Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20182B – Haute-CorseAléria – Mare Stagno

2018
2B – Haute-Corse

Aléria – Mare Stagno

Fouille programmée (2018)
Responsable d’opération : Gaël Brkojewitsch
Notice rédigée avec Simon Sedlbauer, Stéphanie Raux, Maxime Seguin et Julian Wiethold

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1Le site romain de Mare Stagno se situe à 290 m au sud de la tour génoise dite de Diane, au centre du cordon de terre qui sépare l’étang de Diane de la mer et à quelques centaines de mètres de l’embouchure originelle de l’étang. À moins de 3 km de l’Aléria, ce terroir offrait de nombreuses possibilités agricoles et la proximité de la ville apportait une main-d’œuvre abondante et un marché actif.

2L’établissement est circonscrit et le bâtiment étudié atteint une surface totale de 650 m2. Les techniques de construction et les matériaux employés dans la réalisation des maçonneries sont classiques pour la période. Trois calibres différents de galet ainsi que plusieurs types de mortier sont mis en œuvre. Cet aspect permet de définir plusieurs états dans la construction du bâtiment.

3L’omniprésence du mortier et des tuiles dans les couches de remblais et de démolition indique leur utilisation probable dans l’élévation des murs et le système de couverture. Il n’est pas exclu que le parement interne des murs ait été à l’origine un couvert enduit.

4Le bâtiment se compose de 10 pièces (fig. 1). Au nord, un espace de 131 m2 pourrait correspondre à une unité d’habitation ou une résidence. Il comprend trois pièces reliées par un couloir. La fonction de la grande pièce centrale (VI) de 90 m2 demeure incertaine. Deux canalisations s’en échappent, ce qui pourrait indiquer un espace de service avec un point d’eau ou une fontaine. L’hypothèse d’une cour centrale séparant le secteur résidentiel de la partie productive est possible.

Fig. 1 – Plan général de la villa romaine

Fig. 1 – Plan général de la villa romaine

DAO : G. Brkojewitsch (Metz Métropole/CCJ).

5La caractérisation fonctionnelle des pièces localisées dans la partie méridionale est facilitée par les éléments apportés par la fouille de 2017. Au sud, six pièces couvrent une surface totale de 182 m2 environ. Trois d’entre elles ont livré des structures discriminantes, à savoir un fouloir, un pressoir et une cuve de recueil. La pièce IX, qui était couverte d’une préparation de mortier de chaux sur un épais radier, abritait le fouloir. Cet espace n’est pas recouvert d’opus signinum mais devait à l’origine être pavé au moins partiellement d’opus spicatum. L’aire de foulage était probablement alimentée par une fenêtre au travers de laquelle le raisin était déversé. La présence de lambeaux de mortier de tuileau à l’extérieur du mur ouest pourrait correspondre à l’emplacement de l’ouverture.

6Le praelum était ancré au sud dans une niche car aucune trace de négatif de poteau n’a été clairement relevée, à moins que les trois fosses qui ont mité le sol de mortier au sud-ouest ne soient issues d’un démantèlement de pilier. Son extrémité mobile devait être insérée entre deux montants de bois à section rectangulaire qui reposaient sur deux socles de calcaire distants de 2,5 m. Les montants devaient supporter un linteau couvert d’un massif maçonné auquel les câbles de levage devaient être arrimés.

7À l’est de la pièce XI dont le sol est semble-t-il légèrement surélevé, dans la pièce XII, une cuve de recueil de plan carré permettait de stocker temporairement le jus jusqu’à fermentation. Cette cuve classique possède un revêtement d’opus signinum et un petit emmarchement. La fouille de 2018 a permis de documenter la pièce VII, qui accueillait deux grands dolia dont un est conservé in situ. Il pourrait s’agir d’un premier chai de moindres dimensions qui aurait précédé la construction d’un entrepôt plus grand. La grande pièce V, à l’est, qui a fait l’objet d’un décapage extensif, pourrait correspondre au chai. Plusieurs fosses très arasées sont en effet installées de manière régulière au nord-est de la pièce et signalent les fosses d’encastrement des dolia (fig. 2).

Fig. 2 – Vue générale de la fouille de la villa romaine en 2018

Fig. 2 – Vue générale de la fouille de la villa romaine en 2018

Cliché : G. Brkojewitsch (Metz Métropole/CCJ).

8Deux nouveaux dépotoirs, dont l’étude du mobilier est en cours, ont été découverts en 2018. Ils permettent une approche partielle de certaines pratiques alimentaires. Plusieurs taxons sont attestés dont la vigne, l’olivier et le pistachier térébinthe.

9La chronologie s’est affinée avec la découverte de mobilier, de la céramique et des monnaies, dans des contextes clos ou dans des structures archéologiques pertinentes. La période de fréquentation est à présent mieux datée, et il semblerait que l’établissement ait été fondé dans le premier quart du ier s. apr. J.‑C. et qu’une activité ait perduré jusqu’au dernier quart du iiie s.

10En ce qui concerne le statut de cet établissement, les résultats permettent à présent une approche plus précise. Au nord, la présence de bains confirme le caractère résidentiel du bâtiment. De telles structures d’agrément impliquent une certaine aisance des propriétaires de cette exploitation. La présence de plusieurs foyers, de simples traces de rubéfaction sur le sol vont également dans le sens d’une occupation domestique. Au sud-est, la présence d’un grand fouloir-pressoir à levier et treuil fixe et d’une cuve de recueil du jus renvoie clairement aux instruments de production viticole. La taille de l’édifice, les activités agricoles pratiquées et la bipartition de l’ensemble en une pars rustica et une pars urbana indiquent qu’il s’agit d’une villa dont le statut est assez modeste. La capacité productive devait être relativement faible. Les résultats semblent traduire un circuit de distribution assez court destiné à un marché local. Les questions ouvertes pourront trouver des réponses lors de la campagne d’étude de 2019 qui permettra de préparer la synthèse des résultats.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de la villa romaine
Crédits DAO : G. Brkojewitsch (Metz Métropole/CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre Fig. 2 – Vue générale de la fouille de la villa romaine en 2018
Crédits Cliché : G. Brkojewitsch (Metz Métropole/CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaël Brkojewitsch, Simon Sedlbauer, Stéphanie Raux, Maxime Seguin et Julian Wiethold, « Aléria – Mare Stagno » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 08 janvier 2021, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50191

Haut de page

Auteurs

Gaël Brkojewitsch

Metz Métropole, Centre Camille-Jullian (UMR 7299)

Articles du même auteur

Simon Sedlbauer

Metz Métropole

Articles du même auteur

Stéphanie Raux

Inrap

Articles du même auteur

  • Aléria – Lamajone [Texte intégral]
    Opération de sauvegarde par l’étude (2019)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Bonifacio – Piantarella [Texte intégral]
    Fouille programmée (2018)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Aléria – Mare Stagno [Texte intégral]
    Fouille programmée (2017)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse

Maxime Seguin

Inrap

Articles du même auteur

Julian Wiethold

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gaël Brkojewitsch

Metz Métropole, Centre Camille-Jullian (UMR 7299)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search