour de cette passe. Le détecteur de métaux a permis de localiser des éléments de fer pris dans la concrétion et des éléments de plomb (feuilles de plomb et deuxième plomb de sonde). Tout d’abord très large, la passe se referme rapidement pour ne plus former qu’un couloir de 6 m de large sur 8 ou 9 m de haut. Ses parois verticales sont évasées à la base, créant un surplomb sous lequel un plongeur peut nager à l’aise. C’est dans la zone d’entrée, avant que les parois ne se rapprochent pour former le couloir, qu’ont été découvertes les feuilles de plomb, des tessons de verre et de céramique, ainsi que le second plomb de sonde.

10Plus loin dans la passe on rencontre successivement les restes de 3 canons. Ceux-ci sont brisés, les tourillons cassés, et leur état de conservation générale est très mauvais. Ceci nous incite à penser qu’il s’agit de canons de lest. Vers le sud, on rencontre l’empilement de cuves déjà repéré par les inventeurs. Ce sont des chaudières de sucrerie type Père Labat. Toutes ont le même diamètre de 97 cm correspondant à 3 pieds de France.

11Après une zone de sable et quelques gros rochers isolés, on rencontre un grand nombre de pierres de taille. On peut reconnaître 7 modules différents. Les modules 3, 4, 5, 6 et 7 sont des parallélépipèdes. Les modules 1 et 2 présentent une forme plus complexe. Ce sont des pierres destinées à constituer des encadrements de portes. On retrouve dans de nombreux bâtiments de sucreries de Martinique des pierres comparables.

12Trois ancres se trouvent enchevêtrées dans une cuvette de corail, à peu de distance du bord de la passe, en surplomb des chaudières à sucre. Les cinq ancres retrouvées sur le site sont de modèle très semblable. Elles mesurent entre 3,10 m pour la plus grande et 2,60 m pour la plus petite. Ce sont toutes des ancres à jas de bois.

13L’ensemble de ces éléments tend à faire penser à un naufrage de la seconde moitié du xviiie s. ou de la première moitié du xixe s. (ancre à jas de bois, chaudière d’équipage), l’absence de traces de doublage de cuivre vient renforcer cette hypothèse.

Pain-de-Sucre : Sainte-Marie FR/M/4/E/001

14En 1992, plusieurs ancres anciennes ont été déclarées au pied de la pointe du Pain-de-Sucre, dans l’Anse Charpentier, sur la commune de Sainte-Marie. Une plongée d’évaluation du site début 1993 a permis de localiser plus d’une quinzaine d’ancres sur un périmètre de moins de 100 m de côté. Il a également été possible de mettre à jour plusieurs fragments de formes à sucre, localisés dans une cuvette de sable, à l’ouest du site.

15Un comptage des ancres et un relevé précis du site ont été réalisés pendant la campagne de 1993. Les premières plongées ont montré que le nombre d’ancres était très supérieur à notre première estimation qui s’était faite avec une mauvaise visibilité. Si certaines ancres sont encore très visibles appuyées ou posées sur le corail, la plupart d’entre elles sont soit ensablées, soit recouvertes de corail. Un grand nombre est dans un état de destruction avancée. La grande majorité de ces ancres sont des ancres à jas de fer repliable (xixe s.). Pour trois d’entre elles, il est possible d’affirmer à coup sûr qu’il s’agit d’ancres à jas de bois. La longueur de la verge de ces ancres s’étage entre 90 cm et 206 cm.

16Bloqués dans une cuvette de sable dans la zone de concentration des ancres, des tessons de forme à sucre ont été découverts. En l’absence de typologie des formes à sucre rencontrées en Martinique il n’est pas possible de les rattacher à un module particulier. Aucun élément ne permet pour l’instant de décider s’il s’agit des restes d’un chargement qui aurait chaviré ou du naufrage d’une embarcation.

17Cette concentration d’ancres peut sembler étonnante : plus de quarante ancres de type très semblable sur une zone de moins de 150 m de long pour moins de 35 de large. Le mouillage se situe au vent du rocher du Pain-de-Sucre. Le vent et la houle concourent à repousser les navires à la côte. Les ancres ont donc du déraper et venir se bloquer sous la caye. Cette hypothèse s’est trouvée vérifiée : par deux fois l’ancre de notre propre navire a suivi le même chemin, ne pouvant être dégagée que par les plongeurs.

18Sur la plage, face au mouillage sont encore visibles des restes de murs maçonnés et le sol est jonché de tessons de céramique à pâte rouge et divers fragments de faïence. Ces structures doivent être mises en rapport avec l’habitation dite habitation Pain-de-Sucre située au-dessus du Pain-de-Sucre, au lieu-dit Thénos. Il semble que nous ayons affaire à l’embarcadère servant à écouler la production de cette habitation.

19Situé à la charnière entre terre et mer, ce site pourrait constituer le terrain idéal pour un travail conjoint avec l’archéologie terrestre. La datation des vestiges terrestres pourrait nous apporter des précisions concernant la période d’activité de ce petit mouillage. Ce serait l’occasion de reconstituer de manière concrète une partie du circuit commercial d’une habitation sucrerie martiniquaise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Guillaume, « Au large de Sainte-Marie et de La Trinité (Martinique) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 28 décembre 2020, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/43851

Haut de page

Auteur

Marc Guillaume

Gran

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marc Guillaume

Gran

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search