Navigation – Plan du site
2006

Chevagnes – Tronçay (lotissement Tronçay II)

Responsable(s) des opérations : Philippe Arnaud
Notice rédigée par : Philippe Arnaud

Entrées d’index

Chronologique :

Empire romain, Moyen Âge

Géographique :

Auvergne, Allier (03), Chevagnes

Nature des opérations :

Expertise (EX)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 2005/272 - 2006/173

Date de l'opération : 2006 (EX)

1Le diagnostic d’une emprise de 40 476 m2 met en évidence des vestiges principalement du bas Moyen Âge localisés au point le plus humide du site, au contact entre un versant et un espace plat.

2L’occupation la plus ancienne est un petit creusement du début du Ier s. apr. J.-C. isolé au nord-est de l’emprise. Il entretient éventuellement un lien avec trois fossés voisins non datés. Les vestiges médiévaux forment un vaste ensemble de structures fossoyées rurales des XIIIe s. et XIVe s., au sein desquelles on distingue localement deux phases d’occupation. Quoique leur nature reste mal cernée, ils paraissent correspondre à un ensemble de dépendances appartenant à un domaine aristocratique, peut-être une maison-forte. Trois à quatre enclos pseudo-circulaires peu densément occupés, formés d’une plate-forme centrale ceinturée par un fossé annulaire plus ou moins large, sont identifiés. Un cinquième possède un plan pentagonal. Trois de ces structures débordent en partie de l’emprise. La différence d’altitude entre les plates-formes et l’extérieur des fossés est insignifiante ; il n’existe aucune levée de terre pouvant refléter un emmottement ou une quelconque enceinte défensive. Les enclos sont reliés entre eux par des fossés linéaires.

3 Les 12 m de largeur et la profondeur de 1,85 m du fossé de l’enclos le plus complet (début XIIIe s. ; surface de 2 475 m2 dont 500 m2 de plate-forme), ainsi que la présence sur sa plate-forme du seul bâtiment recensé - une construction sur poteaux traduisant apparemment un habitat modeste - et de quatre fosses, lui confèrent une prééminence sur les autres enclos circulaires. Le plan, la taille et la localisation de l’enclos pentagonal laissent penser qu’il a aussi joué un rôle important à la charnière des XIIIe s.-XIVs. L’absence de recoupement mutuel des structures et leur perduration jusqu’au levé cadastral de 1810 montrent qu’elles ont certainement co-existé. Il est certain que l’on a voulu exploiter la présence de l’eau pour les enclos circulaires et possible que l’on ait recherché une fonction défensive, au moins symbolique. Le rôle donné à l’eau pourrait correspondre à une activité artisanale parallèle à des activités agricoles. On envisage, à titre d’hypothèse, d’identifier à des rouissoirs le fossé curviligne de l’un des enclos et les trois mares médiévales découvertes sur le site.

4 Le diagnostic a également révélé l’existence de quatre fossés - dont trois sont prudemment rapprochés de l’occupation antique - et d’une mare non datée.

5Philippe Arnaud

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Philippe Arnaud, « Chevagnes – Tronçay (lotissement Tronçay II) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4720

Haut de page

Responsable d'opération

Philippe Arnaud

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals