Navigation – Plan du site
2006

L’exploitation des sources salées en Auvergne entre le Néolithique et l’âge du Fer

Responsable(s) des opérations : Olivier Weller
Notice rédigée par : Olivier Weller

Texte intégral

Date de l'opération : 2006 (PT)

1Cette quatrième année a été consacrée à l’inventaire des ressources potentielles en sel de l’ensemble de l’Auvergne, en faisant appel à la toponymie, à la botanique et aux connaissances sur les sources minérales (BSR 2002 , p. 130-131; BSR 2003, p. 121‑122 ; BSR 2005, p. 137). Le fichier-inventaire regroupe aujourd’hui cinquante-trois communes pour le Puy-de-Dôme, trente-cinq pour le Cantal, trente et un pour la Haute-Loire et vingt-quatre pour l’Allier.

2Cette année a aussi permis de prospecter de nouveaux secteurs dans le Puy-de-Dôme (Fig. n°1 : Les sources salées du Puy-de-Dôme) : Châtelguyon, Combronde, Saurier, Saint-Floret et Saint-Nectaire. Seul ce dernier mérite que l’on poursuive les investigations en 2007, en aval du marais salé, les autres sources n’ayant livré aucun indice, parfois du fait de mauvaises conditions de prospections (alluvions grossières ou travertins affleurants, industrialisation).

3Sur les anciens secteurs, nous avons sondé et carotté à Davayat, où nous avions reconnu, en 2005, les premiers indices directs d’exploitation du sel. Les carottages ont confirmé la présence de microcharbons de bois sur Davayat (en cours de datation) et permis une série d’analyses géophysiques (Sedilog), mais nous proposons aujourd’hui de les relier à l’exploitation d’un ancien selin à Saulnat (Cellule), peut-être illustrée par les fourneaux fouillés sur le ruisseau des Mottes en 1985 par Gérard Vernet et André Delpuech, plutôt qu’aux sources minérales de Prompsat-Gimeaux situées en amont.

4Il semble, en effet, que d’anciennes structures de combustion pré- ou protohistoriques rencontrées aussi bien à Clermont-Ferrand/Aulnat (Puy de la Poix), à Davayat, à Saint-Beauzire, voir aux Martres-de-Veyre (Chaume d’Alios) et peut-être autour du paléolac de Sarliève, soient possiblement à relier avec l’exploitation du sel. La construction de ces faisceaux d’indices à la fois directs et indirects permet d’envisager une exploitation du sel dans le Puy-de-Dôme dès le Néolithique moyen, puis à la fin du Hallstatt et autour du IIIe s. av. J.-C. ou du IIe s. av. J.-C. Soulignons aussi l’importance en Limagne des anciennes prairies humides salées (ou selins) qui foisonnaient et qui ont dû représenter un des éléments d’attraction et de stabilisation des populations dès le Néolithique, en particulier pour le pâturage du bétail et l’amélioration de la production laitière aussi bien en qualité qu’en quantité. Pour l’exploitation du sel proprement dite, il reste encore à préciser les techniques et à évaluer les enjeux socio-économiques de ces productions.

5WELLER Olivier

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Les sources salées du Puy-de-Dôme

Fig. n°1 : Les sources salées du Puy-de-Dôme

Auteur(s) : Weller, Olivier (CNRS). Crédits : Weller, Olivier CNRS (2006)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Les sources salées du Puy-de-Dôme
Crédits Auteur(s) : Weller, Olivier (CNRS). Crédits : Weller, Olivier CNRS (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/4751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Olivier Weller, « L’exploitation des sources salées en Auvergne entre le Néolithique et l’âge du Fer », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4751

Haut de page

Responsable d'opération

Olivier Weller

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals