Navigation – Plan du site
2006

Cournon-d'Auvergne – Église Saint-Martin

Responsable(s) des opérations : Christian Le Barrier
Notice rédigée par : Christian Le Barrier

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 2006/181

Date de l'opération : 2006 (SD)

1Depuis 2004 l’église Saint-Martin de Cournon-d’Auvergne fait l’objet de travaux de restauration et de mise en valeur. Ces travaux, réalisés en deux tranches, font l’objet d’un suivi archéologique. La première tranche, portant sur le choeur et le transept de l’édifice, ainsi que le suivi des tranchées de drainage extérieures, a fait l’objet d’un résumé dans le BSR 2005 (p. 98-101, Christian Le Barrier).

2 La seconde tranche porte sur la nef et les collatéraux et leurs extensions sud et nord. Les échafaudages ont été mis à profit pour effectuer un relevé pierre à pierre le plus large possible des zones concernées (Fig. n°1 : Élévation intérieure de la nef côté sud).

3Les recherches d’archives ont été réalisées par Fabrice Gauthier. Elles ont permis de mettre au jour une documentation importante concernant la période moderne. Parmi ces documents, un texte de 1771 fait état de la construction d’une salle capitulaire au-dessus d’une sacristie préexistante dans le bras nord du transept. Ce texte permet à la fois de vérifier les hypothèses formulées à partir de l’observation des maçonneries de cette zone, mais également de donner une cohérence à des portes maintenant murées dont la création participait de ce mêmeprojet. Les documents relatifs à la restauration de l’église au XIXe s. se composent d’esquisses, d’un état des lieux et d’un devis. L’état des lieux, ou rapport explicatif du projet de restauration, établi par l’architecte Imbert en 1864, dresse un bilan général de l’édifice : sols exhaussés d’un mètre, forte accumulation de remblais au nord, absence de la première travée ouest de la nef et du déambulatoire.

4Curieusement, en ce qui concerne ces deux derniers points, Imbert écrit qu’il s’agit là d’un projet d’église inachevé… On peut douter de la sincérité de tels propos qui en faisaient, non plus un simple restaurateur, mais un architecte bâtisseur. Le devis des travaux de restauration de l’église forme une documentation d’une exploitation ingrate. Parmi les nombreuses données, la mention de l’exécution de chapiteaux retient l’attention : en effet l’édifice présente des chapiteaux réalisés en trachyte et d’autres en arkose. Ces derniers alimentent de nombreuses réflexions sur leur style qui tantôt se voit attribué à la période romane et tantôt à la période moderne. Le nombre des chapiteaux que l’architecte se propose de refaire est de 32. Il se trouve qu’un simple comptage des chapiteaux en arkose en place aboutit à 34…

5 La (Fig. n°2 : Essai de phasage de l’église) tente d’établir d’une manière schématique les différentes transformations subies par l’église. Elle s’appuie sur l’analyse archéologique de l’édifice et sa confrontation avec les données d’archive et cadastrales :

6    - l’édifice roman supposé (état I) comprend un déambulatoire, deux chapelles rayonnantes et une travée à l’ouest qui fut reconstruites au XIXe s. L’aménagement au XVe s. ou XVIe s. d’une chapelle dans la 4e travée du collatéral sud est la seule transformation repérable de l’édifice avant les effondrements du XVIIIe s.

7    - la ruine du clocher (état II) s’amorce vers 1740 ; il s’effondre en 1742 et va entraîner des dégâts importants sur le déambulatoire. La stabilisation du chevet est obtenue par la construction de murs entre les colonnes de ce dernier et la mise en place de contreforts. La disparition de la dernière travée ouest de la nef et des collatéraux n’est pas datée, mais la présence d’une habitation, qui en occupe partiellement l’emplacement sur le cadastre de 1816, laisse penser que cet effondrement pourrait avoir eu lieu également au XVIIIe s. Curieusement, l’architecte Imbert, qui sera le maître d’oeuvre de la restauration de l’église au XIXe s., voit dans ces parties manquantes l’expression d’un édifice inachevé.

8    - en 1771 (état III), une sacristie existe dans le bras nord du transept. Elle est séparée de la nef par un mur. Les travaux portent sur la réalisation d’une salle capitulaire installée au-dessus de la sacristie. Son accès se fait par un escalier extérieur situé au nord du transept.

9    - le cadastre de 1816 (état IV), qui sera globalement repris lors de l’élaboration du projet en 1863, montre un édifice tronqué à l’ouest par la ruine de la dernière travée. En 1863 un mur édifié au droit des piliers séparant la 4e et la 5e travée fait office de clôture ouest. Une maison d’habitation, construite contre ce mur, semble déjà exister sur le cadastre de 1816. Au nord-ouest, une excroissance de plan carré figure la structure dégagée lors du suivi des drainages, correspondant à une tour d’escalier.

10    - en 1825 (état VI), la baronne d’Ombret, propriétaire du château de Cournon, finance la construction d’une chapelle au sud-ouest du transept. Il s’agit probablement de l’espace élevé « à la période moderne […] contre le mur



gouttereau des troisième et quatrième travées du bas-côté sud» ? (voir supra). L’extension nord de l’église, qui figure sur le cadastre de 1863, mais semble absente du cadastre de 1816, pourrait appartenir à un même programme que celui de 1825. Ces extensions apparaissent comme des mesures destinées à accroître la capacité de l’édifice, après la disparition de la travée ouest. La réalisation de l’extension nord, qui s’ouvre sur le bras nord du transept, implique la disparition de la sacristie et de la salle capitulaire précédemment situées dans ce bras. Une nouvelle sacristie est alors édifiée contre le chevet, au nord de ce dernier.

11    - la restauration de l’église vers 1870 (état VIII), se propose globalement de « terminer » l’édifice roman selon l’architecte Imbert. Les extensions sud et nord sont cependant conservées. Une sacristie est construite au nord du nouveau déambulatoire.

12    - enfin, au milieu du XXe s. (état X), l’extension nord est arasée jusqu’au niveau du sol extérieur et l’on bouche les arcs qui assuraient sa communication avec le collatéral nord, rétablissant ainsi un aspect roman à la face nord. La partie subsistante de cette extension est alors transformée en sacristie et en chaufferie.

13Le suivi des travaux de restauration intérieure de l’église, ainsi que les recherches documentaires permettent de retracer dans leurs grandes lignes les transformations subies par l’édifice. Ces transformations s’avèrent très nombreuses et rendent compte de la « vie » mouvementée de l’édifice. La connaissance de ces événements doit être considérée comme une richesse pour le monument. Elle s’oppose et humanise un édifice que l’on pourrait juger parfois figé dans le choix qui fut fait au XIXe s. de restituer l’église dans son aspect roman supposé.

14Christian Le Barrier

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Élévation intérieure de la nef côté sud

Fig. n°1 : Élévation intérieure de la nef côté sud

Auteur(s) : Le Barrier, Christian (INRAP). Crédits : Le Barrier Christian, INRAP (2006)

Fig. n°2 : Essai de phasage de l’église

Fig. n°2 : Essai de phasage de l’église

Auteur(s) : Le Barrier, Christian (INRAP). Crédits : Le Barrier Christian, INRAP (2006)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Élévation intérieure de la nef côté sud
Crédits Auteur(s) : Le Barrier, Christian (INRAP). Crédits : Le Barrier Christian, INRAP (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/4653/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Fig. n°2 : Essai de phasage de l’église
Crédits Auteur(s) : Le Barrier, Christian (INRAP). Crédits : Le Barrier Christian, INRAP (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/4653/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Christian Le Barrier, « Cournon-d'Auvergne – Église Saint-Martin », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4653

Haut de page

Responsable d'opération

Christian Le Barrier

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals