Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse2018Projets collectifs de rechercheAléria et ses territoires : appro...

2018
Projets collectifs de recherche

Aléria et ses territoires : approches croisées

Projet collectif de recherche (2018)
Responsable d’opération : Vincent Jolivet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1Situé au centre de la plaine orientale de Corse, dans une position stratégique par rapport aux trafics tyrrhéniens antiques, le site d’Aléria a été fondé par les Phocéens quelques décennies après Marseille. Conquise par les étrusques vers 540 av. J.‑C., puis par les Romains en 259 av. J.‑C., devenue alors la cité la plus importante de l’île, Aléria a été occupée jusqu’à la fin de l’Antiquité (fig. 1).

Fig. 1 – Plan de la ville romaine

Fig. 1 – Plan de la ville romaine

DAO: F. Leandri, L. Cordier, P. Tramoni, R. Thernot (Afan), 1997.

2Déjà signalé par Mérimée en 1840, le site a fait l’objet entre 1954 et 1984 de fouilles systématiques qui ont essentiellement porté sur la nécropole étrusque et sur la ville romaine. Il est aujourd’hui classé pour une superficie de 27 ha, dont cinq sont accessibles au public.

3Depuis 2003, différentes missions de conservation préventive et d’expertises menées par le ministère de la Culture (Drac-SRA), la Collectivité territoriale de Corse et le département de Haute-Corse avaient pointé de nombreux problèmes liés à la conservation de la ville romaine, de la nécropole et de ses mobiliers, et permis d’engager un certain nombre d’actions.

4L’objectif du PCR « Aléria et ses territoires : approches croisées » était donc de prolonger et de renforcer ces actions, tout en optimisant la coordination entre ses différents acteurs. Pour cette raison, il a été décidé d’emblée de lui conférer un cadre très large, décliné en quatre domaines principaux – relatifs au territoire, à l’habitat, aux nécropoles et à la valorisation et la formation –, dont chacun se partage lui-même en quatre axes distincts. Un ensemble de plus de 20 institutions et de quelque 70 chercheurs a été mobilisé à cette fin.

5Les premiers travaux menés dans le cadre de ce PCR, adopté au printemps 2018, ont été engagés en juin de cette même année. Le stade d’avancement des recherches dépend très largement des thématiques abordées, la priorité ayant été accordée cette année à un état de la question préliminaire à l’analyse scientifique des données et au lancement de nouvelles recherches.

6Le domaine 1, Territoires, coordonné par G. Brkojewitsch, a fait l’objet d’études de faisabilité (axe Interface terre/mer), de relevés topographiques préliminaires à des carottages (axe Paléoenvironnement et exploitation du territoire), de prospections pédestres dans l’arrière-pays, le long de la vallée du Tavignano (axe Territoire interne), tout en contribuant à la fouille, à l’étude et à la protection de la villa romaine de Mare Stagno (axe Territoire côtier).

7Dans le cadre du domaine 2, La cité préromaine et romaine, coordonné par F. Allegrini-Simonetti, les travaux ont été largement consacrés à des études préliminaires relatives au mobilier recueilli dans les anciennes fouilles de la ville, aussi bien pour la période préromaine que romaine : céramique et meules (axe Urbanisme et habitat), documentation épigraphique (axe Inscriptions grecques et latines), catalogage du très riche médaillier d’Aléria (axe Les monnaies). L’étude des trois systèmes de fortifications connues du site a également été reprise dans la perspective de nouvelles recherches sur le terrain (axe Les fortifications).

8Avec le domaine 3, Les nécropoles, coordonné par F. Sacchetti, le projet vise principalement à l’inventaire exhaustif, à la recontextualisation et à l’étude du mobilier trouvé dans les nécropoles – étrusque et romaine – du site. Il se fonde sur le travail d’inventaire des collections du musée, déjà engagé avant la constitution du PCR (axe Récolement des collections), qui a permis d’apporter des éléments nouveaux relatifs aux fouilles anciennes du site (axe Remise en contexte des ensembles funéraires) et d’aborder (axe Le mobilier métallique) ou de prolonger (axe Les inscriptions étrusques) l’étude de différentes catégories de mobilier.

9Le domaine 4, Valorisation et formation, coordonné par J. Castela, entend permettre, au-delà des résultats scientifiques attendus du PCR, de communiquer le résultat des travaux menés dans ce cadre à un public très large, et d’interagir avec lui pendant tout son déroulement, aussi bien sur un plan strictement didactique (axe Exposition itinérante) qu’à une échelle plus large, avec un programme qui impliquera cette année le musée de Vetulonia, en Toscane (axe Expositions). Deux autres axes (Formation et Collection Alalia) doivent encore être développés en fonction de l’avancée des travaux sur les collections et de l’achèvement des premières recherches thématiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de la ville romaine
Crédits DAO: F. Leandri, L. Cordier, P. Tramoni, R. Thernot (Afan), 1997.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/47766/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Jolivet, « Aléria et ses territoires : approches croisées » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 08 janvier 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/47766

Haut de page

Auteur

Vincent Jolivet

CNRS, Aoroc (UMR 8546)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Jolivet

CNRS, Aoroc (UMR 8546)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search