Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCentre-Val de Loire2013InterdépartementalL’occupation humaine de la vallée...

2013
Interdépartemental

L’occupation humaine de la vallée du Cher au Paléolithique supérieur

Prospection thématique (2013)
Responsable d’opération : Raphaël Angevin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1La campagne de prospection thématique réalisée en 2013 s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche pluri-institutionnel sur l’occupation humaine de la vallée du Cher, de la fin de l’OIS 3 et jusqu’aux ultimes oscillations de l’OIS 2, soit entre 35 ka BP et 12 ka BP. Ce programme regroupe différents chercheurs du Ministère de la culture et de la communication, de l’Inrap et de l’université de Bordeaux-1, en partenariat étroit avec les universités de Paris-I Panthéon-Sorbonne et de Tours ainsi que l’UMR 7041 (ArScAn) du CNRS.

2Au cours de cette première campagne, de nombreuses observations ont été réalisées sur l’ensemble de la zone d’étude qui couvre en l’état trois départements (Cher, Indre, Loir-et-Cher) et plus de 250 km d’est en ouest, en accordant une attention particulière à la zone berrichonne qui pâtit en la matière d’une véritable carence documentaire. Ces investigations ont permis de préciser le potentiel et les formes de l’occupation humaine dans cette région qui constitue les franges méridionales du Bassin parisien et marque la transition entre ce dernier et le Massif central.

3D’un point de vue géographique, la vallée du Cher constitue l’un des axes de pénétration majeurs vers le sud de la France et apparaît comme l’une des voies de communication privilégiées par les groupes de chasseurs-collecteurs mobiles du Paléolithique supérieur, mettant en relation des espaces nettement contrastés. Ainsi, entre 35 000 BP et 12 000 BP, les gîtes de silex de la bordure méridionale de la Sologne et du nord du Berry (Turonien inférieur) ont fait l’objet d’une exploitation intensive, entraînant une diffusion de ces matériaux sur plusieurs centaines de kilomètres. D’un point de vue socio-économique et culturel, ce secteur constitue donc un jalon essentiel pour comprendre les dynamiques territoriales à l’œuvre au cours d’une séquence cruciale qui voit l’essor des premiers comportements dits « modernes ». Cette réalité est confortée par un contexte taphonomique original, singulièrement propice à la préservation des indices de sites sous les dépôts de versants, alors même que les formations alluviales pléistocènes du lit majeur peuvent se révéler localement très favorables à la conservation des sites préhistoriques.

4Le dépouillement de la documentation ancienne et l’analyse des données indexées dans la base de données Patriarche (Carte archéologique nationale) ont permis de dresser un premier bilan critique de la recherche dans cette zone d’étude, facilitant l’élaboration d’une programmation pluriannuelle dans une perspective tout à la fois spatiale et « paléohistorique ». Les résultats obtenus à la suite de ce travail apparaissent cependant extrêmement ponctuels et disparates, avec le recensement de 11 sites seulement dans le corridor de la vallée auxquels s’ajoutent neuf gisements dont l’implantation s’inscrit dans la logique des différents bassins versants (communes de Drevant/Saint-Amand-Montrond, Saint-Martin-d’Auxigny, Méry-ès-Bois, Saint-Palais et Vierzon dans le Cher, Orville dans l’Indre, Gièvres, Selles-sur-Cher, Châtillon-sur-Cher, Noyers-sur-Cher, Mareuil-sur-Cher et Contres dans le Loir-et-Cher, Céré-la-Ronde, Sublaines, La Ville-aux-Dames et Montlouis-sur-Loire en Indre-et-Loire). Ces données ont été complétées et affinées par le récolement des collections préhistoriques actuellement conservées dans les différentes institutions muséales régionales. Ce diagnostic a permis de préciser la nature et la composition des assemblages du musée Émile-Chenon (Châteaumeillant), musée Saint-Vic (Saint-Amand-Montrond), au musée du Berry, au muséum d’Histoire naturelle (Bourges), au musée historique de Vierzon, au musée de Sologne et au musée Marcel de Marchéville (Romorantin-Lanthenay).

5D’un point de vue chronoculturel, ces attestations se révèlent par ailleurs assez mal caractérisées. Ainsi, le corpus des sites répertoriés pour le Paléolithique supérieur lato sensu éclaire la présence d’occupations d’ampleur et de nature variables. Onze d’entre elles sont rapportées, avec plus ou moins de certitude, au Paléolithique final dont six à la seule séquence magdalénienne (les Venesmes à Saint-Amand-Montrond, le Laitier-Pilé à Saint-Palais, la Forêt de Haute-Brune à Saint-Martin-d’Auxigny, les Perreaux à Méry-ès-Bois, le Casseux à Mareuil-sur-Cher et l’ensemble supérieur de la Croix de Bagneux à Mareuil-sur-Cher) et cinq au technocomplexe de la Long Blade Technology (Bonègue à Vierzon, le Pont de Sauldre à Châtillon-sur-Cher, Le Busa à Noyers-sur-Cher, Bois Gaulpied à Sublaines et le gisement de la Zac des Fougerolles à la Ville-aux-Dames).

6Cette sur-représentation des industries tardiglaciaires pose toutefois plus de problèmes qu’elle n’en résout.

7À cet effet, nous ne pouvons que nous interroger sur la place prise par leurs témoignages dans les études réalisées depuis le début des années 2000 : traduit-elle finalement un maillage assez serré des occupations humaines à la fin de la séquence paléolithique ; réseau qui, combiné à une meilleure conservation des gisements et à des conditions taphonomiques particulières, favoriserait leur reconnaissance en contexte préventif, ou un simple « effet de mode » lié au développement sans précédent des études sur cette période dans les régions voisines ? Quoi qu’il en soit, il est indéniable que les autres grands ensembles du Paléolithique supérieur, notamment pour ses phases anciennes, souffre d’un véritable déficit informatif qui ne peut que partiellement être placé en miroir de la relative abondance des sources tardiglaciaires.

8Un indice aurignacien a toutefois été relevé au lieu-dit « Bonègue », sur la commune de Vierzon alors que deux occupations paraissent attribuables, sans trop de risque, au Badegoulien à la Pyramide (Céré-la-Ronde) et, peut-être, à Champ Martin (Orville). Le spectaculaire site polystratifié de la Croix de Bagneux a en outre livré plusieurs attestations de l’Aurignacien (trois niveaux de l’ensemble inférieur), du Gravettien (locus 11-14) et, sans doute, du Protosolutréen. Sept séries laminaires récoltées en contexte préventif sur les communes de Vierzon (le Vieux Domaine) et Contres (le Grille Midi) ainsi que plusieurs assemblages découverts anciennement à Vierzon (le Bellon), Gièvres (la Loge), Selles-sur-Cher (la Tour aux Lièvres et les Quatre Septaines) et Montlouis-sur-Loire (le Bodet) sont en outre rapprochés d’occupations du Paléolithique supérieur au sens large, sans plus de précision quant à leur attribution et au contenu technologique de leurs industries. La totalité de ce corpus correspond à des sites de plein air, le potentiel des formations karstiques de la moyenne vallée du Cher ayant été largement obéré par l’aménagement de la voie de chemin de fer entre Tours et Vierzon à la fin du xixe s. L’ensemble de ces indices a fait l’objet de fiches descriptives détaillées.

9Eu égard au faible nombre d’indices répertoriés dans le secteur « Berry », ce travail de recensement a été complété par l’ouverture de plusieurs fenêtres de prospection dans le tronçon méridional de la vallée, à une dizaine de kilomètres au sud de Vierzon, suivant le programme de recherche triennal défini dans la demande d’opération au début de l’année 2013. La première de ces interventions a concerné différentes zones d’exploration situées sur les communes de Quincy (zones 1 et 2) et Sainte-Thorette (zone 3). La définition de ces fenêtres a bénéficié d’une approche croisée, combinant tout à la fois démarche d’interprétation des données cartographiques (repérage des empreintes parcellaires traduisant les évolutions du cours d’eau sur le temps court, examen des anomalies topographiques locales, etc. réalisé par Valérie Schemmama du Service régional de l’archéologie), observations géomorphologiques et analyse prospective des sources archéologiques (témoignages d’occupation, gîtes de matières premières siliceuses). Ces différentes contributions ont permis de retenir trois configurations potentiellement intéressantes pour la reconnaissance des sites paléolithiques : les formations de coteau (plateaux ou « éperons »), les terrains de plaine alluviale insubmersibles (lit majeur) et les zones de divagation de la rivière (lit mineur).

10La zone 1 dite des « Gravoches », sur la commune de Quincy, correspond à un secteur de confluence entre le cours principal et un affluent en rive gauche du Cher. Elle a permis de mettre en lumière un site du Paléolithique moyen à composante Levallois et bifaciale (outils de type lancéolé) qui évoque les industries de la transition Acheuléen supérieur/Moustérien ancien. Dans la plaine alluviale, à proximité du lieu-dit « le Champ du Coteau » (zone 2), plusieurs indices paléolithiques (nucléus à lames et lamelles, outils sur éclats dont une pointe Levallois, lames retouchées, etc.) et néolithique (hache polie) ont également pu être mis en évidence. Le secteur 3 dit des « Chambons », en rive droite du Cher, a quant à lui livré quelques rares témoignages préhistoriques, assez ubiquistes. Dans le même temps, un travail d’inventaire des ressources siliceuses a été engagé par Vincent Delvigne, doctorant de l’université de Bordeaux 1. Il a permis d’éclairer le potentiel gîtologique des bassins tertiaires du département du Cher et des « faisceaux » jurassiques du Berry, dont les témoins affleurants semblent avoir été exploités depuis le Paléolithique moyen jusqu’aux périodes récentes de la Préhistoire (Néolithique).

11Enfin, cette première opération a été consolidée par un sondage d’évaluation stratigraphique (4 m2) sur le site magdalénien des Venesmes à Drevant. Ce dernier est implanté sur le versant méridional d’un anticlinal d’orientation nord-ouest – sud-est culminant à 251 m d’altitude et signalant la ligne de partage des eaux entre la vallée du Cher à l’ouest et le bassin de la Marmande à l’est. Il s’étend sur près de 200 m le long de la RD 2144, au sud-est de Saint-Amand-Montrond, à égale distance environ de la rivière et du sommet de l’éperon. Découvert au début des années 1950 et partiellement exploré en prospection de surface par Émile Hugoniot, il n’avait jamais fait l’objet jusque-là d’un diagnostic précis. Une attribution au Magdalénien avait toutefois été avancée par son inventeur (1952), même si l’existence d’une composante gravettienne n’était pas à exclure a priori du fait de la présence dans l’assemblage d’un débitage laminaire régulier de type bipolaire, selon les termes de l’étude de F. Trotignon (1992). D’un point de vue taphonomique, l’abondante industrie recueillie – dominée par les productions et outillages microlithiques – présentait par ailleurs de profondes altérations qui laissaient supposer l’importance des phénomènes post-dépositionnels à l’œuvre.

12Neuf artefacts en silex ont été découverts à l’occasion de ce sondage. D’un point de vue typotechnologique, ils rendent parfaitement compte de la documentation ancienne. Ils se répartissent entre un fragment proximal de lame légère, une chute de burin, un fragment mésial de lamelle, quatre éclats et deux cassons de débitage. Les états de surface reconnus par ailleurs sont sensiblement les mêmes que ceux des assemblages Hugoniot/Trotignon : une importante patine blanchâtre est présente sur la plupart des objets (préférentiellement toutefois sur les silex du Turonien supérieur), tandis que les bords des pièces les plus allongées paraissent fortement ébréchés, ce qui va dans le sens des conclusions avancées par l’analyse stratigraphique.

13La séquence documentée révèle en effet plusieurs formations distinctes. La première correspond à l’horizon humifère qui se développe sur une épaisseur de 0,30 m (c. 1). Ce dernier renfermait des vestiges de faune moderne ainsi que plusieurs pièces d’industrie lithique fortement patinées et exposées par les labours et les travaux de mise en culture des vignes. Sous la terre arable, une deuxième couche limono-argileuse de couleur brun-orangé a pu être reconnue sur une épaisseur de près de 0,55 m (c. 2) : elle correspond à d’importants apports colluviaux depuis le sommet de l’anticlinal et a puissamment remobilisé les vestiges lithiques provenant des terrains situés plus au nord. Ces vestiges appartiennent tous à la fraction fine de l’industrie. À une profondeur de 0,90 m, le substrat représenté par les argiles d’altération des grès du socle triasique a été atteint.

14Ces données permettent d’affirmer que le gisement des Venesmes, assez riche d’un point de vue archéologique, présente pourtant un potentiel stratigraphique limité : les artefacts découverts se retrouvent en position secondaire dans les formations colluviales de versant et proviennent sans doute de la partie sommitale du plateau, ce qui induit de facto la perte définitive de toute information relative à l’organisation spatiale et à la chronologie relative du site. Dans ce contexte, seul l’examen minutieux de l’abondante série lithique recueillie par E. Hugoniot puis O. et F. Trotignon peut fournir quelques éléments de sériation efficace, au sein d’un assemblage qui constitue par ailleurs un jalon indispensable pour comprendre l’évolution techno-culturelle des industries du Paléolithique supérieur dans la région. Son étude, à l’instar de celle d’autre séries anciennes, suppose toutefois d’intégrer les paramètres taphonomiques que nous avons pu détailler plus haut et de critiquer son homogénéité, en miroir des profonds bouleversements dont il a pu faire l’objet. C’est tout l’enjeu d’un projet comme le nôtre qui vise à reconsidérer l’ensemble de la documentation existante dans une perspective tout à la fois techno-économique et paléohistorique.

15À la suite de ces premières investigations qui ont permis de préciser les conditions de l’occupation humaine de la vallée du Cher au Paléolithique supérieur, ce programme sera poursuivi et amplifié en 2014 sous la forme de nouvelles prospections pédestres conduites au sud de la zone investie en 2013, sur les communes de Preuilly, Sainte-Thorette et Villeneuve-sur-Cher (Cher). En fonction des découvertes effectuées, des sondages d’évaluation pourront être mis en œuvre à fin de caractérisation et d’attribution des vestiges mis au jour.

Haut de page

Bibliographie

Hugoniot E. 1952 : Le Magdalénien dans les environs de Saint-Amand-Montrond (Cher), Bull. Soc. Préh. Fr., 49,, p. 283-288.

Trotignon F. 1993 : Une nouvelle série de Magdalénien aux Venesmes, commune de Saint-Amand-Montrond (Cher), Cahiers d’Archéologie et d’Histoire du Berry, no 116, p. 3-14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Angevin, « L’occupation humaine de la vallée du Cher au Paléolithique supérieur » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre-Val de Loire, mis en ligne le 10 septembre 2020, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/48858

Haut de page

Auteur

Raphaël Angevin

Drac Centre (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Raphaël Angevin

Drac Centre (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search