Navigation – Plan du site
2006

La Roche-Blanche – Gergovie (sanctuaires)

Responsable(s) des opérations : Magali Garcia
Notice rédigée par : Magali Garcia

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 102

Date de l'opération : 2006 (FP)

1La zone du sanctuaire de Gergovie, située dans la partie nord-est du plateau, est connue depuis les années 1935. En effet, plusieurs campagnes ont mis au jour un grand sanctuaire gallo-romain de 50 m x 50 m environ composé de deux fanadélimités par un péribole formant une galerie couverte. Dans le fanumnord, une cellaquadrangulaire avec un sol en opus signinumest entourée d’une galerie dont la colonnade repose sur un mur stylobate. Dans le fanumsud, une colonnade plus restreinte, reposant directement sur le sol matérialisé par un dallage en basalte, encercle la cella.Les sols des galeries et de la celladu fanumsud sont en terrazzo.

2L’entrée du sanctuaire est située à l’ouest, le long de la voie antique. Une colonnade ainsi qu’un dallage forment un portique amenant à l’entrée couverte monumentale. Le dallage se poursuit ensuite en direction des deux temples. Cette fouille, organisée à l’aide de tranchées, s’est limitée dans sa moitié ouest au dégagement des structures correspondant au dernier état de construction du site. En ce qui concerne la partie est du sanctuaire, quelques tranchées ponctuelles avaient permis d’en préciser et compléter le plan général. En 1990, Jean-Michel Sauget réalisait un sondage qui traversait les deux temples, sans en démonter les murs. Cette tranchée se situait au niveau des deux cellaequ’elle coupait au centre.

3Cette première campagne de reprise avait pour but principal de tester la stratigraphie du site et son état de conservation, afin de mettre en place un programme pluriannuel visant à la compréhension globale du site, du point de vue aussi bien de la chronologie que du plan. La campagne s’est organisée en trois sondages, couvrant au total environ 210 m2 (Fig. n°1 : Plan du sanctuaire).

4Le secteur A consistait en la réouverture de la tranchée de Jean-Michel Sauget, de 35 m de long pour 3 m de large, afin d’en achever la fouille et d’en vérifier les stratigraphies. Diverses phases de construction ont ainsi pu être décelées, sans pouvoir en préciser la datation, au vu du manque de mobilier en contexte à notre disposition. Un angle de bâtiment a pu être observé sous la celladu fanumsud, dont la fonction est encore peu évidente. Entre les deux fana,un niveau de plus de 0,60 m de profondeur n’a pu être fouillé. Il présentait en surface de la céramique préromaine et de la faune (crâne de mouton). En ce qui concerne la construction des temples, les murs maçonnés des deux cellaesont installés, puis les galeries des fanasont mises en place. Un mur stylobate est implanté au nord, alors qu’au sud ce sont une colonnade et un dallage qui sont mis en place. Les deux galeries sont reliées par un sol en terre qui porte encore les traces de réfections de ces élévations. Les périodes de construction liées aux fanasont très rapprochées dans le temps, entre -30 et 10.

5Le sondage B, de 7 m x 6 m, situé dans l’angle nord-est du péribole a permis de voir que ce portique avait été aménagé en plusieurs phases. Les premières structures apparaîtraient vers le changement d’ère et seraient détruites au IVe s. Les niveaux de sol sont conservés, mais ils n’ont pas été démontés en intégralité, ce qui ne permet pas d’en préciser la datation. Une grande fosse dans l’angle de la cour conservait une grande quantité de mobilier (faune, céramique, fibule, des fragments de récipient en verre, de miroir, etc.) qui s’échelonne du Ier s. au IIIe s. Cette grande favissan’a pu être fouillée en intégralité et semble se poursuivre au-delà d’un mètre de profondeur.

6Le sondage C, de 6 m x 10 m, est le seul qui soit implanté à un emplacement où aucune fouille n’avait été réalisée. L’angle sud-est y a été dégagé. Cette structure ne semble pas construite sur le même modèle que l’angle nord-est. Le mur extérieur est du sanctuaire est composé de quatre assises de tuiles. Le mur est-ouest est de même facture que les murs du sondage B. L’angle intérieur de la galerie est formé par un mur sans parement qui devait soutenir des parois en terre. Ces structures reposent directement sur le niveau géologique de basalte et ne recouvrent aucune structure antérieure. Elles sont perturbées, sans doute à époque médiévale, par un mur très large en pierre sèche, plus ou moins régulièrement parementé, qui devait servir de mur de soutènement, créant une terrasse pour l’agriculture. Les datations pour cette zone se situent essentiellement au Ier s.

7Cette première campagne a permis de voir que les structures romaines sont bien conservées, y compris les niveaux de sol à l’intérieur du péribole. Seule la zone sud semble plus complexe, le niveau géologique étant plus haut. Il faut aussi préciser qu’au niveau des temples, les couches archéologiques sont très proches du niveau actuel de circulation. Le mobilier présent permet de proposer une périodisation des structures en quatre phases s’échelonnant entre la fin du Ier s. av. J.-C. et le IVe s. apr. J.-C., datations s’appuyant à la fois sur les céramiques, les fibules ainsi que les monnaies :

8    - à la période augustéenne, les temples ainsi que le péribole sont mis en place ;

9    - l’effondrement des structures du péribole annonce une phase d’abandon à la fin du Ier s. ;

10    - au IIe s., le sanctuaire semble à nouveau fréquenté, comme en témoignent les réfections du péribole et les dépôts de la favissa;

11    - au IVes., l’ensemble est définitivement démonté.

12Magali Garcia

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan du sanctuaire

Fig. n°1 : Plan du sanctuaire

Auteur(s) : Garcia, Magali (BEN). Crédits : Garcia Magali, BEN (2006)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan du sanctuaire
Crédits Auteur(s) : Garcia, Magali (BEN). Crédits : Garcia Magali, BEN (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/4829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Magali Garcia, « La Roche-Blanche – Gergovie (sanctuaires) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4829

Haut de page

Responsable d'opération

Magali Garcia

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals