Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20182B – Haute-CorseCalenzana – Les mines de l’Argent...

2018
2B – Haute-Corse

Calenzana – Les mines de l’Argentella

Prospection thématique (2018)
Responsable d’opération : Florian Leleu

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

081592

Nature de l'opération :

prospection thématique
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Arkemine

Texte intégral

1La prospection thématique sur les mines de l’Argentella a débuté en 2018 afin d’inventorier, de photographier et de relever les vestiges présents sur l’ancienne concession minière située sur la côte occidentale de la Corse.

2À la lecture des sources archivistiques, une exploitation antérieure à l’usage de la poudre est attestée à l’Argentella. Mais en l’état des connaissances, on ignore toujours la datation de la découverte du gisement et des premiers travaux : sont-ils antiques, médiévaux ou modernes ? D’après ces mêmes sources écrites, cette exploitation ancienne était constituée de bâtiments, d’installations hydrauliques, de tranchées, de galeries et de puits. Ces vestiges ont en grande partie été effacés par la reprise de l’exploitation qui débuta à partir des années 1850. Malgré cela, la présence de ces travaux a pu être confirmée sur le site, lors de cette première phase de prospection, par l’observation de creusements dont les parois sont caractéristiques d’un abattage par le feu. Il s’agit bien d’une technique d’extraction minière utilisée avant l’usage de la poudre, qui n’apparaît qu’au début du xviie s.

3L’histoire contemporaine de la mine débute en 1846. Après sa redécouverte et au terme de nombreux contentieux qui vont durer près de 20 ans, la mine sera acquise par un riche investisseur, C. Collas, à qui l’on a vendu plus d’espoirs que de réalités. Il aménage à grands frais une grande usine pour traiter le minerai et un barrage pour l’alimenter en eau. Les ingénieurs Huet et Geyler, déjà très réputés, sont sollicités pour la réalisation de ces ouvrages. Depuis la Grande Tranchée (fig. 1), où l’on extrait un minerai de galène à forte teneur en argent, on installe des câbles aériens puis des plans inclinés sur 2 km pour acheminer la recette à la nouvelle laverie. On aménage également le port Julietta, des logements, un bâtiment administratif, des forges, des écuries, des magasins (fig. 2) pour accueillir et ravitailler plusieurs centaines d’ouvriers qui travaillent à la mine. Mais au bout de quelques années seulement, la Grande Tranchée et les chantiers périphériques ne fournissent plus suffisamment de minerai pour alimenter la laverie. Lors de la construction du barrage, un gisement de cuivre est découvert à Valle Calde. Il fera l’objet d’une petite exploitation de substitution. Malgré cela, et les millions investis pour les installations et les recherches, C. Collas doit se résoudre à céder la concession en 1886. Le gisement de galène argentifère très riche localement présente des dimensions limitées, et son extraction ne permet pas de rentabiliser l’affaire. Dès lors, la concession passe entre les mains de sociétés anglaises. Sur de courtes périodes, l’activité reprend. On compte même jusqu’à 250 ouvriers à la mine au début de la reprise, mais malgré ces nouveaux efforts, les travaux sont réalisés en pure perte, et découragent rapidement ces nouveaux investisseurs. En 1898, une grande partie du matériel, dont les machines de la laverie, est vendue à Marseille. La Société des mines et fonderies de Francardo, qui tente de lancer une exploitation exhaustive des gisements de cuivre en Corse, acquiert la concession en 1906, puis la revend immédiatement en réalisant un énorme profit. Elle passe ensuite entre les mains d’autres compagnies, mais peu de travaux seront réalisés. En 1928 puis 1947, elle fait à nouveau l’objet de quelques investigations de peu d’importance, puis elle est abandonnée définitivement.

Fig. 1 – La Grande Tranchée

Fig. 1 – La Grande Tranchée

Cliché : A. Arles, F. Leleu (Arkemine).

Fig. 2 – L’usine de préparation mécanique

Fig. 2 – L’usine de préparation mécanique

Cliché : A. Arles, F. Leleu (Arkemine).

4L’Argentella est un témoignage unique encore visible de la ténacité dont ont fait preuve les compagnies minières du xixe s. pour valoriser les ressources minérales de Corse. En dehors de toutes les infrastructures construites pour assister l’exploitation et traiter le minerai, les travaux d’extraction et de recherche ont considérablement marqué le paysage. Le secteur de Cardiccia, la Grande Tranchée (centre de l’exploitation) et les galeries limitrophes ont permis de produire quelques dizaines de tonnes d’argent – maigre résultat pour des travaux si imposants. Cependant, en périphérie de ce secteur, on retrouve bon nombre des recherches qui ont pu être menées lors de cette première année de prospection : Valle Calde (fig. 3), qui donna même lieu à une petite exploitation, Ogliastrone, Affricana et Cierchiu (fig. 4).

Fig. 3 – Travaux de recherche de Valle Calde

Fig. 3 – Travaux de recherche de Valle Calde

Cliché : A. Arles, F. Leleu (Arkemine).

Fig. 4 – Galerie de recherche de Cerchiu

Fig. 4 – Galerie de recherche de Cerchiu

Cliché : A. Arles, F. Leleu (Arkemine).

5Ce sont essentiellement ces derniers travaux qui ont fait l’objet des investigations de cette première campagne. Les ouvrages ont systématiquement été explorés, photographiés et relevés pour permettre d’avoir une vision diachronique et exhaustive du site, le but étant de caractériser chaque ouvrage et d’en renseigner la chronologie. Cette première session a également permis de se familiariser avec les contraintes de la zone d’intervention et de mieux définir les objectifs et la méthodologie à employer pour la poursuite de la prospection. La Grande Tranchée, seul témoignage à l’heure actuelle de travaux anciens, reste l’objectif principal de cette prospection. D’autres vestiges, comme la laverie, présentent un intérêt historique et patrimonial qu’il s’agira d’étudier afin notamment d’en assurer la conservation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La Grande Tranchée
Crédits Cliché : A. Arles, F. Leleu (Arkemine).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50226/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 2 – L’usine de préparation mécanique
Crédits Cliché : A. Arles, F. Leleu (Arkemine).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50226/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 830k
Titre Fig. 3 – Travaux de recherche de Valle Calde
Crédits Cliché : A. Arles, F. Leleu (Arkemine).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50226/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 4 – Galerie de recherche de Cerchiu
Crédits Cliché : A. Arles, F. Leleu (Arkemine).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50226/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Leleu, « Calenzana – Les mines de l’Argentella » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 08 janvier 2021, consulté le 29 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50226

Haut de page

Auteur

Florian Leleu

Arkemine

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florian Leleu

Arkemine

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search