Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20182B – Haute-CorseL’Île-Rousse – Gineparu

2018
2B – Haute-Corse

L’Île-Rousse – Gineparu

Opération préventive de diagnostic (2018)
Responsable d’opération : Jean-Jacques Grizeaud

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

081610

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le site en question est localisé sur la commune de l’Île-Rousse. Les terrains situés à 150 m à l’est du cœur historique de la cité Paoline, qui ont fait l’objet de l’expertise archéologique, sont distants du rivage d’une cinquantaine de mètres au nord. L’assiette du projet occupe une surface plane dévolue au stationnement de véhicules et à un jardin, à une altitude moyenne de 2 m NGF. La réalisation de ce diagnostic archéologique a été conditionnée par un projet immobilier prévoyant la construction d’un hôtel. Les huit sondages réalisés en tranchée mécanique, totalisant une ouverture de 180 m2 et représentant 5,2 % de l’emprise totale explorée, ne sauraient traduire de manière précise la présence ou non de vestiges éventuellement existants en sous-sol, hors emprise archéologique. La dégradation des sols anciens a été constatée, avec des terrains partiellement bouleversés sur la partie occupée en jardin et totalement déstructurés dans la partie concernée principalement par le projet immobilier, sur une profondeur moyenne de 80 cm. Le substrat sableux est largement entamé, pour n’apparaître qu’à une profondeur de 90 cm sous le sol actuel.

2Les quelques vestiges observés en place caractérisés par des tranchées empierrées linéaires (fig. 1) et une portion de creusement, n’ont pas révélé d’indices concluants quant à une occupation antérieure au début du xxe s. Quelques fragments céramiques recueillis dans des niveaux de remblais contemporains évoquent l’occupation des lieux lors des travaux liés à la fondation de la ville actuelle, en 1758. L’Antiquité dans l’environnement du site est perçue « en bruit de fond », à travers de rares éléments en terre cuite recueillis sur les deux terrains. Ces fragments d’amphores et de tuiles sont sans doute d’origine italique, attestant d’une occupation antique déjà connue à l’Île-Rousse qui s’est développée entre le ier et le iiie s. de notre ère, mais qui reste cependant peu documentée à ce jour. Tous ces matériaux trouvés hors contexte archéologique sont en position secondaire et leur provenance sur les lieux mêmes n’est pas assurée. De même, une petite pièce lithique en silex taillé trouvée hors contexte, datée du Néolithique ancien (expertise P. Tramoni, Inrap), évoque les occupations préhistoriques voisinant le site, notamment A Petra.

Fig. 1 – Empierrement repéré en fond de sondage (TR3)

Fig. 1 – Empierrement repéré en fond de sondage (TR3)

Cliché : J.-J. Grizeaud (Inrap).

3Le plan terrier du xviiie s. n’indique l’existence d’aucune construction dans ce lieu extra muros à la cité paoline naissante, et il en va de même pour le cadastre napoléonien dressé à la fin du xixe s. où le faubourg de ginebaru n’est pas encore créé. Le nom du lieu en question, gineparo/ginebaru, qui trouve son origine dans le mot ghjinèparu, en Corse désigne du reste un terrain à genévriers (Papi 2013, p. 625). Nous en déduisons donc deux hypothèses : soit les empierrements observés témoignent de vestiges de constructions qui ont disparu avant la fondation de la ville, si l’on retient la qualification de structures bâties ; soit il pourrait s’agir de tranchées de drainage assainissant ainsi des terrains humides. Dans ce dernier cas, leur absence sur les plans du xviiie et du xixe s. s’expliquerait par ces aménagements enterrés et donc invisibles. Il est important de signaler à ce titre la présence de traces agraires orientées est-ouest repérées dans l’un des sondages, parallèles à l’empierrement mentionné plus haut.

4Une troisième et dernière hypothèse désignerait ces structures comme étant beaucoup plus anciennes (Antiquité). L’extrême rareté du mobilier datant de l’occupation romaine, avec des terrains bouleversés en profondeur – ce qui est également le cas au lieu-dit Fornole qui a fait l’objet d’une expertise en 2002 (Tramoni 2002) –, nous prive de toute information archéologique en place. Le mobilier qui se trouve en position secondaire, piégé dans des niveaux remaniés, ne nous permet cependant pas de valider cette dernière hypothèse.

Haut de page

Bibliographie

Papi E. 2013 : Dictionnaire de la langue corse, éd. Clémentine, 802 p.

Tramoni P. 2002 : Résidence « Parc di l’Isula » à l’Île-Rousse (Haute Corse), rapport de fouille d’évaluation archéologique Inrap, Ajaccio, 19 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Empierrement repéré en fond de sondage (TR3)
Crédits Cliché : J.-J. Grizeaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Grizeaud, « L’Île-Rousse – Gineparu » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 08 janvier 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50281

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Grizeaud

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Jacques Grizeaud

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search