Navigation – Plan du site
2006

Senlis – Porte ouest de la Cathédrale Notre-Dame

Notice rédigée par : Georges-Pierre Woimant

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge, Temps Modernes

Géographique :

Picardie, Oise, Senlis

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9044

Date de l'opération : 2006 (SD)

1Le portail occidental de l’ancienne église cathédrale de Senlis est célèbre pour son couronnement de Marie ceint par l’Arbre de Jessé. Sa bonne conservation, malgré les larges restaurations des grandes figures au XIXe s. et surtout ses rehauts de peinture, conduisent, dans le cadre de la mise en valeur des cathédrales de Picardie, à une vaste restauration menée par l’architecte en chef MH, Etienne Poncelet-Sommeville.

2Cette véritable mise au jour expose le décor monumental aux agressions naturelles, principalement celle des pluies acides. Une protection s’avère donc indispensable. On sait que ce portail était précédé par un porche que citent des textes, difficiles à interpréter, au moins dès 1345, à l’occasion du serment d’intronisation de l’évêque Pierre Crose, puis beaucoup plus tard en 1751, lors de sa destruction qui est alors accompagnée de la translation de sépultures. De plus, il conserve au-dessus de ses voussures des traces du passage d’une toiture en bâtière qui s’étend sur les contreforts même, avec un bûchage léger de la pierre destiné à la prise du mortier de jointoiement. Des encoches de passage de poutrelles sont encore visibles sur ces contreforts et d’autres de solives au niveau du passage des plafonds, qui complètent la charpente.

3Textes et traces visuelles ne sont pas suffisants pour juger du type de portail destiné à restituer la protection et surtout l’importance à lui donner. Simple appentis ou véritable appendice en saillie sur le parvis ; et, dans ce cas, situé au niveau des sols actuels ou à ceux d’origine supposés plus bas des cinq marches descendant à l’intérieur.

4Une autorisation de sondage a permis de rechercher des vestiges de fondations de ce porche. Dans un premier temps, porté au droit du contrefort nord du portail, il donne bien des résultats positifs mais incomplets ; et c’est, étendu au contrefort sud que la corrélation des vestiges avec les fondations de l’édifice est enfin établie. Limité en largeur dans l’état, ce sondage doit s’agrandir légèrement pour préciser les dimensions à prévoir à la restitution du porche. Dors et déjà, on peut admettre qu’il est très certainement contemporain de la construction primitive et que les niveaux de circulation d’origine sont à environ 0,80 m plus bas que le parvis actuel, au niveau du dallage intérieur. À signaler que la fouille est limitée aux niveaux de circulation liés à la construction des fondations de l’église.

5C’est donc un projet culturel extrêmement novateur qui s’annonce à la suite de ces sondages, car la restitution donnera un tout autre aspect à ce portail si connu qui sera sans doute particulièrement convivial si, sous un porche bordé de banquettes où s’asseoir, l’observateur pourra admirer ce chef de l’art roman finissant dans la conservation de ses couleurs avec l’agrément d’éclairages et d’audio-visuels.

6WOIMANT Georges-Pierre (CG de l’Oise)

7 (Fig. n°1 : Senlis « Porte ouest de la Cathédrale Notre-Dame ». Portail occidental : relevé pierre à pierre du mur de façade supérieur au tympan (relevé Poncelet). Traces de bûchage au niveau du passage en bâtière de la toiture au-dessus de l’arc. Deux encoches de fixation de poutrelle de la charpente sur les côtés latraux internes des contreforts (grisé) (Relevé et dessins G.-P. Woimant, CG de l’Oise))

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Senlis « Porte ouest de la Cathédrale Notre-Dame ». Portail occidental : relevé pierre à pierre du mur de façade supérieur au tympan (relevé Poncelet). Traces de bûchage au niveau du passage en bâtière de la toiture au-dessus de l’arc. Deux encoches de fixation de poutrelle de la charpente sur les côtés latraux internes des contreforts (grisé) (Relevé et dessins G.-P. Woimant, CG de l’Oise)

Fig. n°1 : Senlis « Porte ouest de la Cathédrale Notre-Dame ». Portail occidental : relevé pierre à pierre du mur de façade supérieur au tympan (relevé Poncelet). Traces de bûchage au niveau du passage en bâtière de la toiture au-dessus de l’arc. Deux encoches de fixation de poutrelle de la charpente sur les côtés latraux internes des contreforts (grisé) (Relevé et dessins G.-P. Woimant, CG de l’Oise)

Auteur(s) : WOIMANT, Georges-Pierre (CG de l'Oise). (2006)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Senlis « Porte ouest de la Cathédrale Notre-Dame ». Portail occidental : relevé pierre à pierre du mur de façade supérieur au tympan (relevé Poncelet). Traces de bûchage au niveau du passage en bâtière de la toiture au-dessus de l’arc. Deux encoches de fixation de poutrelle de la charpente sur les côtés latraux internes des contreforts (grisé) (Relevé et dessins G.-P. Woimant, CG de l’Oise)
Crédits Auteur(s) : WOIMANT, Georges-Pierre (CG de l'Oise). (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/4548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Georges-Pierre Woimant, « Senlis – Porte ouest de la Cathédrale Notre-Dame », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Picardie, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4548

Haut de page

Responsable d'opération

Georges-Pierre Woimant

CG de l'Oise

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals