Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20182A – Corse-du-SudOlmeto – Monti Barbatu

2018
2A – Corse-du-Sud

Olmeto – Monti Barbatu

Fouille programmée (2018)
Responsable d’opération : Kewin Peche-Quilichini

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La campagne de fouilles menée en 2018 à Monti Barbatu est marquée par un changement de stratégie. En effet, la zone de recherche « traditionnelle » investie en 2013 et en 2017, mais également lors des fouilles d’O. Jehasse dans les années 1980, c’est-à-dire la terrasse sub-sommitale (secteur C), n’a pas été concernée cette année par les problématiques relatives à l’occupation ancienne du site (Néolithique et âge du Bronze). Les investigations se sont en effet concentrées sur d’autres zones. Par cette translation, il s’agissait d’analyser des secteurs non impactés par les réoccupations successives, à l’origine de nombreux mélanges et transformations qui compliquent considérablement la lecture diachronique des ensembles bâtis et stratigraphiques. Si l’on excepte l’église, les fouilles 2018 ont donc concerné deux zones qui n’avaient jusqu’ici été l’objet d’aucune recherche : le nord et le sud du secteur B. La partie nord du secteur B, à l’est et en contrebas des zones sommitales du site (secteurs C et D), constitue un large replat délimité par des terrasses élaborées à différentes époques. Sa limite septentrionale est matérialisée par un terrassement en arc de cercle autour duquel sont dispersés des vestiges mégalithiques : trois tronçons de statues-menhirs (le troisième a été découvert en 2018), deux tronçons de menhirs et quatre dalles appartenant vraisemblablement à une chambre sépulcrale. Des sondages organisés en damier et en tranchée ont été pratiqués afin d’établir le lien entre ces éléments, la restanque et les différents colmatages. Il est apparu que les horizons les plus superficiels (qui constituent parfois l’intégralité de la puissance sédimentaire) sont issus de niveaux néolithiques démobilisés par l’érosion naturelle et par la mise en valeur agricole du secteur autour de l’époque moderne. Le terrassement, s’il est en partie protohistorique, constitue en fait un pierrier dans lequel les vestiges mégalithiques sont inclus. Il n’a donc pas été possible de déterminer la position et la forme du (ou des) monument(s) mégalithiques(s) associé(s) à des niveaux d’occupation assez diffus. Immédiatement au sud des sondages en quinconce, à quelques mètres à l’est d’une structure de blocs et de dalles constituant une probable habitation du début du Néolithique récent (structure C, partiellement fouillée en 2017), une tranchée a révélé sur 2 m2 des colmatages plus épais abritant un niveau d’occupation daté autour de 3500 av. J.‑C., sans structure associée. La partie nord du secteur B nous apparaît en conséquence comme une zone assez largement investie au cours de la période basienne, notamment au début et à la fin de cette phase, sur laquelle un alignement de monolithes se met en place durant l’âge du Bronze, alors que la chronologie du probable coffre mégalithique associé ne peut être précisée.

2La partie sud du secteur B, aujourd’hui boisée, est retranchée derrière l’enceinte basse du site. Plusieurs structures formées de files de gros blocs, de plan elliptique à rectangulaire, y sont regroupées. Des comparaisons avec des sites voisins permettent d’avancer l’hypothèse d’une concentration d’habitations. Deux édifices ont été partiellement fouillés.

3La structure A présente un plan subrectangulaire (9,5 x 5 m). Elle est élevée sur une terrasse artificielle au pied d’une falaise et limitée par de gros blocs parallélépipédiques. Sa fouille a révélé deux occupations au cours de la seconde moitié du Bronze moyen, entre 1400 et 1250 av. J.‑C. La plus récente est matérialisée par un important réseau de trous de poteau ; la plus ancienne est représentée par un lambeau de sol où une structure de chauffe, un mortier et un vase en place (soit une zone culinaire) ont été mis en évidence. Les vaisselles associées constituent des dérivés et des réinterprétations des répertoires du groupe italique de Grotta Nuova et forment, à ce titre, un ensemble cohérent du faciès apenninique de Corse méridionale. On note également la présence d’une alêne en bronze. L’investigation se poursuivra en 2019 afin de mettre au jour l’extension horizontale des sols, leur probable organisation en paliers (destinés à corriger une forte pente vers le sud) et les structures de préparation de la terrasse qui accueille l’édifice.

Fig. 1 – Planimétrie générale avec mur-palier US 125 (en vert), emprise de la fouille 2018 (en brun), dispersion des trous de poteau du Bronze récent et position hypothétique du couvrement de charpente (faîte, pannes sablières et entraits)

Fig. 1 – Planimétrie générale avec mur-palier US 125 (en vert), emprise de la fouille 2018 (en brun), dispersion des trous de poteau du Bronze récent et position hypothétique du couvrement de charpente (faîte, pannes sablières et entraits)

Secteur B sud, structure A.

DAO : K. Peche-Quilichini, M. Seguin (Inrap).

Fig. 2 – Panel de formes céramiques du Bronze moyen 3 et du Bronze récent

Fig. 2 – Panel de formes céramiques du Bronze moyen 3 et du Bronze récent

Secteur B sud, structure A.

Clichés et DAO : K. Peche-Quilichini (Inrap).

4La structure B, installée juste sous le terrassement de la structure A, présente un plan en double ellipse emboîtée assez original, correspondant à une modification de la structure originelle. Fouillée à moitié, elle n’a livré que peu d’informations en raison de destructions à différentes échelles.

5Elle semble néanmoins dater du milieu du Bronze moyen et présente elle aussi un système de palier(s) interne(s). Une troisième zone d’étude a concerné l’église du secteur C. Le sondage réalisé contre le parement externe de l’épaulement sud-est de l’église a permis d’identifier un niveau sédimentaire constitué d’un épais remblai incluant du mobilier essentiellement daté du IVe millénaire. Cette couche correspond vraisemblablement à celle mise en évidence en 2013 et 2017 contre l’enceinte du Bronze moyen, au sud-ouest du secteur C. Cet aménagement constitue donc un important nivellement de la zone, précédant la construction du quartier habitatif du castrum. hypothétiquement daté du xiiie s., il montre que la structuration de l’espace s’est faite sur un moment probablement court. L’autre résultat principal est la mise au jour d’un mur sous l’édifice de culte. Cette construction pourrait correspondre chronologiquement au sol du xe s. révélé en 2017 contre l’enceinte sud-ouest. Le sondage sera agrandi en 2019.

Fig. 3 – Intérieur depuis le sud-ouest, coupe longitudinale et vue sur le palier US 106

Fig. 3 – Intérieur depuis le sud-ouest, coupe longitudinale et vue sur le palier US 106

Secteur B sud, structure B

Cliché : K. Peche-Quilichini (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Planimétrie générale avec mur-palier US 125 (en vert), emprise de la fouille 2018 (en brun), dispersion des trous de poteau du Bronze récent et position hypothétique du couvrement de charpente (faîte, pannes sablières et entraits)
Légende Secteur B sud, structure A.
Crédits DAO : K. Peche-Quilichini, M. Seguin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 2 – Panel de formes céramiques du Bronze moyen 3 et du Bronze récent
Légende Secteur B sud, structure A.
Crédits Clichés et DAO : K. Peche-Quilichini (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50048/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Fig. 3 – Intérieur depuis le sud-ouest, coupe longitudinale et vue sur le palier US 106
Légende Secteur B sud, structure B
Crédits Cliché : K. Peche-Quilichini (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50048/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 611k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kewin Peche-Quilichini, « Olmeto – Monti Barbatu » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 08 janvier 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50048

Haut de page

Auteur

Kewin Peche-Quilichini

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Kewin Peche-Quilichini

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search