Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse2018Projets collectifs de rechercheLes Bouches de Bonifacio à l’époq...

2018
Projets collectifs de recherche

Les Bouches de Bonifacio à l’époque romaine : approches archéologique et géoarchéologique

Projet collectif de recherche (2018)
Responsable d’opération : Gaël Brkojewitsch
Notice rédigée avec Séverine Blin, Laurent Borel, Marie-Brigitte Carre, Franca Cibecchini, Sébastien Clerbois, Matthieu Ghilardi et Letizia Nonne

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1Parmi les six axes thématiques (AT) qui ont été définis dans le cadre du PCR, seuls quatre ont été développés cette année. Le site romain d’habitat de Cavallo (AT3) est difficilement accessible en raison de difficultés administratives et de réticences de la part des propriétaires. Par ailleurs, l’équipe de l’Inrap n’a pas pu investir de temps dans ce projet et l’institution n’a pas accordé de moyens à ses agents pour le PCR. L’approche de la sphère funéraire (AT4) n’a pas pu être développée, car l’ensemble funéraire mentionné sur la carte archéologique de la Gaule (sur l’île Piana) n’est toujours pas localisé.

AT 1 – La villa de Piantarella : bilan documentaire et nouvelles perspectives de recherches

2Le bilan documentaire et l’approche historiographique se poursuivent avec des recherches qui sont réalisées en archives, au SRA et en bibliothèque. Concernant le mobilier, les différentes collections sont à présent réunies à Bonifacio et l’étude des objets a été réalisée. Sur le site de Piantarella, la fouille porte sur toutes les pièces du balnéaire qui n’avaient pas été entièrement vidées et les premières campagnes permettent d’ores et déjà d’esquisser un phasage, de mieux caractériser les espaces et de comprendre l’organisation du monument (fig. 1). Grâce à la mise en place d’un protocole adapté de dessin, une réflexion est engagée autour de l’architecture du monument. Dans cette perspective, 65 échantillons de mortiers ont été prélevés et étudiés par A. Coutelas afin de dresser une typologie. La caractérisation du monument que l’on pensait acquise en suivant X. Lafon n’est toutefois pas confortée par les travaux de l’AT2. En effet, aucun équipement d’agrément ou de vivier n’a été décelé lors de l’exploration sous-marine.

Fig. 1 – Proposition de phasage chronologique des bains de l’établissement de Piantarella

Fig. 1 – Proposition de phasage chronologique des bains de l’établissement de Piantarella

DAO : G. Brkojewitsch (Metz Métropole/CCJ).

AT 2 – Les aménagements littoraux autour de l’établissement de Piantarella

3Dans l’environnement de l’établissement, la découverte d’une possible digue d’époque romaine est un acquis important (fig. 2). La mission avait pour but d’effectuer une série de vérifications dans la structure de la plage de Piantarella relevée en 2017 au niveau d’une possible ouverture entre la « digue » parallèle à la plage et l’esplanade, mais la forme de cette ouverture n’a pas pu être précisée ni documentée. L’objectif était également de mieux comprendre les limites sud de l’esplanade (secteur 2), afin de déterminer si le niveau de moellons se poursuivait sous le sable et de contrôler les dimensions et préciser les contours de la structure perpendiculaire (secteur 3) à la « digue » parallèle à la plage (secteur 1), cette zone étant couverte par une épaisse couche de posidonies mortes lors du relevé en 2017.

Fig. 2 – Orthophotographie de la structure de la plage de Piantarella

Fig. 2 – Orthophotographie de la structure de la plage de Piantarella

Cliché: E. Berry, L. Borel (CCJ).

AT 5 – De l’extraction à la commercialisation : exploitation de la pierre dans le détroit

4La campagne de prospection s’est poursuivie sur les parcelles 79, 148 et sur la côte nord et nord-ouest de Cavallo (fig. 3). Elle n’a pas révélé de nouvelles structures. La photogrammétrie a été commencée à la perche, pour obtenir les orthophotographies de front de taille et les orthophotographies nadirales par zone. Les sites de Cavallo et Lavezzu H1 ont été traités. Sur la base des autorisations nécessaires, la photogrammétrie sera terminée au drone en 2019. Par ailleurs, le volet consacré à l’étude technologique de l’extraction de la pierre et l’enregistrement des blocs taillés est à présent finalisé pour toutes les carrières repérées. L’étude comparative des carrières et du bâti des Lavezzi, sur la base d’analyses non invasives par sensibilité magnétique, visait à comprendre l’exploitation moderne et contemporaine et donc à déterminer comment et dans quelles proportions les carrières romaines ont été perturbées au xixe s.

5La carte géologique a pu être précisée à l’échelle des environs immédiats de Bonifacio et de l’archipel des Lavezzi. Les analyses par sensibilité magnétique ont pu être menées sur 90 % des carrières et structures bâties (la Pyramide de la Sémillante et l’appareil équarri de l’« église » de Lavezzu seront analysés en octobre 2019). Chaque analyse a été effectuée sur la base de 10 tirs du sensibilimètre. Une discrimination plus qualitative des signatures des granites à l’échelle micro-régionale pourra être effectuée en 2019 en multipliant les prises de mesures (20 ou 30 par analyse). L’étude géomorphologique des carrières a été menée pour Lavezzi et Cavallo mais doit encore être effectuée sur San Bainzu, où l’équipe des géologues n’a pas pu travailler cette année en raison des conditions météorologiques.

Fig. 3 – Carte de répartition des carrières et des sites romains dans les Bouches de Bonifacio

Fig. 3 – Carte de répartition des carrières et des sites romains dans les Bouches de Bonifacio

DAO : N. Bloch (CReA Patrimoine).

AT 6 – Géoarchéologie et paléoenvironnement

6Le 25 octobre 2018, deux carottages ont été effectués dans la zone humide située au sud de l’héliport et juste au nord de l’ancienne piste d’aérodrome (fig. 4). Malheureusement, l’équipe n’a pas été autorisée à prélever davantage de séquences sédimentaires sur l’île alors que la zone palustre de la Cala Del Greco aurait présenté un intérêt paléoenvironnemental certain, comme l’ont démontré certains travaux récents.

7Les analyses de laboratoire conduites sur les trois carottes prélevées dans l’étang de Piantarella mettent déjà en évidence des changements environnementaux majeurs au cours des 7 500 dernières années. En premier lieu, il est intéressant de relever que la date de formation de la lagune est relativement ancienne, vers 5500 av. n. è. (présence du substrat granitique sous les premiers dépôts lagunaires identifiés à 6,20 m de profondeur). Au cours des millénaires suivants, des environnements marins peu profonds (ancienne baie marine ouverte) ont alterné avec des phases de colmatage lagunaire. Les informations relatives à l’occupation durant l’époque romaine en termes de modifications du couvert végétal sont encore très ponctuelles à l’échelle de la Corse, et l’obtention de premières données sur le secteur de Piantarella-Cavallo serait très informative à ce sujet. Mais on constate un hiatus de la sédimentation vers 1 m de profondeur sur les trois carottes prélevées à Piantarella. En effet, le modèle d’âge/profondeur établi pour la lagune de Piantarella met en évidence une incision des niveaux compris entre le début de l’âge du Bronze et la fin du Ier millénaire apr. J.‑C. (soit 2 500-3 000 ans de sédimentation !). Cette discontinuité dans la sédimentation n’a pas encore trouvé son origine, et il n’est pas exclu que des interventions d’origine anthropique au cours de l’époque romaine en soient la cause. Ainsi, il serait possible d’envisager un dragage des sédiments de la lagune pour maintenir une ouverture vers la mer, en particulier vers le sud de l’étang de Piantarella, afin de faciliter la circulation des embarcations dans un milieu en voie de colmatage sédimentaire, totalement naturel. Comme autre cause possible, une tentative d’aménagement de type salin peut être évoquée. Enfin, une origine naturelle n’est cependant pas à exclure (succession de phases érosives).

Fig. 4 – Localisation de la zone de carottage sur Cavallo

Fig. 4 – Localisation de la zone de carottage sur Cavallo

DAO : M. Ghilardi (CNRS).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Proposition de phasage chronologique des bains de l’établissement de Piantarella
Crédits DAO : G. Brkojewitsch (Metz Métropole/CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/47906/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 781k
Titre Fig. 2 – Orthophotographie de la structure de la plage de Piantarella
Crédits Cliché: E. Berry, L. Borel (CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/47906/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Carte de répartition des carrières et des sites romains dans les Bouches de Bonifacio
Crédits DAO : N. Bloch (CReA Patrimoine).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/47906/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Titre Fig. 4 – Localisation de la zone de carottage sur Cavallo
Crédits DAO : M. Ghilardi (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/47906/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaël Brkojewitsch, Séverine Blin, Laurent Borel, Marie-Brigitte Carre, Franca Cibecchini, Sébastien Clerbois, Matthieu Ghilardi et Letizia Nonne, « Les Bouches de Bonifacio à l’époque romaine : approches archéologique et géoarchéologique » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 08 janvier 2021, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/47906

Haut de page

Auteurs

Gaël Brkojewitsch

Metz Métropole, Centre Camille-Jullian (UMR 7299)

Articles du même auteur

Séverine Blin

CNRS, Aoroc (UMR 8546)

Articles du même auteur

Laurent Borel

CNRS, Centre Camille-Jullian (UMR 7299)

Articles du même auteur

Marie-Brigitte Carre

CNRS, Centre Camille-Jullian (UMR 7299)

Articles du même auteur

Franca Cibecchini

Drassm

Articles du même auteur

Sébastien Clerbois

Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Matthieu Ghilardi

CNRS, CEREGE

Articles du même auteur

Letizia Nonne

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gaël Brkojewitsch

Metz Métropole, Centre Camille-Jullian (UMR 7299)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search