Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20182A – Corse-du-SudCuttoli-Corticchiato – Monti di a...

2018
2A – Corse-du-Sud

Cuttoli-Corticchiato – Monti di a Torra

Fouille programmée (2018)
Responsable d’opération : Hélène Paolini-Saez

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Laboratoire régional d’archéologie (Corse)

Texte intégral

1En 2018, la fouille programmée de Monti di a Torra (Cuttoli-Corticchiato) s’est articulée autour de deux secteurs : le secteur 2 (extension du sondage 2 de 2017) et le secteur 3, correspondant à l’éboulement d’un monument turriforme. Le secteur 2 est localisé sur la terrasse 7 qui est limitée par des affleurements rocheux sur l’ensemble de ses côtés. Les espaces vides entre ces affleurements rocheux sont colmatés par de gros blocs rocheux granitiques, formant ainsi un effet de muraille circulaire dessinant une longue ellipse orientée nord-est – sud-ouest. Lors du sondage réalisé en 2017, une surface de 4 m2 avait permis de mettre au jour deux phases principales dont la première avait été divisée en une phase inférieure et une phase supérieure. Bien que non exhaustive, la fouille de 2018, étendue sur près de 15 m2, a permis d’identifier trois phases bien distinctes matérialisées par des structures liées à une unité d’habitation de forme elliptique (fig. 1). Cette maison s’organise autour d’un mur formé de blocs de gros volume – de 50 à 70 cm de côté (MR 228) – et s’étend sur environ 10 m2. Entre ce mur et la muraille extérieure, il a été remarqué un comblement fait de pierres de nodules très variés qui nivelle la terrasse sur près de 1,20 m de hauteur (US 223). Celui-ci résulte donc d’une volonté d’aplanissement de la terrasse pour une installation. Outre ce comblement de pierres, l’investissement anthropique est important puisque plusieurs gros blocs ont été aménagés pour contribuer à la stabilité de la terrasse. Les phases 1 et 2 s’articulent autour de ces aménagements et sont singularisées par des trous ou calages de poteau, dessinant ainsi deux plans successifs.

Fig. 1 – Planimétrie de l’unité d’habitation de la terrasse 7, secteur 2 (phase 1)

Fig. 1 – Planimétrie de l’unité d’habitation de la terrasse 7, secteur 2 (phase 1)

DAO : A. Jamai-Chipon (LRA).

2Ainsi, la phase 1 est matérialisée par trois structures parfaitement alignées : deux calages de poteau et un trou de poteau creusé dans l’altération du substrat. Ceux-ci se situent en limite de la fouille, le long de la coupe nord-est – sud-ouest, dessinant une orientation légèrement désaxée par rapport au plan elliptique de l’habitation. Un autre calage, à l’extérieur de MR 228, semble venir conforter la structure porteuse ou la toiture de l’habitation. Néanmoins, la fouille partielle nous renvoie à la plus grande prudence interprétative.

3La phase 2 s’articule également autour de MR 228 et du comblement à l’extrémité ouest de la terrasse (US 223). Deux calages de poteau sont à signaler : un calage central, à équidistance des limites de MR 228 – cette position centrale évoque un poteau faîtier –, est en lien avec un calage en limite nord-ouest, qui se positionne entre les failles du substrat. À l’extrémité nord-est de la zone de fouille, une forte concentration de charbons évoque un foyer sans conservation de structure foyère. Ce foyer est localisé sur le substrat à l’extérieur des aménagements.

4La phase 3, partiellement dégagée, est matérialisée par un nivellement de pierres sur lequel est venu se positionner un mur composé de quatre gros blocs (hors sol) parfaitement alignés (MR 215) venant buter à angle droit contre un autre mur dont les pierres sont de même calibre (MR 216). Cette phase, encore mal identifiée, traduit un aménagement postérieur à l’unité d’habitation des phases 1 et 2. Elle peut s’articuler avec l’extrémité orientale de la terrasse non encore fouillée.

5Pour ce secteur, toutes phases confondues, le mobilier est très épars, mal conservé et fragmenté. Il n’est pas possible d’amorcer un classement typologique à partir de la céramique. Le seul élément pertinent réside dans l’association de la vaisselle locale avec de la vaisselle d’importation (campanienne, amphore gréco-italique) dans la phase 3, ce qui pourrait plaider pour une réoccupation de la terrasse au second âge du Fer. Cette faiblesse numérique semble renvoyer à des occupations fortement érodées et lessivées suite à leur abandon. Telle érosion est due notamment au positionnement de Monti di a Torra, un éperon exposé à de fortes contraintes climatiques et naturelles : vent, pluie, incendies.

6Le secteur 3 s’apparente à un large effondrement dont les prises de vue aérienne révèlent une forme circulaire. Cette forme et le toponyme du lieu incitent à y voir un monument turriforme effondré. Toutefois, il faut avoir présent à l’esprit que plusieurs pierres ont été déplacées au cours du temps et que des effets de murs, de passage et de rotondité sont le fruit de remaniements récents. Considérant ce contexte de conservation et les contraintes de l’important éboulis, la moitié nord de l’effondrement a été divisée en quatre zones dont deux zones opposées ont été fouillées sur le principe d’un damier. Le dégagement d’une de ces zones (zone A) a mis en lumière un effondrement de grosses pierres, dont le calibre diminue avec la profondeur, jusqu’à arriver au substrat fortement diaclasé. Entre les diaclases, du sédiment stérile et, localement, des radiers de pierres comblent les interstices afin de niveler la surface du sol à l’extérieur d’une couronne de pierres dont le diamètre est estimé à 4 m (MR 3008). Ce mur est caractérisé par de gros blocs non jointés, le tout est désorganisé mais l’arc de cercle est parfaitement dessiné et bien ancré dans le sol. L’ensemble du remplissage peut être phasé en trois temps. Phase 1 : comblement, nivellement du substrat et construction (époque à déterminer) ; phase 2 : destruction et utilisation en zone de rejet au second âge du Fer ; phase 3 : destruction et réorganisation récentes.

7Le remplissage de pierres est associé à un mobilier céramique relativement abondant puisque près de 400 tessons très fragmentés et roulés sont conservés sur environ 10 m2. La vaisselle (locale et d’importation) est associée à du mobilier métallique et quelques éléments de macro-outillage. Une variation quantitative est perceptible puisque le mobilier se raréfie au fur et à mesure qu’on se rapproche du substrat. Ce mobilier (phase 2) est à rattacher au second âge du Fer (céramique peignée, décors plastiques orthogonaux, mobilier métallique, amphore, vaisselle de table) et semble avoir été jeté dans un éboulis préexistant dû à l’effondrement de la construction circulaire. Le tout semble évoquer une zone de rejet. Le déplacement des pierres, le piétinement et la poursuite de l’effondrement du monument semblent contribuer à la fragmentation du mobilier. S’il s’agit d’une zone de rejet, il faut envisager une habitation sur la partie sommitale de l’éperon. Le mur MR 9, observé lors de la campagne 2017 à environ une dizaine de mètres de distance, et le remplissage du sondage 1 de 2017, dont le mobilier est attribué au second âge du Fer, renvoient à un aménagement et une occupation à ce moment-là sur la terrasse sommitale. Une relation entre ces éléments et un dépotoir dans l’éboulis est envisageable en l’état actuel de nos travaux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Planimétrie de l’unité d’habitation de la terrasse 7, secteur 2 (phase 1)
Crédits DAO : A. Jamai-Chipon (LRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50023/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 758k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Paolini-Saez, « Cuttoli-Corticchiato – Monti di a Torra » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 08 janvier 2021, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50023

Haut de page

Auteur

Hélène Paolini-Saez

Laboratoire régional d’archéologie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hélène Paolini-Saez

Laboratoire régional d’archéologie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search