Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201476 – Seine-MaritimeOrival – Le Grésil

2014
76 – Seine-Maritime

Orival – Le Grésil

Fouille programmée (2014)
Responsable d’opération : Jérôme Spiesser

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Texte intégral

1Les recherches menées depuis 2012 sur la villa du Grésil visent à caractériser le statut du site, son économie et les raisons qui ont amené ses propriétaires à s’installer dans cet environnement plutôt contraignant pour les activités agricoles. Pour la première fois, la campagne de 2014 a bénéficié d’un décapage mécanisé de l’humus superficiel (entre 5 et 10 cm de profondeur), afin d’appréhender l’organisation spatiale de la moitié sud de la pars urbana. De plus, la modélisation en 3D de l’état d’avancement des fouilles a été mise à l’honneur cette année, grâce aux relevés photogrammétriques. L’objectif de cette méthodologie a été d’optimiser le temps consacré au terrain afin d’étudier une plus grande superficie du site.

2Le premier état de l’établissement est créé à la période augustéenne dans un environnement probablement semi-ouvert. Il possède alors un bâtiment résidentiel d’au moins 40 m2, construit en matériaux périssables sur des sablières basses reposant sur de petits solins en pierres sèches, composés d’un alignement de silex d’environ 20 cm de diamètre. L’espace interne de cet édifice se divise entre une pièce principale et une supposée galerie de façade localisée au nord-est. Un possible sol en terre battue a pu être identifié à l’intérieur de celle-ci. Dans la seconde moitié du ier s. apr. J.‑C., ce bâtiment est partiellement réaménagé afin d’atteindre une superficie d’au moins 75 m2. Un changement des techniques de construction est alors visible puisque l’élévation en matériaux périssables repose désormais sur des solins en pierres sèches larges de 0,7 m et réalisé avec des silex de plus petite taille (environ 10 cm de diamètre). La façade de l’habitation est agrandie et cet édifice se dote d’une pièce de 25 m2, située au sud-est. Les niveaux d’occupations attribués au deuxième état de la résidence ont livré des micro-restes de faunes attestant de la consommation de cyprinidés et d’anguilles sur le site. Bien que le nombre de vestiges reste toujours insuffisant pour l’attester avec certitudes, il faut aussi souligner que les restes de caprinés semblent encore une fois dominer ceux de la triade domestique. Vers le milieu du iie s. apr. J.‑C., la pars urbana est entièrement remodelée et délimitée sur trois côtés par un mur maçonné. Deux, voire trois bâtiments sont dans le même temps construits aux angles nord, est et sud de la pars urbana. Il faut ajouter à la liste de ces travaux, la mise en place d’un remblai sur plusieurs milliers de mètres carrés afin de niveler l’espace résidentiel, mais aussi le réaménagement du sol de la galerie de façade et de la pièce sud de l’habitation. Cette dernière est en effet détruite pour être reconstruite avec des maçonneries. Les soubassements font désormais 0,7 m de large pour 0,35 m de hauteur et sont réalisés en silex liés par un mortier de chaux. Dans la partie supérieure de ces murs, les silex sont remplacés par de petits moellons en calcaire. L’intérieur de cette pièce se voit pourvu d’un sol en opus caementicum et d’un décor mural peint caractéristique du iie s. apr. J.‑C. Il est assez sobre mais très coloré, composé de panneaux délimités par un simple liseré et pouvant comporter des vignettes. Les bâtiments 3 et 4 localisés aux angles nord et est de la pars urbana sont les témoins d’une volonté des propriétaires d’avoir une organisation symétrique de l’habitat. Ils ont une superficie interne de 17 m2 et se divisent en deux pièces. Leur particularité est d’avoir une pièce délimitée par des murs maçonnés et une autre en partie construite en matériaux périssables sur des solins en pierres sèches, qui prennent la forme d’un alignement de silex et de blocs calcaires de grande taille. Ces éléments peuvent atteindre une longueur de 0,6 m pour une largeur de 0,3 m. La campagne de 2014 a aussi révélé que l’intérieur de l’espace construit en matériaux mixtes, possédait un sol en opus caementicum. Il est possible que cette pièce ait été destinée à accueillir un véhicule puisqu’un mors de cheval et deux hypothétiques clavettes (ou goupilles) ont été découverts à proximité. De nouvelles analyses sont en cours sur les objets métalliques mis au jour à quelques mètres de cette pièce, afin d’étayer ou d’infirmer cette hypothèse. La présence d’une forte densité de vestiges dans l’angle sud-ouest de la pars urbana amène à nous interroger sur l’éventuelle existence d’un bâtiment à proximité. À ce jour, l’état d’avancement de la fouille ne permet pas de comprendre l’organisation et la fonction de cet espace. La campagne prévue en 2015 permettra probablement d’apporter de nouvelles données sur les phases d’occupation de ce modeste établissement rural abandonné dans la première moitié du iiie s. apr. J.‑C.

Fig. 1 – Localisation du décapage mécanisé au sein de la pars urbana

Fig. 1 – Localisation du décapage mécanisé au sein de la pars urbana

DAO : J. Spiesser (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Fig. 2 – Relevé photogrammétrique du décapage mécanisé

Fig. 2 – Relevé photogrammétrique du décapage mécanisé

Photogrammétrie : R. Méreuze ; DAO : J. Spiesser (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du décapage mécanisé au sein de la pars urbana
Crédits DAO : J. Spiesser (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/49732/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Fig. 2 – Relevé photogrammétrique du décapage mécanisé
Crédits Photogrammétrie : R. Méreuze ; DAO : J. Spiesser (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/49732/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Spiesser, « Orival – Le Grésil » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 11 janvier 2021, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/49732

Haut de page

Auteur

Jérôme Spiesser

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/UMR 7041 ArScAn

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jérôme Spiesser

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/UMR 7041 ArScAn

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search