Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20182A – Corse-du-SudSartène – Castellu di Baricci

2018
2A – Corse-du-Sud

Sartène – Castellu di Baricci

Prospection thématique (2018)
Responsable d’opération : Émilie Tomas
Notice rédigée avec Laetitia Dufour et Gildas Le Marchand

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

081586

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

prospection thématique
Haut de page

Texte intégral

1Localisée sur la commune de Sartène (Corse-du-Sud), la fortification de Baricci, également mentionnée sous la forme « Bariccini », s’érige à 519 m d’altitude sur un piton rocheux enveloppé par des à-pics marqués, qui assurent la protection du complexe bâti.

2Le potentiel archéologique de Baricci est relativement bien cerné, puisqu’il fait partie des quelques sites fortifiés insulaires ayant bénéficié de l’attention des archéologues. G. Giovannangeli (Giovannangeli 1991 et 2006) s’est en effet intéressé à la fortification à plusieurs reprises.

3Son implication sur le terrain remonte à 1971 lorsque, dans le cadre de ses recherches universitaires, il réalise un premier examen du site. Cette étude, accompagnée par des sondages, a notamment permis de mettre au jour un ensemble de mobilier céramique aujourd’hui exposé au musée de Préhistoire corse et d’Archéologie de Sartène. Quelques années plus tard, en 1994, est engagée une opération de relevé des graffitis de la citerne. Enfin, en 2014, une nouvelle investigation est conduite, toujours sous la direction de G. Giovannangeli, durant laquelle plusieurs relevés sont entrepris : plan topographique du site, plan du logis, ainsi qu’un relevé pierre à pierre d’une façade de ce dernier. Les prospections sont également élargies aux environs immédiats de la fortification, et permettent de confirmer l’absence d’habitat fédéré au pied du château. Elles révèlent cependant la présence de deux constructions médiévales situées dans le sous-bois du versant nord : un four à chaux et une chapelle sont ainsi identifiés.

4De manière générale, la fortification est répartie sur trois niveaux s’échelonnant sur près de 30 m de hauteur : le premier, situé à 492 m d’altitude, accueille le logis seigneurial, auquel s’adosse une première citerne, et une deuxième plus isolée sur le flanc sud-est. Le niveau intermédiaire, localisé à 510 m d’altitude, conserve sur les parois rocheuses de nombreux aménagements – encoches, niches, trou de poteau, etc. – témoignant de l’occupation de cette terrasse. Enfin, la partie supérieure du site est coiffée par les vestiges d’une tour culminant à 519 m.

5Pour le premier niveau, il est à retenir que le logis seigneurial se structure en trois pièces éclairées par deux baies s’ouvrant sur le mur sud, et disposées de part et d’autre d’une porte. Ce bâtiment se distingue par ailleurs par la présence d’une cheminée remarquablement conservée.

6À l’est, adossée au logis, se trouve une citerne de plan rectangulaire dont il subsiste le voûtement du mur pignon ouest. Entièrement recouverte d’un enduit de tuileau, des graffitis de navires y sont encore observables. Une deuxième citerne existe également sur le versant est du site, installée entre des parois rocheuses, et longue de 4 m pour une largeur maximale de 1,86 m. De l’enduit de tuileau y est encore conservé sur les parois, ainsi que quelques tronçons de mur installés entre ces dernières. La partie intermédiaire du piton accueillait quant à elle vraisemblablement des structures où le bois devait dominer dans la construction, comme le suggère la présence de plusieurs aménagements entaillés dans le rocher.

7Enfin, la tour, juchée sur la partie sommitale du pain de sucre rocheux, située non pas en extrémité de plate-forme mais plutôt au centre de celle-ci, dessine un plan quadrangulaire (2,66 x 2,73 m). Les murs conservés y ont une épaisseur variant entre 0,71 et 0,94 m, avec une hauteur du parement interne n’excédant pas 0,85 m, alors que les élévations externes, notamment la façade sud, atteignent 1,64 m de haut.

8Au nord comme au sud de la tour se développent des espaces qui ont également dû accueillir des structures, comme le laisse penser la présence de cavités observées sur les surfaces rocheuses. À l’ouest, une faible largeur de 1 m sépare la tour de la falaise verticale, qui assure une redoutable défense de la fortification.

9À ce complexe, il faut ajouter au pied du piton deux structures notables : un édifice de culte et un four à chaux. Le bâtiment religieux est de plan rectangulaire (4,25 x 9,11/9,35 m), dont les murs épais d’environ 0,60 m sont visibles sur une hauteur comprise entre 0,62 et 0,93 m. Trois ouvertures sont identifiées sur les façades orientale, nord et sud. Concernant plus particulièrement les techniques de construction, les parties primitives sont édifiées avec des moellons de granite de moyennes dimensions, présentant des formes irrégulières et disposés sans aucune ordonnance, dont l’ensemble est lié avec du mortier de chaux. Le « remontage contemporain » des murs, identifié pour les assises supérieures, met en œuvre une certaine ordonnance des lits horizontaux et l’absence de liant.

10Enfin, sur le versant nord du relief et aménagé dans le sous-bois, se trouvent les vestiges d’un four de plan circulaire, dont les élévations sont visibles à l’extérieur sur une à deux assises, tandis que l’intérieur de la structure est observable jusqu’à une hauteur de 3 m. Le diamètre est d’environ 3,23 m avec des murs épais de 0,63 m. L’appareillage est formé de moellons de moyennes dimensions, auxquels s’ajoutent des pierres de calage ; l’ensemble étant lié à de la terra rossa, terre argileuse riche en quartz.

Haut de page

Bibliographie

Giovannangeli G. 2006 : Baricci, in Serpentini L. (dir.), Dictionnaire historique de la Corse, éd. Albiana, Ajaccio, p. 100.

Giovannangeli G. 1991 : Recherche sur les castelli Cinarchesi à la fin du Moyen Âge, Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de la Corse, 659, p. 99-123.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Tomas, Laetitia Dufour et Gildas Le Marchand, « Sartène – Castellu di Baricci » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 08 janvier 2021, consulté le 21 mars 2023. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50078

Haut de page

Auteurs

Émilie Tomas

Articles du même auteur

Laetitia Dufour

Articles du même auteur

Gildas Le Marchand

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Émilie Tomas

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search