Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20182A – Corse-du-SudSerra-di-Ferro – Basi

2018
2A – Corse-du-Sud

Serra-di-Ferro – Basi

Fouille programmée (2018)
Responsable d’opération : Thomas Perrin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1La campagne 2018 à Basi fut la deuxième année de l’opération triennale 2017-2019 dont l’objectif est de concilier approche planimétrique et stratigraphique pour les niveaux conservés dans la partie septentrionale du gisement. C’est là que G. Bailloud avait réalisé ses premiers sondages (« Chantier 1 »). En 2017, nous avions ouvert à la mini-pelle mécanique une surface de 90 m2 au nord des limites de la carrière, permettant ainsi d’avoir une vision spatiale étendue (secteurs 1 et 4 de la zone 1). Le secteur 4 est le plus vaste des deux et plusieurs structures de combustion et segments de murs s’y devinaient en fin de campagne 2017. Contrairement à ce que l’on pouvait estimer à l’issue des sondages Bailloud, les niveaux de l’âge du Bronze y sont bien représentés, même s’ils ne sont conservés que sur environ une moitié de ce secteur. Plusieurs pierres allongées dessinent la base d’un mur courbe s’appuyant peut-être sur un gros bloc du substrat. En partie détruit, il est difficile de restituer la forme de ce probable bâtiment, mais elle semble être ovalaire. Dans l’espace interne, nous avons pu identifier des niveaux de sol riches en mobilier céramique notamment et comportant également de possibles calages de piquets ou de poteaux. Plusieurs structures de combustion complexes s’y placent également. L’une d’entre elles était relativement bien conservée et nous a permis de documenter les diverses étapes de sa construction et de son utilisation (fig. 1). Il s’agit en effet d’une structure constituée d’une chape d’argile formant une sole lisse et horizontale, épaisse de plusieurs centimètres et reposant sur un lit de dallettes et surtout de tessons de céramique, le tout étant bordé par des dallettes et petits blocs minéraux disposés verticalement. La forme finale de ces foyers à vocation probablement culinaire était rectangulaire, d’environ 1 m de long sur 70 cm de large. Mais leur morphologie n’était peut-être pas identique dans les premières étapes, avec des aires rubéfiées en profondeur, plutôt circulaires. Les deux structures les mieux conservées parmi les cinq identifiées dans cet espace ont fait l’objet de prélèvements archéomagnétiques afin de tenter de caractériser les températures de chauffe et d’obtenir une datation. Dans le secteur 3, situé à une vingtaine de mètres à l’est du précédent, d’autres niveaux de l’âge du Bronze ont également été fouillés et livrent des vestiges tout à fait similaires. Un foyer rectangulaire semblable avait été fouillé l’année dernière, et nous nous sommes concentrés cette année sur le niveau de sol très bien conservé, qui évoque là aussi l’intérieur d’un habitat. Les vestiges organiques (graines et péricarpes de glands) y sont bien présents, ainsi que de nombreux et très petits fragments de céramique. Un vase écrasé en place y a également été trouvé, à proximité de plusieurs aménagements domestiques (calages de poteaux, foyer). Dans les parties de ces deux secteurs (3 et 4) où les niveaux de l’âge du Bronze ne sont plus présents, ce sont des niveaux basiens qui apparaissent progressivement. Dans le secteur 3, un mur à la fonction indéterminée le traverse en diagonale et délimite un espace où la densité des vestiges mobiliers est extrêmement élevée, peut-être une aire de rejets. Le secteur 1 se place, lui, sur la limite occidentale du front de carrière. Là, ce sont des niveaux basiens qui sont en cours de fouille. Nous sommes là aussi face à de l’habitat construit, et même si les surfaces d’observation restent très peu étendues, il est d’ores et déjà possible d’obtenir de premières données sur les modes de construction. Il s’agit de bâtiments de forme ovalaire dont les murs sont composés de blocs de granodiorite locale posés sur chant. Il est probable que des murs de terre étaient ensuite élevés sur ces « sablières basses » minérales, comme en témoignent des massifs ou des épandages de sédiments extrêmement compacts et chargés en éléments minéraux et anthropiques infracentimétriques. Des niveaux de sol sont également perceptibles, avec du mobilier posé à plat et livrant par endroits des densités de graines de céréales assez élevées. Obsidiennes sardes et céramiques noires lustrées constituent le gros du corpus mobilier, mais soulignons quand même la présence de fragments de vases en pierre. Cette première triennale s’achèvera en 2019, avec la probable fin de fouille des niveaux de l’âge du Bronze. Une seconde triennale sera demandée afin de fouiller les niveaux basiens puis d’attaquer, si possible, la fouille des niveaux du Néolithique ancien.

Fig. 1 – Vue générale du foyer FY1431 de l’âge du Bronze en cours de fouille

Fig. 1 – Vue générale du foyer FY1431 de l’âge du Bronze en cours de fouille

Foyer rectangulaire délimité par de petites dallettes verticales comportant plusieurs chapes d’argiles et de tessons. Sous la dernière chape enlevée à moitié apparaît la chape antérieure.

Cliché : T. Perrin (CNRS).

Haut de page

Bibliographie

Perrin T. (dir.) 2018 : Le gisement préhistorique de Basi à Serra-di-Ferro (Corse-du-Sud), rapport intermédiaire de fouille programmée triennale 2017-2019, Ajaccio, SRA Corse, 104 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du foyer FY1431 de l’âge du Bronze en cours de fouille
Légende Foyer rectangulaire délimité par de petites dallettes verticales comportant plusieurs chapes d’argiles et de tessons. Sous la dernière chape enlevée à moitié apparaît la chape antérieure.
Crédits Cliché : T. Perrin (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Perrin, « Serra-di-Ferro – Basi » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 08 janvier 2021, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50131

Haut de page

Auteur

Thomas Perrin

CNRS, Traces (UMR 5608)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thomas Perrin

CNRS, Traces (UMR 5608)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search