Navigation – Plan du site
2006

Soupir – Le Champ Grand Jacques, Les Ribeaudons

Notice rédigée par : Pascal Le Guen

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8883

Date de l'opération : 2006 (SP)

1La carrière, exploitée par Holcim Granulats, a fait l’objet de décapages archéologiques sur une cinquantaine d’hectares entre 1993 et 2001. Ces travaux ont conduit à de nombreuses découvertes de sites funéraires et d’habitats, depuis l’âge du Bronze ancien jusque l’époque romaine.

2Un diagnostic, réalisé en 2003 sur 12,5 ha par tranchées continues, a permis d’identifier quelques vestiges de faible densité se répartissant sur trois secteurs ayant conduit à la prescription d’un décapage et d’une fouille de ces zones positives.

3Au lieu-dit Le Champs Grand Jacques - zone ouest, deux fosses et un chablis avaient livré quelques tessons attribués au Néolithique et à la transition âge du Bronze - âge du Fer. Quelques fossés d’époque romaine et moderne sillonnaient ce secteur. Les décapages réalisés sur 30 000 m² ont permis de préciser l’organisation et la datation de ces fossés. Deux nouvelles fosses et un chablis ont livré quelques tessons de datation protohistorique au sens large. Au lieu-dit Le Champs Grand Jacques - zone est, des prospections aériennes menées par M. Boureux en 1976 avaient permis l’identification de trois enclos funéraires circulaires de petit diamètre, difficiles à localiser avec précision à cause des problèmes de parallaxe engendrés par les clichés pris en oblique. Le diagnostic par tranchée ne permit pas de découvrir ces vestiges. C’est grâce à l’insistance de B. Hénon qui connaissait les photographies aériennes que les enclos ont pu être localisés, après la réalisation de tranchées supplémentaires dans cette zone. Les décapages exhaustifs menés dans ce secteur sur 15 000 m² ont permis la mise au jour de ces trois enclos funéraires fortement arasés. L’un d’entre eux est circulaire et présente un diamètre de 10,50 m. Les deux autres, de diamètre légèrement inférieur, sont de forme plus irrégulière. Bien que circulaire en partie, ils présentent des sections de fossés parfois plus rectilinéaires sans pour autant atteindre la régularité des enclos de type langgraben. L’un de ces enclos était pourvu d’une fosse dans son espace interne, légèrement excentrée et fortement érodée, livrant 48 g d’ossements incinérés provenant de la crémation d’un jeune adulte (expertise : E. Pinard). Ce secteur a également livré quelques fossés partiellement arasés du début du XXe siècle. Enfin le corps d’un soldat français enseveli dans une sépulture provisoire, après son décès en novembre 1914 (recherche documentaire de G. Flucher) a été retrouvé et remis aux autorités compétentes.

4Au lieu-dit Les Ribeaudons, quelques fosses arasées livrant un mobilier peu abondant attribué à La Tène finale avaient été repérées. Le décapage mené sur 15 000 m² n’a pas révélé d’organisation particulière aux quelques structures dépourvues de mobilier qui ont pu être fouillées. Quelques lambeaux de fossés fortement arasés reprennent l’orientation d’un ancien chemin menant à l’ancien moulin de Soupir.

5LE GUEN Pascal

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Pascal Le Guen, « Soupir – Le Champ Grand Jacques, Les Ribeaudons », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Picardie, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 29 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4552

Haut de page

Responsable d'opération

Pascal Le Guen

Inrap, UMR 7041

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals