Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200663 – Puy-de-DômeLa Roche-Blanche – Gergovie (fort...

2006
63 – Puy-de-Dôme

La Roche-Blanche – Gergovie (fortifications)

Responsable d’opération : Thomas Pertlwieser

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 2005/136 et 2006/101

Date de l'opération : 2006 (FP)

1La campagne de fouille de l’année 2006 s’est avérée très fructueuse (BSR 2001, p. 126-127 ; BSR 2002, p. 125 ; BSR 2003, p. 119-120 ; BSR 2004, p. 109 ; BSR 2005, p. 131) :

2    - un grand nombre d’informations nouvelles a été collecté sur la structure et l’évolution du rempart protohistorique ;

3    - pour la première fois depuis les années 1940, la zone intra murosa fait l’objet d’un dégagement, certes sur une petite superficie, qui a permis la mise en évidence d’une occupation à vocation domestique et artisanale.

4Concernant la fortification gauloise, un nouveau secteur de fouille a été ouvert dans la partie ouest du rempart sud. À cet emplacement, le rempart en pierres sèches semble avoir subi de multiples aménagements : plusieurs phases de reconstruction sont visibles et, dans son état le plus récent, une rampe en pierre a été ajoutée sur son côté interne. Le résultat le plus spectaculaire, outre le dégagement de la fortification sur près de 20 m de longueur, est la mise en évidence de très vastes carrières situées immédiatement en arrière (côté interne) du rempart. Il fait peu de doutes qu’elles ont directement servi à l’édification de la fortification. Les gros blocs, bruts de taille, encore présents au fond de ces carrières, sont du même module que ceux utilisés pour la construction du rempart. Ces carrières ont été le lieu, dans un second temps, de dépôts à caractère religieux (ensevelissements de chien et mouton) et funéraire (présence d’une sépulture à inhumation).

5Pour ce qui concerne la question de l’extension maximale de la fortification gauloise, deux sondages tests ont été implantés dans un talus, clairement visible, situé à l’angle nord-ouest du plateau. Les résultats sont assez décevants et semblent conforter l’hypothèse d’un rempart simplement localisé sur le côté sud de l’oppidumqui fait précisément face au camp romain de La Roche-Blanche.

6Le sondage ouvert dans le secteur de la « Porte Ouest » livre des résultats inattendus avec la mise en évidence de vestiges domestiques et artisanaux. Ils correspondent à plusieurs aménagements en pierres sèches qui déterminent un ou plusieurs bâtiments. Les vestiges liés à la métallurgie sont nombreux et permettent d’envisager l’existence, à cet emplacement, d’un atelier de forgeron.

7De plus, les découvertes faites cette année permettent de démontrer que la porte gallo-romaine installée à cet emplacement n’a fait que reprendre l’orientation de vestiges plus anciens.

8Thomas Pertlwieser

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Pertlwieser, « La Roche-Blanche – Gergovie (fortifications) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4696 ; DOI : https://doi.org/10.4000/adlfi.4696

Haut de page

Auteur

Thomas Pertlwieser

SUP

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thomas Pertlwieser

SUP

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search