Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCentre-Val de Loire201641 – Loir-et-CherLisle – Les Sablons

2016
41 – Loir-et-Cher

Lisle – Les Sablons

Fouille programmée (2016)
Responsable d’opération : Harold Lethrosne
Notice rédigée avec Olivia Dupart et Clément Recq

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016

Numéro d’opération :

0611549

Chronologie :

Préhistoire, Néolithique

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Une première campagne de fouille programmée s’est déroulée en 2016 dans la commune de Lisle (Loir-et-Cher) au lieu-dit les Sablons. Le site est implanté en rive droite du Loir sur les premières pentes du coteau d’un talweg perpendiculaire à la vallée du Loir. Ce talweg comme la vallée du Loir incisent plusieurs formations géologiques dont des argiles à silex issues de l’altération des craies du crétacé. Le site est localisé à l’aplomb des formations des argiles à silex qui affleurent tout le long de la vallée et du talweg.

2Le site est connu par prospection de surface et par le ramassage de très nombreux éclats de silex et d’ébauches de haches abandonnées en cours de fabrication. Le mobilier lithique récolté en surface a été interprété comme lié à une chaîne opératoire de façonnage bifacial de haches. La présence concomitante sur ce site des affleurements d’argile à silex et des très nombreux produits et déchets de taille a permis d’avancer l’hypothèse d’un site d’extraction du silex associé à un atelier spécialisé dans la production de haches. Une campagne de fouille archéologique programmée a été définie sur la base de cette double problématique.

3Lors de cette première campagne, plusieurs zones décapées à l’aide d’une pelle mécanique de 6t se sont échelonnées le long de la rive gauche du talweg. Six premiers petits sondages, d’une superficie limitée (4 à 6 m2 environ), n’ont pas révélé de vestiges archéologiques. Une dernière zone décapée d’une superficie de 75 m2 a permis de mettre en évidence une occupation néolithique par la présence d’un très grand nombre de déchets de taille liés à la production de haches. L’étendue de l’occupation a pu être en partie cernée le long du talweg avec une limite septentrionale.

4Sur cette dernière zone, les premières observations géomorphologiques ont montré que les séquences sédimentaires supérieures correspondaient à plusieurs niveaux de colluvions provenant du sommet du plateau. Ces niveaux sont constitués, d’une part, des éléments issus du démantèlement par érosion de la haute terrasse alluviale du Loir recouvrant à l’origine le sommet du plateau et d’autre part, d’une partie des niveaux archéologiques néolithiques. Le mobilier lithique contenu dans ces séquences est très altéré. Il présente des arêtes et nervures émoussées et parfois une légère patine blanche et n’est donc pas en place.

5Un sondage mécanique à été réalisé dans le sens de la pente afin d’obtenir un profil permettant d’observer la puissance stratigraphique de ces colluvions et d’identifier les niveaux sous-jacents. Sous les niveaux de colluvions, à environ 0,55 m sous la surface actuelle du sol, une fosse a été partiellement identifiée en plan. Seul le comblement terminal a pu être fouillé sur une vingtaine de centimètres. Il est composé d’un niveau d’argile plastique blanche et homogène qui scelle un niveau très dense de déchets de taille de silex.

6L’assemblage lithique prélevé en 2016 présente une grande homogénéité et une grande cohérence d’un point de vue technologique. Les états de surface des éclats provenant du comblement terminal de la fosse indiquent une bonne conservation en comparaison aux artefacts provenant des niveaux de colluvions. La présence de plusieurs remontages d’éclats issus du comblement de la fosse confirme ces observations.

7Dans l’état actuel des données issues de cette première campagne de fouille, une seule chaîne opératoire de production a été reconnue. Les déchets de taille sont composés de larges éclats arqués dont les caractéristiques morpho-techniques correspondent à une unique chaîne opératoire de façonnage bifacial. Plusieurs ébauches de haches abandonnées en cours de fabrication ont été récoltées lors de la fouille. L’activité du site semble donc exclusivement tournée vers le façonnage de haches en silex.

8Les premières observations pétrographiques des échantillons gîtologiques récoltés à l’affleurement du coteau, comparés aux artefacts façonnés sur le site, semblent confirmer une même origine du matériau. L’hypothèse d’une extraction sur place destinée à l’exploitation du silex semble se confirmer. Cependant, la fosse n’ayant pas été fouillée intégralement, sa fonction d’extraction n’est pas encore prouvée, ce qu’il conviendra de vérifier par des campagnes de fouilles prochaines.

9L’hypothèse fonctionnelle du site, envisagé comme une minière à silex, restera à confirmer par la poursuite des fouilles. D’ores et déjà, les données récoltées en 2016 confirment bien la présence d’un site de production spécialisé dans la taille de haches en silex.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Harold Lethrosne, Olivia Dupart et Clément Recq, « Lisle – Les Sablons » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre-Val de Loire, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/47263

Haut de page

Auteurs

Harold Lethrosne

Inrap

Articles du même auteur

Olivia Dupart

Articles du même auteur

Clément Recq

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Harold Lethrosne

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search