Navigation – Plan du site
2006

Souvigny – Prieurale Saint-Pierre, bas côté nord

Responsable(s) des opérations : Pascale Chevalier
Notice rédigée par : Pascale Chevalier, Morana Causevic-Bully, Mathias Dupuis, Laurent Fiocchi et Olivier Lapie

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 82

Date de l'opération : 2006 (SD)

1Cette opération archéologique s’inscrit dans le cadre de la campagne de réfection intérieure des cinq vaisseaux de la nef de la grande prieurale clunisienne, portée par la conservation régionale des monuments historiques d’Auvergne (BSR 2001, p. 28-29 ; BSR 2002, p. 55-56 ; BSR 2003, p. 33 ; BSR 2004, p. 30-32). Le projet d’aménagement constitue une occasion exceptionnelle d’approcher au plus près cette partie du monument et son histoire.

2 La topographie interne médiévale de la nef présentait un pendage ouest-est très marqué. Pour rétablir une surface plus horizontale (il subsiste néanmoins une pente de quelque 0,375 m sur la longueur de la nef), le dallage actuel a nivelé en 1835 tous les niveaux modernes et médiévaux à l’ouest et n’a épargné à l’est que les premiers sols postérieurs à l’agrandissement du XIIe s. : les vestiges affleurent partout presque immédiatement. L’intervention, motivée aussi par les risques de destruction engendrés par les travaux, avait pour objectif minimal de dégager sur 0,30 m-0,35 m de profondeur l’ensemble des deux collatéraux nord de la prieurale. Précédée par un sondage limité en avril, elle a débuté en juin et s’est achevée en novembre. Grâce à une gestion passant par l’UMR 5594 du CNRS, la campagne 2006 a employé trois à quatre archéologues et un anthropologue pendant quatre mois, Pascale Chevalier assurant la direction bénévole du chantier ; le reste du temps a correspondu à des stages d’étudiants. La logistique des opérations a été confiée à l’association AMBRES, que dirige l’historienne clunisienne Arlette Maquet. Des étudiants et des bénévoles venus de toute la France et du Québec, mais aussi des collègues - au total 75 personnes - nous ont gracieusement prêté main forte.

3Pour l’horizon le plus ancien, la topographie du terrain et les contraintes liées au rebouchage des sondages ont interdit les recherches au delà de la mi-longueur de la nef. Bien que les vestiges de la villa carolingienne, connue par la donation du lieu à Cluny en 915-920, aient été du plus grand intérêt, leur profondeur d’enfouissement rendait l’examen trop ardu plus à l’est. Les consolidations par la conservation régionale des monuments historiques des piles occidentales de la croisée du transept (la limite est de notre secteur d’investigation) avaient amené au début du XXe s. à creuser sur près de 3 m de profondeur et 25 m2 de surface au pied des supports : on y avait noté des sépultures, notamment en cercueils monoxyles du Xe s. Du fait de ces travaux, certaines zones étaient totalement stériles (Fig. n°1 : Plan masse et emplacement des sondages effectuées en 2006) .

4Plusieurs éléments semblent pouvoir être attribués à la villa.Un fossé de profil arrondi (longueur maximale : 1,42 m ; profondeur maximale : 0,50 m), excavé dans le substrat glaiseux vierge et orienté nord-sud, a été fouillé sur 5,08 m de longueur ; on note ensuite un trou de poteau sur sa « rive » orientale. Le comblement progressif du fossé contenait une quantité notable d’ossements d’animaux et de tessons de céramique, souvent décorée à la molette, des VIIIe s.-Xe s. Un trou de poteau à calage de pierres ressort de la même période, une douzaine de mètres plus à l’est, tout comme le sol (d’une cour ?), composé d’un radier de petits blocs de grès, mis au jour sur 4,50 m2 et associé à un petit trou de poteau et au départ d’une sablière orientée nord-sud. Nous hésitons encore à situer dans cette phase chronologique un mur en petit appareil de moellons très soigné (épaisseur : 0,74 m), dont un tronçon d’environ 4,70 m de longueur, épargné par les constructions et les tombes postérieures, a été observé à l’est de la zone étudiée. Orienté nord-est - sud-ouest, il a été emporté par le mur gouttereau nord primitif de la prieurale romane (mi-XIe s.), qui est quant à elle orientée légèrement est-nord-est - ouest-sud-ouest. Ce mur appartenait à une importante construction ancienne, dont il sera hélas impossible de préciser l’ampleur et la fonction.

5 Cinq sépultures dans des cercueils monoxyles orientés ouest-est représentent l’horizon chronologique immédiatement ultérieur. Trois autres ont été repérées et laissées in situ.Les deux exemplaires mis au jour le plus à l’ouest recoupent le fossé carolingien comblé ; ce sont les seuls à avoir conservé leur couvercle. Il s’agit dans tous les cas de cercueils fabriqués dans des grumes de chênes d’environ 250 ans à l’abattage, datés par dendrochronologie des années 940. La fouille de quatre d’entre eux a été riche d’enseignements, malgré ou à cause de la forte mobilisation des ossements par l’eau qui a favorisé la conservation du bois (Fig. n°2 : Cercueil monoxyle en cours de fouille) . On aurait là des individus inhumés juste avant l’installation des moines clunisiens ou au tout début du monastère. Ces contenants prestigieux paraissent remplacer les sarcophages de grès de la période précédente ; le recrutement des défunts adultes concerne une catégorie aisée de la population de l’ancienne villa.Signalons encore trois sépultures d’enfants et une d’adulte ou d’immature, dont le corps était couvert par une planche de bois. Un sol de glaise verdâtre couvert d’un radier de pierres et un lit mortier blanc passent au-dessus des tombes du Xe s. Ils constitueront le sol extérieur au nord de l’église à la phase suivante. Enfin, nous leur rattachons une structure ligneuse non identifiée (plancher ?), mise au jour à l’ouest sur 2,62 m x 0,96 m, dont les planches suivent l’orientation nord-sud du fossé carolingien.

6Construits en deux phases, les collatéraux nord de l’église datent pour le plus au sud (interne) de la fin du XIe s. (la nef était unique au milieu du siècle) et pour le plus au nord (externe, paroissial) des environs de 1110. Un mur de refend nord-sud, dont l’existence n’était pas soupçonnée auparavant, coupe la nef unique à la hauteur de la première pile des futures colonnades. Ce mur, de même épaisseur que le gouttereau nord (0,90 m), a été attesté sur 1,76 m de longueur et trois assises d’élévation. Il semble fermer une avant-nef originelle, dont la profondeur équivaut à deux des futures travées de la fin du XIe s. et qui a été supprimée dès cette phase suivante. Le premier sol de la nef, établi sur une épaisse semelle d’isolation et de stabilisation ou sur un remblai de matériaux de construction, est rapidement soumis à un violent incendie. L’église semble avoir été brièvement restaurée, avec réfection du sol et nouvel enduit mural, mais il est probable que le sinistre a influé sur la décision de modifier le bâtiment dans le dernier tiers ou le dernier quart du XIe s.

7La nef fut en effet subdivisée en trois vaisseaux par deux files de sept piles, présentant quatre demi-colonnes sur un noyau carré. Les bas-côtés très étroits (2,70 m au nord et 2,90 m au sud) reçurent des berceaux sur doubleaux qui retombaient sur des demi-colonnes engagées dans les gouttereaux. Le haut vaisseau, charpenté, mesurait 5,80 m de largeur. Deux tours furent aménagées aux angles de l’ancienne façade occidentale ; elles donnaient également accès à une chapelle haute en tribune au-dessus de l’unique travée formant désormais vestibule. Nous avons pu observer les fondations et la mouluration, souvent un peu altérée, des bases de cinq des piles nord à plinthe cruciforme, édifiées en moyen appareil de grès sur des fondations en massif quadrangulaire. Le parement sud du gouttereau a été retravaillé à chaque travée pour insérer des colonnes engagées pourvues de chaînages latéraux, en moyen appareil de grès. On a aussi rétréci les larges fenêtres du premier état, en largeur et en hauteur ; leur arc sommital et les montants sont visibles en élévation, juste au-dessus des arcades de la colonnade du XIIe s. Les sols (des lits de mortier alternant avec des feuilletages de terre indurée) se succédèrent rapidement. Un autel éphémère a laissé un négatif rectangulaire à mi-longueur du bas-côté. L’humidité ambiante a constitué un problème récurrent dans l’église, fondée dans la glaise : une sorte de petit caniveau à ciel ouvert file d’ouest en est, à 1 m environ au nord de la colonnade séparant bas-côté et haut vaisseau. En outre, un muret soigneusement maçonné en moyen appareil de blocs de grès, déjà documenté lors de la fouille de 2002, isole le collatéral du vaisseau central dans la travée qui abrite la tombe sainte de Mayeul et Odilon. Comme le caniveau et l’autel, il est abandonné et nivelé au début du XIIe s.

8 Quelques sépultures seulement peuvent appartenir à l’horizon funéraire extérieur contemporain de la nef à un, puis trois vaisseaux. Orientées parallèlement au gouttereau nord et non plus strictement ouest-est comme les précédentes, ces inhumations d’adultes en pleine terre ou en cordons de pierres, étaient extrêmement rapprochées les unes des autres et pour certaines se chevauchaient en partie. Enfin, la cuve d’un sarcophage trapézoïdal en grès, datable des VIe s.-VIIe s., semble avoir été remployée durant cette même phase.

9À la fin du XIe s., on avait édifié à l’ouest des deux hautes tours de façade une nouvelle avant-nef (dite « galilée ») de la largeur de la nef. Les travaux devaient en être à peine terminés quand - pour agrandir la nef d’un bas-côté externe dont on bâtit les murs ouest et nord - on commença à percer dans le gouttereau nord du XIe s. une série de six grandes arcades qui conduisit à boucher les anciennes baies latérales. Six piles irrégulières furent créées à partir de tronçons du mur gouttereau, comprenant du côté sud les colonnes engagées et leurs chaînages et du côté nord le petit contrefort placé en vis-à-vis sur l’autre parement. Chaque tronçon fut ensuite flanqué à l’est et à l’ouest d’une demi-colonne adossée sur dosseret, formant un tau avec celle du XIe s., tandis que le contrefort externe disparaissait au nord dans un massif trapézoïdal dont le pan nord recevait une quatrième colonne engagée. Le tout a logiquement été accompagné par un terrassement et un rehaussement généralisé du sol, qui vint recouvrir l’espace funéraire extérieur qui s’étendait au nord de l’église. L’autel Saint-Nicolas occupait l’extrémité orientale du nouveau bas-côté nord, dévolu aux fonctions paroissiales. Seule l’empreinte de son massif rectangulaire, maçonné en blocs de grès rose et précédé à l’ouest par un degré large d’une vingtaine de centimètres, subsiste ; dans un deuxième temps, on a inséré dans ses angles les quatre colonnettes d’un ciborium (Fig. n°3 : Empreinte de l’autel paroissial dédié à saint-Nicolas) .

10Au sud, nous avons mené un sondage préalable destiné à identifier l’emplacement, connu par les dessins et plans du XVIIIe s. du tombeau disparu de Jean de Rochefort, « bâtard » de Bourbon († 1375) et de son épouse Agnès Chalheu († 1390). Un socle quadrangulaire, support d’un monument gothique doté de deux gisants parallèles, coiffait l’extrados de la voûte d’un caveau qui n’avait pas été rouvert depuis la fin du XIVe s. Il avait été obturé à l’ouest par un muret grossier, constitué de trois à quatre assises de blocs de remploi romans et sa fosse d’accès occidentale semi-circulaire rebouchée et dissimulée par un carrelage de tommettes. L’examen est resté superficiel, car nous avons décidé en accord avec le service régional de l’archéologie d’Auvergne de stopper les investigations en l’attente d’une réunion avec divers spécialistes. Il a toutefois été possible de d’établir qu’un premier individu (Jean de Rochefort ?) avait été inhumé dans une fosse rectangulaire à parois verticales de la taille du caveau ; sur les bords de cette fosse, on éleva les parois qui soutenaient une voûte appareillée sommairement, en berceau très inégal. Un deuxième corps fut placé au-dessus du précédent (celui de dame Agnès Chalheu ? après le 15 octobre 1389, date de son testament ?). Il semble que la fosse d’accès étroite et profonde n’ait pas permis d’éviter que l’introduction en force du deuxième corps ne repousse vers l’est une bonne partie du squelette de la sépulture primaire. Deux autres tombes côtoyaient ce caveau dans ce qui devait être une chapelle funéraire : l’une à l’ouest en cercueil clouté rectangulaire et l’autre étant peut-être constituée d’un caveau parallèle au sud, contre le mur gouttereau méridional.

11 Au nord, le troisième horizon funéraire - après un hiatusde plus de 250 ans que l’on observe dans la plupart des églises de la région Rhône-Alpes - Auvergne - occupe inégalement les six travées de la nef paroissiale jusqu’au devant de l’autel Saint-Nicolas, de la fin du XIVe s. au XVIIIe s. On y a examiné une quinzaine de sépultures en cercueils cloutés ou chevillés, en coffres, voire en pleine terre, ainsi qu’un caveau avec système de pourrissoir, où au moins quinze individus adultes ont été regroupés, accolé au mur gouttereau dont il utilise les fondations comme paroi septentrionale, sous un enfeu gothique. Enfin, un drain, passant sous le même mur, décrivait une courbe et menait plein sud à la galerie occidentale du cloître gothique. Constitué d’une planche de bois encadrée par deux rangées de pierres ou de blocs de remploi, et couvert par des pierres ou des dalles, ce drain (du XVIe s. ?) s’est bouché par calcification massive.

12L’ensemble des données collectées sera étudié au cours de l’année 2007, parallèlement à une nouvelle campagne qui s’étendra au reste de la nef : collatéraux sud et haut vaisseau - avec le complément de la fouille de 2001-2002 autour de la tombe sainte de Mayeul et Odilon, la poursuite des investigations sur les phases les plus anciennes d’occupation du site, la mise au jour des chapelles gothiques connues par les textes dans les bas-côtés méridionaux, mais aussi de la galerie nord du premier cloître roman, etc.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan masse et emplacement des sondages effectuées en 2006

Fig. n°1 : Plan masse et emplacement des sondages effectuées en 2006

Auteur(s) : Fiocchi, Laurent (BEN). Crédits : Fiocchi laurent d’après François Voinchet (2006)

Fig. n°2 : Cercueil monoxyle en cours de fouille

Fig. n°2 : Cercueil monoxyle en cours de fouille

Auteur(s) : Fiocchi, Laurent (BEN). Crédits : Fiocchi Laurent (2006)

Fig. n°3 : Empreinte de l’autel paroissial dédié à saint-Nicolas

Fig. n°3 : Empreinte de l’autel paroissial dédié à saint-Nicolas

Auteur(s) : Fiocchi, Laurent (BEN). Crédits : Fiocchi Laurent (2006)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan masse et emplacement des sondages effectuées en 2006
Crédits Auteur(s) : Fiocchi, Laurent (BEN). Crédits : Fiocchi laurent d’après François Voinchet (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/4716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Fig. n°2 : Cercueil monoxyle en cours de fouille
Crédits Auteur(s) : Fiocchi, Laurent (BEN). Crédits : Fiocchi Laurent (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/4716/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. n°3 : Empreinte de l’autel paroissial dédié à saint-Nicolas
Crédits Auteur(s) : Fiocchi, Laurent (BEN). Crédits : Fiocchi Laurent (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/4716/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Pascale Chevalier, Morana Causevic-Bully, Mathias Dupuis, Laurent Fiocchi et Olivier Lapie, « Souvigny – Prieurale Saint-Pierre, bas côté nord », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4716

Haut de page

Responsables d'opération

Pascale Chevalier

Articles du même responsable de fouilles

Morana Causevic-Bully

Mathias Dupuis

Laurent Fiocchi

Articles du même responsable de fouilles

Olivier Lapie

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals