Navigation – Plan du site
2006

Villers-Bocage – Parc d'activité de la Montignette

Notice rédigée par : Lydie Blondiau

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8836

Date de l'opération : 2006 (EV)

1Ce diagnostic a permis de mettre en évidence trois indices de sites. Le premier concerne un site d'habitat probablement de La Tène ancienne, le second une nécropole de La Tène B2 et le dernier un habitat et une nécropole de La Tène moyenne.

2Bien que l'environnement archéologique de ce secteur soit dense, leur découverte permet de compléter les recherches entreprises ces dernières années. Le site d'habitat de La Tène (ancienne ?, moyenne) est une nouveauté pour ce secteur. Les comparaisons les plus pertinentes sont à rechercher en Normandie où des ensembles d'habitations de plans similaires ont été mis au jour. L'occupation est dense (habitat et fosses) sur une aire d'environ 600 m2. Aucun système de clôture n'est attesté avec certitude, cet habitat semble ouvert. Néanmoins il ne faut pas exclure que cet ensemble soit englobé dans un vaste enclos déterminé par les fossés observé dans la zone 1. Le matériel ramassé est difficilement datable avec précision. Le site 2 se développe hors emprise. Deux structures (un fossé et une fosse) attestent une occupation de La Tène ancienne. Le mobilier retrouvé autorise l'hypothèse d'un habitat de cette période à proximité. La période de La Tène moyenne est représentée par des ensembles fossoyés assez denses décrivant des enclos, devant également se développer hors du terrain sondé. En périphérie de ceux-ci, une zone funéraire a été découverte. Composée de deux incinérations et de deux fosses de rejets de combustions, elle est directement à mettre en relation avec les enclos. Il conviendra de mieux cerner cet ensemble ainsi que la relation avec l'habitat défini par les nombreux enclos. Le site 3 se compose d'un enclos ellipsoïdal daté de La Tène B2. Une zone funéraire, recoupant ce fossé, y a été retrouvée. Les fosses testées ont livré du mobilier également daté de La Tène B2. La relation spatiale entre l'habitat et le cimetière sera donc envisageable, ce qui en l'état de nos connaissances pour les ensembles funéraires les plus anciens (Thieulloy-l'Abbaye), ou pour les plus récents (fin La Tène B2 ? Allonville Ch'treu Cailleux ou Gentelles) n'a été possible.

3La fouille de la tombe 7 a mis en évidence une chambre funéraire (traces de planches, poteaux aux angles et emmarchement). Au centre de cette dernière la trace d'un aménagement se présente sous la forme d'un relief bordé, sur l'un de ses côtés, par un bourrelet. De forme carrée de 0,50 m de côté, il est recouvert d'une masse de « charbon de bois » pouvant évoquer un fagot.

4De nombreuses questions se posent :

5   - Les tombes à chambre funéraire et architecture externe relèvent de l'inhumation de personnes de rang important. Ces critères font partie de ceux qui définissent d'ailleurs les tombes dites aristocratiques. Il a été établi qu'elles se distinguent notamment par la présence des éléments représentant le foyer - landiers et ou chaudron - placés au centre de la fosse. Pouvons-nous interpréter le relief central surmonté de « charbon de bois » des structures funéraires de Villers-Bocage et de Salouël comme étant une autre représentation du foyer ?

6   - Avec la structure 7 est aussi rouverte la question de l'interprétation des aménagements de limon - et des dépôts de charbons de bois parfois associés – qui occupent le centre des fosses dans certaines tombes de la première moitié du Ille s. av. J.-C. (Tartigny, Le Chemin du Moulin ; Saloüel, Nouvel Hôpital). Landiers et/ou chaudron représentant le foyer et placés au centre de tombes à architecture monumentale légèrement plus récentes (15 et 1 de Bouchon, 641 de Poulainville) sont les indices les plus évidents d'une mise en scène d'un lieu de vie et/ou d'un banquet et les marques du modèle aristocratique régional de l'époque. Dans la seconde tombe de Poulainville, associée à la même architecture monumentale que la tombe 641, on trouve, en lieu et place du mobilier métallique, un amas de charbons de bois protégé par une écuelle retournée.

7   - Il est fréquent de découvrir au sein des nécropoles laténiennes des fosses contenant du mobilier (céramiques et objets en fer) sans ossements humains. Ces structures sont généralement de petites dimensions et interprétées comme des fosses à offrandes. Celle de Villers-Bocage est vaste et présente une architecture monumentale. Son interprétation soulève de nouvelles questions quant à la fonction des fosses à apparence funéraire exempte d'ossement. La question dépasse le cadre d'une structure car elle porte sur le site de Villers-Bocage sur un ensemble de quatre fosses sans ossements, trois de petites dimensions contenant de 1 à 2 vases (structures 1, 2 et 3) et une beaucoup plus importante, la structure 7. Les questions de fonction et de statut du site 3 (secteur 4) de Villers-Bocage La Montignette prennent tout leur relief du fait de la présence à environ 200 m de distance d'un ensemble - qu'il soit contemporain ou de peu postérieur - de tombes avérées (site 2 - secteur 2). L'extension de chacun des sites et leurs composantes respectives restent à déterminer, de même que les cadres chronologiques et spatiaux dans lesquels ils s'inscrivent.

8BLONDIAU Lydie (Inrap, UMR 8142)

9 (Fig. n°1 : Villers-Bocage. «Parc d’activité de la Montignette». Les différents secteurs (L. Blondiau, R. Kaddeche, Inrap))

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Villers-Bocage. «Parc d’activité de la Montignette». Les différents secteurs (L. Blondiau, R. Kaddeche, Inrap)

Fig. n°1 : Villers-Bocage. «Parc d’activité de la Montignette». Les différents secteurs (L. Blondiau, R. Kaddeche, Inrap)

Auteur(s) : BLONDIAU, Lydie (INRAP). (2006)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Villers-Bocage. «Parc d’activité de la Montignette». Les différents secteurs (L. Blondiau, R. Kaddeche, Inrap)
Crédits Auteur(s) : BLONDIAU, Lydie (INRAP). (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/4566/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Lydie Blondiau, « Villers-Bocage – Parc d'activité de la Montignette », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Picardie, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4566

Haut de page

Responsable d'opération

Lydie Blondiau

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals