Navigation – Plan du site
2006

Chassagne – Abbaye de Mégemont

Responsable(s) des opérations : Emma Bouvard
Notice rédigée par : Emma Bouvard

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 134

Date de l'opération : 2006 (FP)

1La présente opération fait suite à des relevés d’élévation effectués en août 2005 (BSR 2005, p. 122-124). Il s’agissait alors d’établir la chronologie relative des différentes unités de construction du mur pignon du croisillon nord du transept de l’église de Mègemont. Celui-ci constitue un véritable noeud chronologique entre l’espace purement ecclésial de l’établissement monastique et ses parties conventuelles. En effet, les ouvertures repérées dans la maçonnerie annonçaient divers partis pris de circulation de la salle du chapitre (rez-de-chaussée de l’aile est du cloître) et des dortoirs (étage) à l’église. Cette première constatation a pu être vérifiée et datée ; trois périodes ont été reconnues et identifiées :

2    - la fin du Moyen Âge : circulation axiale entre l’aile est et le transept à l’étage (accès au rez-dechaussée inconnu) ;

3    - le XVIIe s. : même type de circulation avec l’ajout d’un accès plus à l’ouest, en bordure de cloître, au rez-de-chaussée ;

4    - le XVIIIe s. : accès supérieur et inférieur superposés et déportés à l’ouest de l’aile, formant une enfilade d’axe nord-sud avec l’ensemble des pièces du nouveau bâtiment des moines encore en élévation.

5Ces premiers résultats posaient le problème de la morphologie de ce même ensemble au XIIIe s., période à laquelle est rattachée la construction de l’église (dont le bâti a fait l’objet en 2003 d’un mémoire de maîtrise d’archéologie de la part de Nolwen Fravalo : BSR 2000, p. 105-106 ; BSR 2001, p. 123-124 et BSR 2002, p. 117-118. Voir également BSR 2003, p. 113 : Anne Baud) et de l’ensemble de l’établissement cistercien que la tradition place autour de 1206. Le niveau de circulation actuel étant largement surélevé par un dallage du XIXe s. dans l’espace de l’ancienne salle capitulaire, le relevé pierre à pierre s’en trouvait incomplet. Il a donc été décidé de pratiquer un sondage à l’aplomb de ce mur, afin de compléter les observations engagées et peut-être de repérer les indices d’un niveau de circulation médiéval.

6Cette vérification s’est accompagnée d’une fouille un peu plus extensive, s’inscrivant dans la démarche de réhabilitation des lieux par l’association des amis de l’abbaye de Mègemont.Afin de donner à voir au public une salle capitulaire en harmonie avec le bâti XVIIIe s. de l’aile est du cloître, il a été procédé à l’excavation des niveaux d’époque contemporaine, jusqu’aux premiers vestiges maçonnés plus anciens (Fig. n°1 : Sondage 4) et (Fig. n°2 : Relevé du sondage 4). Cette démarche a mis au jour deux pièces au sol « clouté » (c’est à dire planté de blocs de basalte sur chant), délimitées à l’ouest par un mur d’orientation nord-sud, percé d’une porte pour chacune des pièces (seuls les deux seuils subsistent, ainsi que les trois premières assises d’un ébrasement à feuillures). Ce mur est parallèle aux gouttereaux du XVIIIe s. qui encadrent ces vestiges. Les deux espaces sont séparés par un mur trop large pour être un simple mur de refend, ce qui laisse accroire que l’ensemble pouvait être voûté. Plus au nord, un autre mur transversal est-ouest a été repéré, mais pas complètement dégagé. L’espace au sol correspondant à la partie méridionale de l’aile est du cloître se divisait donc, à une époque donnée, en trois cellules. Une telle disposition, associée au peu de soin apporté à la surface de circulation, semble fort éloignée d’une salle capitulaire. La chronologie relative des vestiges bâtis porte à croire à des aménagements de la fin du XVIIe s., époque à laquelle l’observance de la règle n’est plus de mise dans bien des établissements et où la nécessité d’une salle du chapitre attenante à l’église ne semble plus prégnante.

7Une fenêtre plus profonde a été ouverte à l’aplomb du mur pignon du transept afin de cerner la chronologie de ces vestiges : il est apparu un second sol de dalles en roches basaltiques non-jointives précairement posées sur un remblai meuble. Dans la faible épaisseur de sédiment séparant le cloutage du dallage, un tesson de céramique glaçurée moderne a été trouvé, prouvant la modernité de ces constructions. Le remblai débute au niveau du ressaut de fondation du mur pignon du XIIIe s. et semble se poursuivre en profondeur. Cette observation implique la destruction des niveaux de circulation médiévaux pour l’installation de la construction décrite supra.

8Par ailleurs, le relevé de trois murs repérés dans l’ancien espace claustral a été effectué, afin d’élaborer une éventuelle restitution de l’ensemble du bâti monastique. Ces maçonneries (dont il ne reste qu’une ou deux assises) ont été mises au jour par l’action de la pelle mécanique (travaux communaux). Il apparaît par chronologie relative que ces murs sont antérieurs au XVIIe s., ce qui amène des questionnements sur le faciès du cloître durant la période médiévale et renaissante.

9Enfin, un inventaire du lapidaire déposé, associé à son relevé, a été engagé à des fins conservatoires : les blocs ne sont pour l’heure pas entreposés dans un espace sécurisé et n’ont pas fait l’objet d’analyse stylistique, ce qui sera le cas très prochainement.

10Emma Bouvard

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Sondage 4

Fig. n°1 : Sondage 4

Auteur(s) : Bouvard, Emma (BEN). Crédits : Bouvard Emma, BEN (2006)

Fig. n°2 : Relevé du sondage 4

Fig. n°2 : Relevé du sondage 4

Auteur(s) : Granier, Gaëlle ; Bouvard, Emma (BEN). Crédits : Granier Gaëlle ; Bouvard Emma, BEN (2006)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Sondage 4
Crédits Auteur(s) : Bouvard, Emma (BEN). Crédits : Bouvard Emma, BEN (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/4801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. n°2 : Relevé du sondage 4
Crédits Auteur(s) : Granier, Gaëlle ; Bouvard, Emma (BEN). Crédits : Granier Gaëlle ; Bouvard Emma, BEN (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/4801/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Emma Bouvard, « Chassagne – Abbaye de Mégemont », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4801

Haut de page

Responsable d'opération

Emma Bouvard

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals