Navigation – Plan du site
2006

Saint-Crépin-Ibouvillers – Le Tabary

Notice rédigée par : Stéphane Beaujard

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9011

Date de l'opération : 2006 (EV)

1Le diagnostic a été motivé par le dépôt d’un permis de construire qui recouvre l’aménagement d’un lotissement de 72 maisons d’habitation individuelle. L’emplacement du futur lotissement occupe un espace voué à l’agriculture, une pâture et un verger. Les parcelles sont situées en rupture d’un plateau qui ouvre à l’est sur un vallon de faible amplitude. La limite ouest de l’emprise à sonder culmine à 136,5 m NGF, la limite est à 133 m NGF. Le point bas du vallon se situant à 125 m NGF d’altitude. Pour le secteur concerné, les données de la carte géologique indiquent une formation du Crétacé caractérisée par une assise du Campanien (C6). Cette assise est surmontée par des limons du Quaternaire.

2Depuis une trentaine d’années, le secteur fait l’objet, d’une part de prospections aériennes (P. Joy), d’autre part d’interventions ponctuelles. Un enclos funéraire carré interprété comme un sanctuaire païen (P. Joy, 1994) a été repéré en prospection aérienne au lieu-dit « Le Fief ». Il est localisé à 500 m à l’est du lieu de l’intervention sur un plateau situé sur le versant opposé du vallon. Un système d’enclos « gigogne » attribué à l’âge du Fer a été repéré par le même prospecteur (1999) au lieu dit « Le Bois Camp » à plus d’un kilomètre au nord-est de l’emprise à diagnostiquer. Dans un environnement plus large (4 km au sud-ouest), au lieu-dit « Les Bruyères », deux interventions préalables à l’extension d’une carrière (SA Carrières Chouvet) ont été menées sur une butte résiduelle destinée à de l’extraction de sablon :

3    - une fouille d’évaluation menée par M. Derbois (1995) qui a mis en évidence un axe de communication secondaire (voirie), un réseau de fossés de parcellaire, ainsi qu’un établissement rural gallo-romain ;

4    - un diagnostic mené par S. Beaujard en vis-à-vis (2004) qui recouvrait aussi des éléments de voirie et des fossés de parcellaires considérés comme antique, ainsi que du mobilier résiduel attribuable au Ier s.-IIe s. de notre ère.

5Enfin il est signalé (sous toutes réserves) la présence de puits d’extraction de silex néolithique (D. Fujellier, 1977) à Saint-Crépin-Ibouvillers.

6Le secteur à sonder a concerné une emprise de 72 361 m2. Le diagnostic réalisé en dix jours de travail a permis de réaliser 40 tranchées espacées de 12 m à 15 m, ainsi qu’un décapage, pour un total de 8 602 m2, soit 11,88 % de la surface disponible.

7Cette intervention a permis de mettre en valeur la structuration de vestiges attribuables à La Tène et à la période moderne ou contemporaine.

8Les vestiges les plus anciens sont attribuables à la période de La Tène Finale D2. Ils matérialisent la présence d’un site d’habitat fortement érodé particulièrement difficile à identifier (fiché sur un substrat argileux et poches de cailloutis de silex) d’où il ne subsiste au sol que les éléments les plus excavés. Un décapage d’environ 1 000 m2 a été nécessaire pour circonscrire l’occupation. On dénote deux bâtiments sur poteaux, soit un grenier (bien conservé, de 8,5 m2) et un bâtiment d’un module suffisamment grand (32,5 m2) pour concevoir qu’il ait servi d’habitation. D’autres trous de poteau sans organisation apparente (du fait de l’érosion) et des fosses complètent l’ensemble. L’établissement était peut-être délimité par un fossé d’enclos, comme tendrait à l’attester un lambeau mis au jour en parallèle des bâtiments.

9Le mobilier est très peu présent du fait de l’érosion et de la pente existante (une dizaine de formes identifiables : dolium, vase de stockage, écuelle et fusaïole) mais recouvre certainement une autre réalité. On peut en effet aussi considérer, au regard du substrat caillouteux et argileux, que le choix du stockage en aérien (greniers) ait été préféré au profit d’un enfouissement, dans des structures de type silos notamment.

10Au regard de l’arasement général, le site d’habitat a été fouillé à 50 % durant la phase de diagnostic.

11Deux fosses très parallèles espacées d’environ 3,50 m se développent à proximité du site d’habitat, repérés sur 80 m et 220 m linéaires, selon une orientation nord-est - sud-ouest. On peut supposer qu’ils sont contemporains de l’occupation Latènienne, sans certitude toutefois et qu’ils correspondent à des éléments de voirie. Au regard de leur orientation dans le paysage, il est possible de trouver des éléments de comparaison avec les vestiges mis au jour sur Saint-Crépin-Ibouvillers, au lieu-dit « Les Bruyères ».

12Les autres vestiges découverts correspondent à une trame de fossés de parcellaire de la période moderne ou contemporaine. Des fosses complètent l’ensemble, dont certaines semblent liées à de l’extraction de cailloutis de silex.

13BEAUJARD Stéphane (Inrap)

14 (Fig. n°1 : Saint-Crépin-Ibouvillers « Le Tabary ». Phasage du secteur d’habitat (S. Beaujard, Inrap))

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Saint-Crépin-Ibouvillers « Le Tabary ». Phasage du secteur d’habitat (S. Beaujard, Inrap)

Fig. n°1 : Saint-Crépin-Ibouvillers « Le Tabary ». Phasage du secteur d’habitat (S. Beaujard, Inrap)

Auteur(s) : BEAUJARD, Stéphane (INRAP). (2006)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Saint-Crépin-Ibouvillers « Le Tabary ». Phasage du secteur d’habitat (S. Beaujard, Inrap)
Crédits Auteur(s) : BEAUJARD, Stéphane (INRAP). (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/4501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Stéphane Beaujard, « Saint-Crépin-Ibouvillers – Le Tabary », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Picardie, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4501

Haut de page

Responsable d'opération

Stéphane Beaujard

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals