Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201476 – Seine-MaritimeEu – Bois l’Abbé

2014
76 – Seine-Maritime

Eu – Bois l’Abbé

Fouille programmée (2014)
Responsable d’opération : Étienne Mantel
Notice rédigée avec Stéphane Dubois et Richard Jonvel

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1La campagne programmée 2014 sur la ville antique de Briga s’est articulée autour de deux axes principaux.

Fig. 1 – Plan général du nord-ouest de l’agglomération antique de Briga

Fig. 1 – Plan général du nord-ouest de l’agglomération antique de Briga

DAO : É Mantel (SRA).

Campagne de relevés microtopographiques

2Le premier concerne le projet, initié en 2011, de relever en microtopographie l’ensemble de l’agglomération et ses abords. Cette opération vise à mettre en évidence des microreliefs qui témoignent de la fossilisation dans le paysage de voiries plus ou moins encaissées, de poursuivre les levés du réseau fortifié observé l’an passé à l’ouest de l’agglomération, et de recenser toute nouvelle anomalie qui permettrait de mieux appréhender l’évolution de la structuration du paysage antique. Une surface de 24 ha a été levée durant le mois de décembre 2014 en zone forestière et dans la clairière, sur des secteurs de l’agglomération et à sa périphérie. Elle a été complétée par un nouveau levé au tachéomètre de l’ensemble des monuments et bâtiments antiques, des sondages, des limites de fouilles, du bornage de la zone classée, du cadastre, etc. Il s’agissait ici de répondre à des problèmes récurrents de topographie, liés à des levés réalisés depuis une vingtaine d’année par plusieurs opérateurs successifs, utilisant différents systèmes de projection.

3Cette quatrième campagne de relevés porte à près de 60 ha la superficie actuellement couverte par cette action : les 90 000 points actuellement géoréférencés constituent la base d’un Système d’informations géographiques qui permet la modélisation du relief, et une meilleure compréhension des choix d’implantation des voiries, des monuments et des zones d’habitat en fonction de la topographie.

4Le principal acquis de cette opération remonte à la campagne précédente, qui avait permis d’entrevoir un vaste réseau de fortifications de bord de plateau à l’ouest de la ville antique, associant une levée de terre à, semble-t-il un ou deux fossés, ainsi qu’un tertre entouré lui aussi de fossés. Le relevé de ces structures s’étagera encore sur plusieurs années, du fait de leur ampleur ; de nouveaux segments en ont été intégrés en 2014.

5Les relevés permettent également d’entrevoir le développement d’un réseau de rues dans la partie centrale de l’agglomération, autour et entre les deux édifices thermaux. Les orientations observées ici divergent sensiblement par rapport au quadrillage de rues mis au jour dans le quartier nord, et témoigneraient ainsi de l’existence de plusieurs réseaux viaires juxtaposés. Une telle organisation n’a rien d’exceptionnel, et se rencontre également dans des contextes de chefs-lieux de cité. De plus, la topographie conditionne ici pour partie leur implantation.

Opérations de fouilles sur le quartier d’habitation au nord du complexe monumental

6Le second axe de la campagne 2014 concerne des actions de fouilles concentrées en divers points du quartier d’habitation au nord du complexe monumental. L’objectif cette année était de mieux comprendre l’organisation générale du quartier et de mieux apprécier la densité de l’occupation, par de modestes ouvertures complémentaires et des tranchées de sondage.

7L’aire ouverte en 2012-2013 avait montré un quartier d’habitation organisé autour de voiries, avec pour axe principal une rue nord/sud (Cardo A), qui relie l’accès nord-ouest de l’agglomération au complexe monumental. Quatre rues transversales avaient été dégagées (dites Decumani A, B, C, D), dont l’orientation sensiblement est/ouest a été légèrement modulée en fonction de la topographie en bordure du versant de la vallée de la Bresle.

8En 2014 a été mis en évidence un cinquième decumanus (E), dans le cadre d’une extension du sondage ouvert l’an dernier en forêt (sondage 7bis). Cette extension consistait à dégager intégralement le Bâtiment 26, dont l’organisation restait peu intelligible sur les seuls résultats obtenus l’an passé. Il s’est avéré qu’elle était bordée le long de son pignon sud par une nouvelle rue large de 3,10 m, très précisément orientée est/ouest. Elle est constituée d’un dense revêtement de cailloutis de silex, et se dirige hors emprise, en sous-bois, vers une longue zone de plateau en pente douce vers l’est où des traces d’occupation antique ont été perçues en surface.

9Un second axe viaire a également été entraperçu dans une tranchée de sondage (sondage 19), et paraît relier le théâtre aux autres monuments du centre public, en venant se greffer sur le Cardo A en face du Bâtiment Est. Il est constitué d’une bande de cailloutis dense qui a permis d’en estimer la largeur à 12 m, une dimension conséquente qui tendrait à faire de cette rue un axe structurant de l’agglomération. Néanmoins l’étroitesse de cette observation appelle l’ouverture d’un sondage de contrôle plus conséquent, sur l’emprise de son axe supposé, vérification programmée pour la campagne 2015.

10Un autre point avait pour objectif de délimiter l’extension du bâti au nord-ouest de la ville antique. L’espace en pâture, dans ce secteur, ne présente en effet guère de traces d’occupation antique en surface, et le Bâtiment 31-34 fouillé l’an passé était susceptible de marquer la limite extrême de Briga. Pour éviter d’en débattre avec des éléments insuffisants, le potentiel archéologique de la parcelle a été diagnostiqué par la réalisation de trois tranchées linéaires parallèles, ouverte mécaniquement avec un espacement de 20 m (sondages 16, 17 et 18). Les deux tranchées les plus éloignées (16 et 17) n’ont révélé aucune trace de construction ; la plus proche du centre monumental (sondage 18) a en revanche livré les restes d’un ou probablement de deux bâtiments (nos 40 et 41), qui occupent la partie occidentale de l’îlot III, entre les decumani C et B. Ce dernier se prolonge hors de la ville antique, sous forme d’une voie romaine qui permettait d’y accéder depuis le nord-ouest. Son tracé s’infléchit sitôt après le Bâtiment 40, et marque une courbe vers le nord (dans les sondages 16 et 17). Elle contourne alors le profond thalweg qui marque ce secteur, et se dirige vers un vallon encaissé qui descend vers la vallée de la Bresle.

11Les autres ouvertures ou extensions de fouilles visaient à achever le dégagement de bâtiments repérés les années précédentes, mais qui restaient difficiles à appréhender sur la base de plans partiels. Quatre constructions ont été concernées par cette démarche (Bâtiments 26, 28, 35 et 36), et sont désormais intégralement dégagées. À cette occasion ont pu être mis au jour quelques aménagements, comme la cave semi-enterrée ou « plat-cul » du Bâtiment 19, un dépôt votif sous le Bâtiment 36, ainsi que des structures liées au renforcement des maisons pour faire face à des glissements de terrain, notamment devant les Bâtiments 1-21 et 16-19. Sans surprise, ces décapages complémentaires ont occasionné sur leur marge des découvertes de constructions nouvelles (Bâtiments 38 et 39 dans l’îlot XI, Bâtiments 40 et 41 dans l’îlot III), qui confortent l’image d’un quartier au tissu urbain dense.

Fig. 2 – Vue générale de la cave

Fig. 2 – Vue générale de la cave

Cliché : É Mantel (SRA).

12Le plan du quartier en l’état actuel témoigne d’une organisation de type assurément urbain, avec un quadrillage serré de rues qui découpent des îlots d’habitation sur une profondeur d’au moins six pâtés de maisons au nord des monuments publics, îlots qui s’avèrent densément occupés le long des rues et paraissent ménager des espaces de cour en arrière des constructions. La chronologie de l’occupation s’étend entre une mise en place du quadrillage de rues, datée par le mobilier autour des années 60-80 apr. J.‑C., et un abandon définitif et intégral du quartier dans les dernières décennies du iiie s.

13Une tendance observable sur la plupart des îlots conduit à une densification progressive de l’habitat, à un agrandissement progressif des maisons à mesure des reconstructions, et à une régularisation de l’alignement sur les rues. L’implantation du quartier sur les premières pentes du versant de la Bresle par l’aménagement de petites terrasses constituées de remblais meubles, semble avoir occasionné d’importants problèmes de glissements de terrain, notamment lors d’épisodes pluvieux intenses. Ce phénomène naturel a pu être étudié et cartographié sur l’ensemble de l’agglomération antique (à l’exclusion de la terrasse supérieure où sont installés les monuments publics), et se poursuit actuellement encore en forêt ou dans la cavea du théâtre. Il est lié à une instabilité générale du terrain, constitué d’un sous-sol argileux imperméable qui lors de fortes précipitations occasionne le glissement des terres superficielles. Ces soucis semblent s’être répétés dans le temps, notamment au cours du iiie s., et ont sans doute joué un rôle non négligeable dans la désertion de ce secteur de la ville.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général du nord-ouest de l’agglomération antique de Briga
Crédits DAO : É Mantel (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/49622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Fig. 2 – Vue générale de la cave
Crédits Cliché : É Mantel (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/49622/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Mantel, Stéphane Dubois et Richard Jonvel, « Eu – Bois l’Abbé » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 11 janvier 2021, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/49622

Haut de page

Auteurs

Étienne Mantel

SRA Haute-Normandie/UMR 7041 ArScAn

Articles du même auteur

Stéphane Dubois

Inrap/UMR 7041 ArScAn

Articles du même auteur

Richard Jonvel

Univarchéo

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Étienne Mantel

SRA Haute-Normandie/UMR 7041 ArScAn

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search