Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20182A – Corse-du-SudCommune de Zoza

2018
2A – Corse-du-Sud

Commune de Zoza

Prospection thématique (2018)
Responsable d’opération : Émilie Tomas
Notice rédigée avec Chantal de Peretti, Dominique Martinetti, Marc Piazza et Janin Serafini

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

081616

Nature de l'opération :

prospection thématique
Haut de page

Texte intégral

1Lors d’une prospection-inventaire menée en 2017 par K. Peche-Quilichini (Peche-Quilichini 2018), le territoire communal de Zoza faisait l’objet d’une première étude systématique. L’objectif principal était de dresser un état des lieux du potentiel archéologique communal. À l’issue de cette investigation, édifices de culte, fortification et habitat médiévaux étaient mis en lumière. À la demande de la Municipalité, nous avons poursuivi l’étude du peuplement de la commune de Zoza dans la perspective de définir les caractéristiques chrono-fonctionnelles de ces sites.

2Pour la période médiévale, quelques sources écrites font état de l’occupation du territoire de Zoza : la chronique de Giovanni della Grossa signale la fortification de Ricciu ; les registres de tailles, disponibles pour les années 1537 et 1595, confirment l’existence de l’habitat de Zoza et de son évolution démographique ; enfin, la visite de Mgr Mascardi (1587) fournit des informations sur l’église de Santa Margarita. L’édifice est alors décrit ainsi :

Unica navi constat, et est satis angusta. Vergit ad orientem.
Tectum habet pluviosum, tegulis copertum, Pavimentum terreum.
Parietes non desalbatum in quibus nullae existunt fenestre. Duae existunt portae, altera in facie ecclesiae qui pesulo tantummodo ligneo clauditur et est miserabilis, altera vero a latere sinistro ingredientis qui nec pesulo nec clavi clauditur.
Unicuique dictae portae vasa aquae benedictae inherent.

Elle est composée d’une seule nef et est assez étroite.
Elle est orientée à l’est.
La toiture n’est pas étanche, couverte de tuiles,
Le sol est de terre battue.
Les murs ne sont pas enduits, et ne possèdent aucune ouverture [au sens de fenêtre].
Elle possède deux portes, la première sur la façade de l’église, qui ferme seulement par un verrou de bois et se trouve dans un état déplorable, et la seconde, quant à elle, dans le mur de gauche par rapport à l’entrée et qui ne ferme ni avec un verrou ni avec une clef.
Des bénitiers sont fixés à chacune desdites portes.

3Cet édifice de culte représenté sur le cadastre napoléonien, pourtant oublié du plan terrier, est abandonné à la fin du xixe s. au profit de l’actuelle église paroissiale qui conserve le vocable dédié à Santa Margarita. Partiellement visible durant la Seconde Guerre mondiale, comme en témoigne la tradition orale, aujourd’hui ce ne sont que quelques arases en partie recouvertes par la végétation qui constituent la mémoire de ce lieu de culte.

4L’origine de la fondation de l’église médiévale n’est pour l’heure pas élucidée ; en revanche, l’identification de l’organisation du peuplement permet d’apporter quelques informations. En effet, une mention du xve s. fait état de Sosiam – plus anciennement, cet habitat est signalé dans un acte notarié daté de 1370. Il ne semble pas être le seul lieu de peuplement de ce territoire puisqu’en 1289, lors de l’expédition de Luchetto Doria ayant pour objectif la destruction des villages, celui de Navum est cité – toponyme identifié au nord du territoire. Cette localisation semble cohérente au vu des locus environnants détruits lors du trajet effectué par le vicaire. À cela s’ajoute la présence de quelques vestiges archéologiques (Peche-Quilichini 2018) qui nous laissent supputer qu’une occupation devait être établie en rive droite du Rizzanese. Cet habitat n’apparaît pas dans les documents du xve ni du xvie s., à l’inverse de celui de Zoza qui est mentionné. Compte tenu des événements historiques, des données textuelles et archéologiques, il est tentant de considérer que Zoza ait pu être construit à la suite de la destruction de Navum ; néanmoins, la contemporanéité entre les deux habitats ne doit pas pour autant être exclue.

5Pour finir, le pouvoir seigneurial est représenté par la fortification de Ricciu, également nommée « Aresciu » par Giovanni della Grossa. Installés à 455 m d’altitude au sud-ouest du territoire communal, se trouvent les vestiges d’une tour protégée par un mur d’enceinte. La plate-forme sommitale atteignant une surface d’environ 150 m2 ne conserve pas les vestiges d’aménagements, à l’exception de sa tour située quasiment au centre de cet espace. Aucun habitat ne semble s’être fédéré autour de ce pôle seigneurial, celui de Zoza étant contemporain de l’occupation de la fortification qui est mentionnée en 1392 lors de l’expédition de Battista Zoaglia.

Haut de page

Bibliographie

Peche-Quilichini K. 2018 : Prospection-inventaire de la commune de Zoza, année 2017, rapport de prospection-inventaire, SRA Corse, Ajaccio, 66 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Tomas, Chantal de Peretti, Dominique Martinetti, Marc Piazza et Janin Serafini, « Commune de Zoza » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 08 janvier 2021, consulté le 22 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50158

Haut de page

Auteurs

Émilie Tomas

Articles du même auteur

Chantal de Peretti

Collectivité de Corse

Articles du même auteur

Dominique Martinetti

Articles du même auteur

Marc Piazza

Janin Serafini

Haut de page

Responsable d’opération

Émilie Tomas

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search