Navigation – Plan du site
2006

Cournon-d'Auvergne – Carré du Bois Joli

Responsable(s) des opérations : Christine Mennessier-Jouannet
Notice rédigée par : Christine Mennessier-Jouannet

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 2006/11 et 62

Date de l'opération : 2006 (MH)

1Le diagnostic effectué en 2005, sous la responsabilité de Pierre Pouenat (BSR 2005, p. 97-98), sur le terroir nommé « Carré du Bois Joli », a couvert une superficie d’un peu moins de 10 ha, localisée en bordure est du « bassin de Sarliève » et à quelques centaines de mètres au nord de la fouille de la « Grande Halle d’Auvergne » (BSR 2001, p. 97-98, Gérard Vernet).

2Dans cette emprise, la zone basse et humide du « bassin de Sarliève » intéresse près de la moitié du terrain, à l’ouest d’une diagonale grossièrement nord-sud. À l’est, la remontée du substrat marneux se fait progressivement et délimite une zone de piémont occupée à différentes périodes. La zone de plus forte densité d’occupation couvre environ 2,5 ha (Pierre Pouenat, 2005 - Cournon (Puy-de-Dôme), Le Carré de la Garenne, Le Carré du Bois Joli. Rapport de diagnostic archéologique,INRAP, Clermont-Ferrand, fig. 2).

3La construction d’un immense dépôt pour la gestion des stocks de l’entreprise Babou, prévue sur une superficie de 4,5 ha d’un seul tenant, a nécessité la prescription d’une fouille d’archéologie préventive par les services de l’État.

4Celle-ci a été morcelée en deux parties distantes de 50 m et d’un peu moins de 5 000 m2 chacune. Outre son évident intérêt en matière paléo-environnementale permettant de compléter les données déjà acquises lors des opérations de diagnostic et de fouille de la « Grande Halle » (BSR 2000, p. 118-199 ; BSR 2001, p. 97-98, Gérard Vernet) en appuyant les recherches sur l’évolution des versants, cette opération a permis de mettre au jour différentes phases d’occupation.

5Un aménagement en dalles de pierre, probablement mis en place au Néolithique final et réutilisé jusqu’au Bronze final, un coffre funéraire en pierres attribuable au Bronze final se répartissent sur les deux secteurs.

6Un habitat gaulois du IIIe s. à la fin du IIe s. sur le secteur 1 a fourni au moins deux bâtiments bien identifiables, adossés à des fossés de drainage et/ou de limite parcellaire. À proximité, une aire empierrée, incluant trois metade meules rotatives et de nombreux autres fragments de meules, correspond vraisemblablement à un espace destiné à la mouture. Dans le secteur 2, une nécropole laténienne, comptant 26 inhumations datées également du IIIe s. avant notre ère (La Tène B2 récente et La Tène C1), est organisée pour partie selon un axe nord-sud qui borde la limite de l’extension des sables du cône deltaïque ancien de Sarliève et pour partie selon un axe est-ouest qui pénètre plus profondément dans les formations sableuses. À ces sépultures sont associés, au moins topographiquement, deux puits distants d’un mètre l’un de l’autre et comblés également durant cette même période de La Tène B2 récente et de La Tène C1. Hormis ces structures, cette nécropole paraît isolée, pour autant que le découpage de l’emprise de fouille permette d’en juger.

7La période gallo-romaine a livré, dans le secteur 1, plusieurs fosses, fossés et épandage de mobilier dont le mobilier devra fournir une date butoir pour la datation de la mise en place d’une couche sédimentaire organique et argileuse qui scelle et clôt l’occupation du secteur 1, avant que la montée des eaux du lac ne se marque par un nouveau cône deltaïque sableux.

8Dans le secteur 2, il faut attendre le haut Moyen Âge (date à préciser) pour voir un hameau d’au moins cinq bâtiments réinvestir les lieux. On peut noter que plusieurs bâtiments conservent l’orientation de l’axe nord-sud des sépultures laténiennes, même s’ils sont légèrement décalés vers le nord. Ces bâtiments sont entourés d’une multitude de fosses dont la fonction reste souvent difficile à déterminer.

9Nous avons profité de l’importante diachronie existant sur ce site pour multiplier les prélèvements en vue d’analyse pollinique, mais aussi anthracologique, carpologique et malacologique.

10Nous tenons à prévenir le lecteur que ce résumé très succinct est proposé en amont de la phase d’étude proprement dite. En effet, de nombreux problèmes ont entraîné un retard dans la mise en place du post-fouille qui, faute des moyens nécessaires, a été reporté.

11Christine Mennessier-Jouannet

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Christine Mennessier-Jouannet, « Cournon-d'Auvergne – Carré du Bois Joli », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4615

Haut de page

Responsable d'opération

Christine Mennessier-Jouannet

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals