Navigation – Plan du site
2006

Château-Thierry – 2 rue du Champ Sot

Notice rédigée par : Jean Siguoirt et François Blary

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8967

Date de l'opération : 2006 (FP)

1Un diagnostic archéologique a été mené, au 2 de la rue du Champ Sot du quartier actuel dit « Les Vaucrises », à la fin du mois d’avril 2005 par l’unité d’Archéologie du service du patrimoine de la Ville de Château-Thierry. Les deux tranchées de sondage avaient mis en lumière de nombreuses fosses dépotoirs contenant un abondant mobilier domestique datant des Ier s.-IIIe s. sur ce secteur particulièrement préservé de l’agglomération antique. Le grand vicus de Château-Thierry a déjà été circonscrit par de nombreuses interventions urbaines réalisées par l’unité d’Archéologie depuis 1987 (Blary et alii, 1995 ; Blary, 1999 ; Pichon, 2003).

2En toute logique, la nécessité de fouiller préventivement cette parcelle a été confirmée par la décision du Service régional de l’archéologie de Picardie de prescrire des fouilles préventives sur l’intégralité de la parcelle. La Ville de Château-Thierry a décidé en accord avec le propriétaire du terrain de prendre à sa charge la totalité du coût de cette opération urbaine. L’unité d’Archéologie de la Ville a donc préparé et mis en œuvre cette intervention sur le terrain de juin à novembre 2006. Durant cette période, cette intervention a permis l’intégration de stagiaires en archéologie à la manière d’un chantier-école pour les universités de Paris I, Panthéon-Sorbonne et de Reims.

3Le terrain présente un pendage régulier du nord vers le sud (passant de 95 m à 88 m NGF). Les terres végétales modernes et contemporaines qui recouvraient les vestiges archéologiques ont été décapées et évacuées intégralement à l’aide d’engins mécaniques. L’épaisseur de ces « terres à jardin » stériles était au nord de 0,80 m atteignant progressivement 1,40 m au sud. À l’exception de quelques rares fosses contemporaines (essentiellement milieu du XXe s. et pour les plus anciennes de l’extrême fin du XIXe s.) situées en bas de parcelle au sud, l’aire ainsi ouverte ne présente quasi aucune perturbation postérieur à l’époque antique, la ville médiévale et moderne s’étendant plus à l’est. Le substrat géologique pentu dans lequel sont implantées les structures observées est constitué d’horizons lités de sable de Cuise (Yprésien supérieur).

4La fouille avait comme objectif premier, la reconnaissance de l’ensemble des structures fossoyées. Compte-tenu de l’abondance des mobiliers contenus dans ces fosses dépotoirs, il a été procédé une reconnaissance complète avec le prélèvement le plus exhaustif possible des divers mobiliers contenus. Sur une superficie de 950 m2, et conforme aux données du diagnostic, un ensemble imposant de 350 faits a ainsi été observé. L’étude des données recueillies sur le terrain permet de reconnaître une occupation protohistorique distincte des phases d’occupation liées au développement de parcelles domestiques structurées de l’agglomération antique.

Présence d’une occupation néolithique ancienne de type VSG

5La première occupation observée est caractérisée pas la présence de fosses. Les occupations postérieures ont grandement perturbé et altéré la lecture de ces horizons précoces ne laissant que quelques vestiges isolés dans l’aire ouverte. Aucune organisation spatiale pertinente ne peut être déterminée. Le mobilier issu de ces contextes fossoyés est constitué exclusivement de pièces lithiques.

6Les quelques lames présentent sur le site sont confectionnées à partir d’un silex de bonne qualité, notamment à partir du silex tertiaire bartonien (à l’instar de celui identifié sur le site d’extraction minière de Jablines, distant d’une soixantaine de kilomètres). Les éclats sont en revanche fabriqués le plus souvent à partir d’un silex local de moins bonne qualité. Les outils retrouvés et identifiés dans ces contextes sont des grattoirs et racloirs, des tranchets voire des burins, ainsi que quelques armatures de flèches.

7Malheureusement à ce mobilier lithique relativement abondant, nul fragment de céramique voire d’élément de parure n’a été retrouvé, ce qui aurait pu faciliter l’identification de ce groupe culturel. La présence de quelques trous de poteau en associations avec ces fosses néolithiques militent pour reconnaître ici une réelle occupation bâtie. À ce premier examen, il conviendra de poursuivre l’étude de ces mobiliers avec l’aide de spécialistes de la période. Cette découverte constitue à l’heure actuelle l’indice d’occupation humaine le plus ancien retrouvé sur le territoire communal castrothéodoricien.

Occupation d’époque romaine

8La deuxième période d’occupation est certes beaucoup plus dense et beaucoup plus structurée. L’aire ouverte de la fouille formant un rectangle oblong d’axe nord-sud met au jour ici qu’une toute petite partie de cinq parcelles incomplètes d’un îlot domestique de l’agglomération antique. Les premiers éléments de l’étude mobilière permettent toutefois de distinguer trois phases comprises entre le Ier s. avant notre ère et la fin du IIIe s. Cette occupation est caractérisée essentiellement par des fossés, des trous de poteau et de très nombreuses fosses dépotoirs. Deux solins de murs et un fond de cabane complètent encore cet inventaire général.

9La première phase de l’aménagement est représentée seulement par quelques fosses et trous de poteau épars.Le mobilier céramique contenu rattache ce lot structurel à une phase d’occupation gauloise mais dont l’organisation spatiale reste trop ténue pour être évoquée ici. La deuxième et la troisième phase correspondant au développement et à l’abandon de l’habitat antique sont comprises entre le Ier s. et le IIIe s. L’étude du mobilier en cours permettra d’affiner dans cette mise en phases des séquences plus précises.

10L’élément marquant de l’occupation tient dans l’organisation régulière des structures de cette urbanisation. Une combinaison de fossés et de lignes de trous de poteau formant clôtures scandent régulièrement le terrain. Cinq sections sont ainsi observées formant un réseau de parcelles laniérées d’axe est-ouest. La largeur des parcelles mesurables dans l’emprise de la fouille varie de 6 m pour la plus étroite à 8 m pour la plus large.

11Chaque « parcelle » semble délimiter des ensembles de structures spécifiques. Mais il convient de rester prudent quant à l’interprétation de l’organisation d’ensemble qui reste très difficile à effectuer compte tenu de l’étroitesse de l’espace ouvert à la fouille, ne donnant lecture que d’une fraction très limitée de cet îlot antique. Au sud, la première section très incomplète ne livre qu’un mur avec deux retours se poursuivant hors de l’emprise fouillée. Les assises de ce mur sont constituées de moellons calcaires grossièrement équarris liés au mortier de chaux. La parcelle voisine est caractérisée par des niveaux de sol rubéfié et des foyers en relation avec un fond de cabane, dont la limite est se situe hors de l’emprise fouillée. La troisième parcelle groupe un bâtiment structuré sur poteaux de bois, un silo disposé sous abri. La quatrième contient les restes d’un bâtiment dont la mise en œuvre connaît probablement plusieurs phases d’aménagement passant d’une structure uniquement sur poteaux à une structure mixte intégrant solin ou mur en pierre). La dernière parcelle visible au nord est marquée par une série de trous de poteau en relation avec un niveau de sol damé et une structure de plan quadrangulaire.

12La perception d’ensemble montre l’alternance de petits bâtis et d’espace ouvert. Les cinq espaces perçus semblent dépendre de structures d’habitat situées, toutes, hors de l’emprise de fouille. La nature domestique de la très grande quantité de mobilier recueillie dans les fosses dépotoirs (vaisselles culinaires et de table associées à de nombreux restes fauniques) confirme cette hypothèse.

13L’abandon des grandes structures (silo, fossés, fond de cabane) est marqué stratigraphiquement, systématiquement scellé par des couches de stabilisations formées de matériaux de destructions particulièrement cendreuses. Le mobilier recueillit dans ces couches atteste de l’abandon de ce secteur de l’agglomération à la fin du IIIe s. apr. J.-C.

14Si cette fouille apporte quelques données nouvelles à la connaissance de l’agglomération antique qui a précédé la naissance de la ville médiévale de Château-Thierry, force est de constater que la connaissance concrète et approfondie du phénomène urbain antique d’Odomagus reste encore à faire (Blary et alii, 1995). Il parait donc important de poursuivre l’enquête méthodique et préventive débutée il y a vingt ans par l’unité d’Archéologie.

15BLARY François (UACT), SIGUOIRT Jean (UACT)

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean Siguoirt et François Blary, « Château-Thierry – 2 rue du Champ Sot », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Picardie, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4534

Haut de page

Responsables d'opération

Jean Siguoirt

COLL (UACT)

Articles du même responsable de fouilles

François Blary

COLL (UACT)

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals