Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20182A – Corse-du-SudTavera – I Casteddi

2018
2A – Corse-du-Sud

Tavera – I Casteddi

Fouille programmée (2018)
Responsable d’opération : Hélène Paolini-Saez

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Laboratoire régional d’archéologie (Corse)

Texte intégral

1L’opération de fouille pluriannuelle (2017-2019) d’I Casteddi s’est organisée en 2018 autour de trois secteurs.

2Le secteur 3, terrasse principale sondée en 2014, a livré cette année de nouvelles informations concernant la maison de l’âge du Bronze moyen. Les données acquises en 2017 et 2018 permettent de diviser cette occupation en quatre phases successives. Le plan de la maison s’articule entre un mur qui suit le substrat à l’ouest et se poursuit au sud en arc de cercle.

3Ce mur s’interrompt brutalement au niveau d’une pente estimée à 70 %, conséquence d’un glissement de terrain à une époque comprise entre le Bronze final et le premier âge du Fer. Au nord, la limite de la maison est matérialisée par des trous de poteau creusés dans le substrat sous la forme de petits forages et piquetages de la roche. Le tout forme un plan ovoïdal. La découverte de nombreux aménagements en creux, alignés dans le substrat à l’extrémité orientale le long du rocher en pente douce, laisse envisager la présence d’une palissade afin de protéger l’habitation des eaux de ruissellement. Cette maison dispose de structures domestiques dont une sole d’argile incluse dans une structure circulaire et associée à un espace clos riche en charbons, déchets culinaires (graines, esquilles de faune) et mobilier (lithique taillé, céramique, macro-outillage). Ultérieurement, cette sole d’argile sera agrandie vers le sud pour atteindre une surface de chauffe de 2 à 3 m2. Une préparation à partir d’un litage de dallettes et de fragments de torchis est nettement visible sous cette sole. Ce niveau est en lien avec une concentration de grands fragments de vases associés à des pierres qui peut s’apparenter à l’emplacement d’un vase. Cette seconde phase va être perturbée par des aménagements dont deux calages de poteaux qui vont endommager les soles. Ce dernier niveau du Bronze moyen fera place à un nivellement en pierres sous la forme de radiers pour l’occupation postérieure du deuxième âge du Fer.

4Au nord du secteur 3, nous avons poursuivi la fouille sur 6 m2. Il s’agit d’une zone riche en trous de poteau creusés dans le substrat qui participent à définir un espace annexe à la maison du second âge du Fer, peut-être occupé dès l’âge du Bronze. En son sein, deux fosses-silos avaient été identifiées lors de la campagne 2015.

5Deux nouveaux secteurs ont été ouverts en 2018 : les secteurs 5 et 6.

6Le secteur 5 est une terrasse occidentale, bordée par un mur formé de blocs cyclopéens, d’où émergent des blocs saillants et jointifs à l’ouest et à peine visibles à l’est. La fouille en damier de ce secteur dévoile un espace ovoïdal qui vient rejoindre le substrat rocheux au nord et forme ainsi une ellipse. Cette forme renvoie aux plans de maisons caractéristiques du Bronze moyen jusqu’au second âge du Fer dans l’extrême sud de la Corse. À l’intérieur de ce mur, plusieurs calages de poteaux forment une couronne régulière qui entérine le plan elliptique de l’unité d’habitation. Le mobilier, fragmenté, renvoie aux productions et aux échanges du Ier millénaire (vaisselle d’importation, perles en verre bleu, objets métalliques) ainsi qu’à des espaces domestiques (fragments de sole d’argile) et des éléments de constructions (torchis). Une terrasse orientale a fait l’objet d’un sondage de 12 m2 (secteur 6). Le choix de l’implantation a été dicté par un épandage récurrent de vaisselle antique sur le flanc de l’éperon. Le niveau le plus profond a livré sept trous de poteau ou aménagements du substrat. Cette densité est remarquable ; elle est associée à une série d’une cinquantaine de perles en verre bleu ou anneaux porcelainiques dont le rendu est très variable (régulier, parois collées, boursouflures, bulles). Cette variabilité renvoie à un probable atelier de fabrication in situ sans que, pour le moment, il ait été observé d’» atelier » à proprement parler. Néanmoins, la présence de plusieurs trous de poteau dont certains avec calages renvoie à une structure porteuse de qualité. Par ailleurs, la partie orientale de l’éperon est la plus protégée des vents dominants, ce qui permet peut-être d’expliquer cette activité.

7Concernant la statue-menhir, la consultation de la fiche de la carte archéologique nous a permis d’apprendre la date du déplacement du monument. Suite à sa découverte au printemps 1961, sa fouille en juillet de la même année, c’est en août 1962 que la statue-menhir sera déplacée jusqu’à la place de l’église du village de Tavera. Nous restons en attente de connaître la date de sa restitution à son propriétaire – date postérieure à octobre 1962, moment où un accord à l’amiable était en passe d’être trouvé. Une orthophotographie a été réalisée sur la statue-menhir afin d’identifier des détails de sculpture (fig. 1). L’application d’un nuanceur a permis de mettre en évidence un rendu d’une grande finesse et d’une grande qualité, laissant voir clairement un collier de barbe et des détails au niveau des pectoraux (tétons). Le travail du sommet de la tête laisse envisager l’application d’un tissu calé dans un sillon et du piquetage.

Fig. 1 – Modèle 3D de la statue-menhir de Tavera

Fig. 1 – Modèle 3D de la statue-menhir de Tavera

DAO : X. Villat (LRA).

8Ainsi, la campagne 2018 permet de compléter nos connaissances sur l’organisation de l’éperon et son environnement. L’occupation – avérée – de plusieurs terrasses par des habitations ou des espaces de travail insérés dans des murs de fortifications entérine la présence d’un habitat fortifié. De plus, le pendant, avec le lot de mobiliers métalliques trouvé à 400 m sur une colline au sud du col de Tagliafarro, apporte une vision novatrice de cet espace, plus complexe que ce que laissaient penser les premières investigations de 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Modèle 3D de la statue-menhir de Tavera
Crédits DAO : X. Villat (LRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Paolini-Saez, « Tavera – I Casteddi » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 08 janvier 2021, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50133

Haut de page

Auteur

Hélène Paolini-Saez

Laboratoire régional d’archéologie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hélène Paolini-Saez

Laboratoire régional d’archéologie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search